Actualités :

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Nos partenaires

    De la bière, mais aussi de l’agriculture biologique et du lien social ; voici le triptyque de la ferme-brasserie Drao, créée à Melesse en janvier 2013 par Rozenn Mell. Cette jeune femme originaire du Finistère, auparavant cadre dans un bureau d’études en agroenvironnement, revient sur sa reconversion réussie.

    En Loire-Atlantique, nombreux sont les agriculteurs qui produisent, transforment et vendent directement sur leurs exploitations, sur les marchés et dans les magasins fermiers. Pour découvrir ou redécouvrir ces "circuits courts" et échanger avec ces agriculteurs passionnés, l'association Terroirs 44 lance dès aujourd'hui ses "journées paysannes" et vous prête la clef des champs.

    Pas facile d'être un citoyen impliqué quand notre attention est sans cesse happée par un appel, un tweet, un mail... Pourtant, dans ce bouillonnement numérique dopé à coups de 3, 4, voire 5 G (si, si, ça arrive, paraît-il !), certains trouvent une issue. Et si le retour à la terre germe dans l'esprit des urbains, c'est aussi - il faut l'admettre - grâce à cette profusion d'informations numériques. Terri(s)toires est allé à la chasse aux belles initiatives, sur la Toile et dans les terroirs.

    Le web, aussi, est un territoire. Et il s'ouvre évidemment à l'échange croisé et à la pollinisation. Voici notre butinage de médias de l'Ouest, partenaires de Terri(s)toires.
    Récolte du 16 avril
    2014

    Semer des graines de conscience, investiguer à l’heure du 2.0, photographier ce qui nous plaît et plonger dans l’ère du numérique solidaire, autant d’initiatives qui méritent d’être relayées sur Terri(s)toires. De l’actu pour les mioches au ras-le-bol des étudiants en socio, il n’y a pas d’âge pour comprendre, apprendre et se révolter si nécessaire.

    Le web, aussi, est un territoire. Et il s'ouvre évidemment à l'échange croisé et à la pollinisation. Voici notre butinage de médias de l'Ouest, partenaires de Terri(s)toires.

    Récolte du 28 février 2014

    Il y a trois ans, Olivier Bignon reprenait Les Saules, à Chanteloup. Avec lui, de nouvelles idées arrivent et notamment celles des Boc’s. Le principe ? Proposer une gamme de plats cuisinés individuels à passer au micro-ondes tout en valorisant les produits locaux et sains.

    Depuis quelques années, les paysans font appel à la finance solidaire pour acquérir des terres de plus en plus rares. Dans la ferme citoyenne de Ty Losket, en Bretagne, il y a cent quarante brebis... et autant de propriétaires. Reportage.

    L'entreprise familiale Entremets Plaisance a soufflé ses cent bougies cette année. Un siècle à produire des petits sachets de poudre alimentaire. Des négociations avec les colonies françaises en Asie à l'émergence du bio, voici l'histoire d'une saga familiale, entrepreneuriale et gustative qui a traversé deux guerres mondiales et relevé de nouveaux défis à chaque époque.

    Revue de presse #10

    L'automne en toute liberté

    Le web, aussi, est un territoire. Et il s'ouvre évidemment à l'échange croisé et à la pollinisation. Voici notre butinage de médias de l'Ouest, partenaires de Terri(s)toires.

     

    Récolte du 4 octobre 2012.

    "La liberté ne se donne pas, elle se prend."1 La preuve par les exemples dans cette première revue de presse d'automne qui s'autorise un grand écart entre l'esclavage et la crème bronzante. Sans oublier la libération des données publiques avec les rebondissements locaux de l'open data.

    Le web, aussi, est un territoire. Et il s'ouvre évidemment à l'échange croisé et à la pollinisation. Voici notre butinage de médias de l'Ouest, partenaires de Terri(s)toires.

     

    Récolte du 6 septembre 2012.

    C'est la rentrée et on nous répète qu'il faut s'organiser pour conserver et cultiver la pleine forme de l'été. Parmi les bons conseils proposés sur le web, préférer une saine consommation alimentaire, se rappeler des festivals de l'été et… innover.

    Pourquoi et comment consommer responsable ? C'est à cette question que vont répondre Laurence Moulin d'Abonéobio.com et Stéphanie Lechêne de Consommer-Responsable.fr, mercredi 29 août à la Cantine numérique de Nantes. Leur intervention sera suivie d'un BarCamp ouvert à tous.

    Laurence Moulin, fondatrice d'Aboneobio.com

    Contre mauvaise fortune bio cœur

    Concept novateur, produits de qualité et communauté enthousiaste, Laurence Moulin, 43 ans, pouvait croire à la réussite d'aboneobio.com. Mais plus de trois ans après son lancement, le site n'a pas assez de clics pour un déclic, et la petite entreprise connaît la crise. Regrettable.

    Pépinière de la Roche Saint-Louis

    Le jardin secret de Dominique Voisin

    Un havre de paix au milieu des champs du Pays de Retz. Dominique Voisin gère depuis huit ans la pépinière de la Roche Saint-Louis, près de Sainte-Pazanne. Cette artiste du monde végétal ouvre les portes de son incroyable jardin où se cachent nombre d'œuvres d'art naturelles.

    Benoît Van Ossel, PDG et consul

    Racines belges et Côteaux nantais

    À Nantes, le consul a du goût. Après avoir traversé la Belgique et la France, enchaînant les postes à responsabilité dans le secteur industriel, le jeune homme d'Anvers est devenu patron des Côteaux Nantais, faisant de l'ancienne ferme de Vertou le leader européen dans la production et la transformation de produits frais bio. Un bonheur qu'il partage avec passion et qui se voit sur sa "pomme".

    Aujourd'hui, dans nos sociétés contemporaines, on fait attention à tout ce qui peut nuire à notre santé : tabac, alcool, pollutions, ondes électromagnétiques et même certains médicaments… Pourtant, il y a une chose que l'on absorbe en grande quantité chaque jour sans trop regarder sa composition : la nourriture !

    Des Ovnis à l'Ouest ? Tiltshift, d’après une photo CC de Lez’ http://www.flickr.com/photos/vlez/5417473353/sizes/l/in/photostream/ En ces heures grisâtres où chacun, gouvernement compris, tend sa soucoupe pour cause d’affaires en berne, flattons-nous d’un certain dynamisme régional de notre industrie touristique : on vient chez nous de partout, et même en OVNI ! Preuve en est que depuis la vague de 2008 qui a déferlé sur la Bretagne1, l’afflux de touristes intersidéraux n’a pas cessé, avec une prédilection ces temps-ci pour la ville de Rezé, près de Nantes2. On s’en gobergera avec raison : commerçants, restaurateurs et hôteliers, professionnels du tourisme et vendeurs de bimbeloteries se frottent les mains. Les crédits galactiques pleuvent dru, et ils sont exonérés de TVA communautaire !

    Lorsqu’il était petit, Philemon adorait les galettes, mais, peut-être plus que le goût, ce qui le faisait saliver davantage, c’était le geste du crêpier. Un geste auguste, simple et souple. Un peu à l’image de la recette de base de la galette bretonne. Celle que lui-même et bien d’autres utilisent chaque jour dans toute la Bretagne. Les clichés recèlent parfois de profondes vérités…

    Bruno Delaunay, fournil Le Sahuc

    Le boulanger des plantes

    De l’apprentissage en boulangerie traditionnelle au lancement de son fournil biologique Le Sahuc, en passant par la plus grande sucette à la menthe du monde, Bruno Delaunay prépare actuellement son troisième livre de recettes. Là où il peut laisser libre cours à son désir de créativité, de mélange des genres et de partage… avec la nature des Mauges.

    Au printemps et tout au long de l'année, les projets en développement durable fleurissent au collectif de Kerfléau, occupant trente-deux salariés. Rencontres au fil d'une journée.

    Retrouver le goût des produits fermiers, tisser du lien social, ou encore éviter d’ingurgiter des pesticides "à l’insu de son plein gré"… et être acteur de vie de son territoire ; autant de préoccupations qui incitent de plus en plus de consommateurs à manger local. Mais quid des motivations des agriculteurs ? Car si les circuits courts sont un gage d’indépendance, c’est aussi un défi de taille pour les paysans qui doivent réapprendre leur métier et structurer la filière.

    Les collectivités prennent le relais

    Le court d'école

    Depuis 2008 et le Grenelle de l'Environnement, la question de l'origine des produits alimentaires est devenue un enjeu écologique majeur. Limiter les coûts énergétiques des transports, favoriser l'agriculture locale et garantir une meilleure qualité de la nourriture… ce sont les objectifs (louables) que se sont fixés l'État et les collectivités territoriales. Mais qu'en est-il de l'adaptation du local à grande échelle ? Exemple dans la restauration scolaire où le choix du circuit court se fait surtout par conviction.

    « Précédent - Suivant »
    Page 2 sur 3