Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Des fêtes bien allumées !

  • Des fêtes bien allumées ! // Concours photo
  • Des fêtes bien allumées ! // Concours photo
  • Des fêtes bien allumées ! // Concours photo
  • Des fêtes bien allumées ! // Concours photo
  • Des fêtes bien allumées ! // Concours photo
  • Des fêtes bien allumées ! // Concours photo
  • Des fêtes bien allumées ! // Concours photo
  • Des fêtes bien allumées ! // Concours photo
  • Des fêtes bien allumées ! // Concours photo

Les ebooks à la Une


Selon les premiers éléments de l'enquête
Selon les premiers éléments de l'enquête 150 ans de meurtres non résolus qui, lorsqu'ils sont mis bout à bout, forment un ensemble cohérent.…


Esquisses d'elles
Esquisses d'elles Histoires de femmes modernes. Sara, Julia et Yuna n'ont pas que la sonorité de leurs prénoms comme…


Voyage en Bretagne
Voyage en Bretagne Quand on parle de surf en France, on pense avant tout au Sud-Ouest. Pourtant, depuis vingt ans,…


  • Les feuilletons à la Une


    Migrants et militants
    Migrants et militants Attendre. Il n'y a rien d'autre à faire pour ces immigrés dont l'administration française n'a pas reconnu le droit de séjour. Hommes, femmes et enfants sont privés…


    Associations & développement durable
    Associations & développement durable Structurer les initiatives en faveur du développement durable, c'est l'objectif du Groupe d'accompagnement collectif (GAC) mis en place par l'antenne régionale du Comité 21. Sur deux années,…


    Les médias nantais coopèrent
    Les médias nantais coopèrent À partir de 2014, les acteurs nantais de l'économie sociale et solidaire (ESS) pourront s'appuyer sur le Pôle de coopération, projet unique en France qui sera implanté…


  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (07 février 2014) :

     

    -

    Nos partenaires

    Consultez les offres d'emploi dans l'ESS de notre partenaire Ressources solidaires :

    -

    Vous êtes ici :

    Accueil Environnement Une collecte des déchets tirée par les chevaux
    

    À Questembert

    Une collecte des déchets tirée par les chevaux

    À Questembert, dans le Morbihan, les déchets sont collectés grâce à Napoléon. À Questembert, dans le Morbihan, les déchets sont collectés grâce à Napoléon.

    À Questembert, dans le Morbihan, on teste depuis un an la collecte des déchets à cheval. Retour en arrière pour certains, bon sens écologique pour d'autres... l'expérimentation vient d'être prolongée et pourrait même être pérennisée.

    C'est un matin d'automne bien gris ; mais Christine a le sourire. Sac à main sous le bras, celle qui habite Questembert depuis une trentaine d'années vient de croiser le canasson nommé Napoléon. Tous les quinze jours, c'est lui qui mène l'attelage collectant les sacs de déchets du tri sélectif. Au tableau de ses conquêtes, il y a aussi le cœur des habitants de cette commune morbihannaise.

    "Certaines personnes nous attendent à leur porte, le sac à la main", témoigne Laurent Legal, propriétaire de l'animal et prestataire pour la communauté de communes questembertoise, collectivité en charge des déchets. Et c'est dire la cote de popularité du cheval, la pratique du tri est aujourd'hui bien mieux suivie qu'au temps du camion-benne ! Quelques critiques parlent "d'un retour en arrière" ou craignent le crottin. Mais pas de problème sur ce dernier point, Napoléon fait ses besoins dans une pochette accrochée à son train arrière.

    Depuis un an, la ville résonne du bruit des sabots un vendredi sur deux. Les sacs jaunes emplis de briques de lait et boîtes de conserve vides fleurissent à chaque coin de rue. En 5 h 30 de collecte, c'est près de 600 sacs qui passeront dans la voiture attelée, soit environ 1,5 tonne de déchets.

    Des améliorations à l'étude

    L'expérimentation menée par la communauté de communes sur le périmètre du centre-ville arrive aujourd'hui à son terme, mais va se poursuivre pendant au moins deux mois. "L'idée a été lancée, car le camion-benne avait beaucoup de difficultés pour circuler dans les petites rues. Évidemment, il y a aussi un intérêt écologique", explique Jacqueline Le Léap, élue en charge du dossier, qui espère bien pérenniser cette collecte hippomobile.

    Le relief plat de la commune facilite la tâche de Napoléon. Mais quelques difficultés subsistent. Les sacs jaunes doivent être déchargés cinq fois par tournée dans un camion compacteur. Ce qui rallonge le circuit. Alors les études sont lancées pour compacter les sacs directement. "Le projet sera alors viable économiquement. En l'état actuel des choses, il coûte trois centimes d'euro de plus par habitant par mois."

    Et même si Napoléon tire son imposante charrette "non pas pour le folklore, mais bien pour être utile", les regards amusés se multiplient dans les rues. "C'est un vecteur de lien social et c'est presque le plus important." Près des vieilles halles de la ville, les clients de la boucherie se retournent tous au passage de la voiture. "J'espère qu'ils ne l'imaginent pas dans leur assiette", lance Laurent Legal.

     

    Où peut-on rencontrer ce genre d'initiative ?

    230 communes utilisant le cheval sont recensées à ce jour en France. La collecte du tri sélectif est le service le plus répandu. "Ce genre de projet est facile à démontrer au niveau des élus, et attire beaucoup plus la population qui se sent motivée pour trier les déchets", souligne Lydia Mallet, de la Commission nationale des chevaux territoriaux. Des grands groupes intègrent également dans leur marché public un service hippomobile pour les déchets. C'est le cas, par exemple, de Véolia propreté à Hazebrouck (Nord). D'autres utilisations émergent, comme l'arrosage des massifs floraux à Sciez (Haute-Savoie), une brigade équestre à Mâcon (Saône-et-Loire), l'entretien du bois de Vincennes à Paris... Le Haras du pin, dans l'Orne, propose même une formation de "meneurs territoriaux".

     

    En route avec Laurent Legal, Quentin Audran et Napoléon pour une tournée ponctuée par un passage au camion-benne qui assure le compactage des sacs.

    Florian Hervieux - Journaliste
    Florian Hervieux - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Leave a comment

    Nous vous rappelons que les commentaires sont soumis à modération. Ils doivent respecter les lois en vigueur et le respect de la personne. À vos claviers !