C'est vous qui le dites ! #7

Pointe de consommation électrique : qui est responsable ?

Tribune de Jean Bergougnoux Tribune de Jean Bergougnoux

La vague de froid que connaît la France en ce début du mois de février sollicite fortement toutes les énergies : les consommations d’électricité, de gaz, de fioul et de bois battent des records. Mais c’est l’électricité, parce qu’elle n’est pas stockable, qui retient le plus l’attention, bien qu’elle ne couvre, tout compte fait, que 13 % des besoins de chauffage des ménages. L’on a donc tôt fait de faire porter la responsabilité de ces pointes de consommation par grand froid au chauffage électrique qui a pris, en raison de son attractivité économique, des parts de marché importantes dans la construction neuve jusque récemment. Mais qu’en est-il vraiment ? (par Jean Bergougnoux)

En 1990, lorsque j’étais directeur général d’EDF, la baisse d’1°C des températures hivernales se traduisait par un accroissement de consommation de l’ordre de 1 100 mégawatts, soit l’équivalent de deux grosses unités de production électrique brûlant du fioul ou du charbon. Aujourd’hui, cette sensibilité de la consommation hivernale à la température aurait plus que doublé : une baisse de température d'un degré entraîne un accroissement de la consommation de 2 300 mégawatts. Or durant la même période (1990-2011), la consommation d’électricité pour le chauffage des logements "tout électriques" a progressé d’à peine plus de 20 %. Le développement du chauffage électrique, en tant que mode de chauffage principal, ne peut donc expliquer qu’une petite partie de l’accroissement de la sensibilité des consommations à la température.

Alors qui est le coupable de ces pics de consommation ? Le suspect n°1 est, évidemment, le chauffage électrique d’appoint que certains qualifient de "sauvage". Bon an mal an, 1 million d’appareils de chauffage électriques mobiles sont vendus en France, en particulier en grandes surfaces. Nombre d'entre eux  sont mis en service en période de grand froid, dans les locaux mal chauffés et/ou mal isolés.

Quelles solutions seraient envisageables, sachant qu’affronter les pointes de consommation coûte cher à la collectivité nationale, en investissement, en combustible, voire en importation ? Il est de toute façon à craindre que ces pointes se répercuteront tôt ou tard sur les factures des consommateurs. Alors que faire ? Interdire l’achat des appareils de chauffage électrique mobiles n'est pas concevable. L’appel au civisme, avec une attention particulière aux utilisations superficielles d’électricité, est, lui, une bonne chose : il a eu des effets bénéfiques durant l’actuelle vague de froid, mais ses effets ne peuvent être que limités. La vraie solution est de pouvoir s’appuyer sur un portefeuille de consommations "effaçables" à la demande de l’exploitant du réseau, dont la plus grande part pourrait être précisément constituée par des "logements électriques" : dans un logement bien isolé, on ne perd rien en confort à faire fonctionner le chauffage un peu l’après-midi et un peu la nuit, plutôt que de le pousser au maximum pendant la pointe de 19 heures ! L’innovation en matière de régulation est donc stratégique autant qu’incontournable.

 

La maîtrise des pointes de consommation électrique passera donc par une régulation-programmation fine des logements électriques en dialogue avec l’opérateur de réseau, à travers les smart grids de l’avenir. Et, dans une vision d’avenir et de manière quelque peu paradoxale, plus il y aura de logements électriques, mieux la régulation du réseau sera assurée !

 

Parce que les bonnes idées se partagent…

… et parce que nous croyons qu'il faut toujours favoriser le partage des idées, Terri(s)toires ouvre ses pages aux prises de parole des acteurs des territoires. Notre rubrique "C'est vous qui le dites !" est une chronique où nous souhaitons accueillir les points de vue les plus divers, ceux de simples particuliers et ceux d'experts patentés, parlant en leur nom propre ou pour le compte d'une organisation, d'une association ou d'un groupe… pour en tout cas provoquer le débat.

Parmi les thématiques que nous privilégions, il y a celles qui intéressent la communauté des "Terri(s)toriens" : les initiatives sociétales de tous ordres, les modes de vie, et la culture dans son sens le plus large. Nous choisissons cependant de ne pas limiter les sujets potentiels, car c'est bien la nouveauté ou l'originalité des analyses, des opinions et des points de vue qui nous intéresse… et qui intéressera les lecteurs de Terri(s)toires.

La rédaction se réserve le droit d'agréer les propositions qui lui seront faites. Pour proposer un texte, il suffit de nous contacter sur redaction@terristoires.info.

 

Jean Bergougnoux
Président de l’association Equilibre des énergies

www.equilibredesenergies.org

Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Commentaires  

 
0 #1 to nuke or not to nu 13-02-2012 15:47
Mais comment peut-on de manière aussi éhontée faite la promo du tout électrique ? Pour faire en creux l'apologie du "Vive le nucléaire" à la française ? Me trompé-je où les médias nous ont expliqué la semaine dernière que notre consommation électrique en pointe est équivalente à celle, CUMULÉE !!, des 5 ou 6 autres grands pays européens (Allemagne, Grande-Bretagne, Italie...). Tout simplement parce que ces pays ont, eux fait le choix d'autres énergies quand la France se donnait corps et âme au nucléaire... Alors oui, un réel (enfin !!) effort d'isolation de grande ampleur, et les nouvelles technos de type smartgrid, peuvent arranger un peu le paysage énergétique français? Mais il serait insupportable que ce soit là un argument pour ne pas déployer à l'échelle nationale (nous sommes en année de présidentielle) un débat de fond sur les sources d'énergie que la France veut privilégier.
Signaler à l’administrateur
 

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...