Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…


Le FC Nantes
Le FC Nantes De la montée en première division avec la philosophie du beau jeu de José Arribas aux demi-finales de la…


Peau de peinture
Peau de peinture Paul, 30 ans, se retrouve au chômage. Entre deux verres au comptoir du bar de son quartier, il rencontre…




  • Les feuilletons à la Une


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…


    Les tops de Terri(s)toires
    Les tops de Terri(s)toires Artistes locaux, endroits flippants, jolies plages, lieux aux noms insolites...  La rédaction de Terri(s)toires explore les territoires de l'Ouest à la recherche de perles, et dresse des…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Le P'tit groin de paradis est un gîte niché dans la forêt qui a fait cet été sa première saison dans le sud du Morbihan, près de Redon. Son originalité : un système d’assainissement par pédo-épuration. Et son cochon en liberté.

    

    Avec la ferme de Milgoulle, Matthieu Pires a développé un concept original. Il propose aux collectivités et aux entreprises d’entretenir gratuitement leurs espaces naturels, en échange de quoi il dispose d’un accès à la terre pour faire paître son troupeau. Aujourd’hui, ses 400 brebis pâturent sur 70 hectares disséminés tout autour de Rennes. Cette ferme se compose ainsi de parcelles très variées : de la petite île fluviale sur la Vilaine à la grande zone humide en plein centre-ville de Châteaugiron.

    

    Nantes va de nouveau accueillir un Village des alternatives à l'occasion d'Alternatiba 2015. L'événement, qui se déroule le week-end des 19 et 20 septembre, s'annonce comme un temps fort local pour la préparation de la Cop 21 et une nouvelle étape dans l'élaboration d'une "planète B" plus respectueuse de l'environnement.

    

    Il est fait du bois de ceux qui n'hésitent pas à se détourner des voies toutes tracées. Son diplôme d'ingénieur en aéronautique en poche, le Nantais Manuel Moreau, 35 ans, a décidé de vivre de sa vraie passion : la jonglerie. Ses massues et balles, il les manie avec autant d'aisance que les mots et les problématiques environnementales. Il s'est donc mis à proposer des "conférences gesticulées" sur l'écoconstruction.

    

    Son escale nanto-nazairienne est passée un peu inaperçue dans les médias. Pourtant, le "Tour de France des solutions pour le climat" initié par Catherine Chabaud1, à défaut de la faire couler, a bien jeté l’ancre, trois jours durant, du 9 au 11 juin derniers, dans l’estuaire de la Loire. L’occasion pour Catherine - et pour l’association Innovations bleues2 qu’elle préside - de rencontrer à Nantes et à Saint-Nazaire quelques-uns de ceux qui recherchent et mettent en œuvre des solutions pour tenter de limiter les impacts des activités humaines sur le réchauffement climatique.

    

    Un projet photovoltaïque financé par des internautes à Menomblet (85)

    Nucleosun : l'énergie solaire à l'aube du prêt participatif

    Faire fructifier son argent en le prêtant à une entreprise ? C'est nouveau depuis octobre 2014. Zoom sur le fonctionnement du financement participatif en prêts rémunérés avec un exemple issu de l'économie verte et collaborative. Un projet lumineux qui réunit l'idée d'un ingénieur, une plateforme web, l'argent de 1 000 prêteurs et le toit d'un éleveur à Menomblet (85).

    

    Plus de 12 000 km à vélo, à travers 18 pays, pour observer près de 150 projets d'agriculture urbaine : il fallait avoir un petit vélo dans la tête pour se lancer un tel défi. Pendant huit mois, trois étudiants, dont un Nazairien, ont sillonné l'Europe à la découverte d’expérimentations de pratiques agricoles en ville. Entretien avec Simon Ronceray, l'un des membres de ce projet baptisé "Agrovélocités".

    

    "Les graines du passé apportent les fruits du présent"1. Les membres de l'association nantaise Ecos l'ont bien compris, et viennent de lancer un nouveau projet de grainothèque, Bombus, destinée à recueillir des petits sachets de semences. Les adhérents de l'association peuvent prendre ou déposer des graines de leur choix, sous certaines conditions2, et contribuent ainsi à sauver des variétés.

    

    Gilles Boulard a été parmi les premiers à ouvrir une Ruche qui dit oui, ce système qui met en relation producteurs et consommateurs via une plateforme internet. C'était à Rennes, en mars 2012. Ancien informaticien, sensible aux questions environnementales, mais pas vraiment militant, il aurait pu continuer sa carrière professionnelle loin des choux et des poireaux s'il n'avait pas eu ce déclic quelques mois auparavant. Portrait d’un homme normal qui a décidé de faire sa part.

    

    Aux jardins partagés du Tillay, à Saint-Herblain (44), une vingtaine d'hommes et de femmes, âgés de 30 à 73 ans, viennent manier la binette et la brouette toutes les semaines. Ils partagent leurs petites astuces de jardinage, leur récolte… Et les liens amicaux poussent aussi vite que les radis.

    

    Le Web est de plus en plus énergivore. Pour sensibiliser les développeurs, et notamment les étudiants, l'association Green Code Lab et l’école d’ingénieur Esaip organisent depuis Nantes et Angers la seconde édition d'un challenge sur l'écoconception (26 au 28 novembre).

    

    Fermeture de la ligne Saint-Nazaire - Gijón

    L'autoroute de la mer est devenue une impasse

    L’autoroute de la mer Saint-Nazaire - Gijón [lire notre dossier] est fermée depuis le 18 septembre, sans que l’on sache si elle reprendra un jour. Terri(s)toires a embarqué pour l'une des dernières rotations la semaine dernière. Narration en images d'un beau projet qui tombe à l'eau.

    

    Cette semaine est donné le ban des vendanges, dans le Muscadet. L'occasion de partir à la rencontre de Fred Niger, vigneron atypique. Parmi les 650 domaines viticoles de la région nantaise, il fait partie des deux seuls à pratiquer la biodynamie. Ce choix est le fruit d'expériences et de rencontres. Issu d'un univers éloigné de la cave et des vignes, il a rejoint Guy Bossard au Landreau (44), pour prendre sa succession. Itinéraire d'un passionné devenu professionnel, en autoportrait.

    

    Les premières éoliennes citoyennes (par leur initiative, leur gestion et leur financement) de France ont été inaugurées le 14 juin dernier dans le Morbihan et sont aujourd’hui en service. Elles ont la capacité de produire de l’électricité pour 8 000 foyers, soit la totalité du canton sur lequel elles sont implantées. À l’origine de l’aventure qui a duré plus de dix ans, de l’idée de départ à la mise en service, un couple d’agriculteurs bio qui avait soif d’autonomie.

    

    Quels sont les aliments périmés que l’on peut quand même manger ? Comment bien ranger son frigo ? Que faire avec 12 pots de yaourt dont la date limite de consommation est bientôt dépassée ? Le blog gaspiage.wordpress.com regroupe de bonnes astuces pour limiter le gaspillage alimentaire. Réalisé par des étudiants nantais de SciencesCom (les "Impéremptibles") pour leur projet Transition positive, il est à consommer sans modération.

    « Précédent - Suivant »
    Page 2 sur 8