D'habitude, un pépin pose problème. Denis Pépin, au contraire, excelle à proposer des solutions. Expert du jardinage biologique qu'il pratique depuis 40 ans, ingénieur en écologie et en agronomie, chargé de mission Environnement à l’Agence d’urbanisme de l’agglomération rennaise pendant un quart de siècle, il transmet désormais son savoir-faire depuis le "Jardin des Pépins" qu'il fait fleurir avec la complicité de sa femme biologiste.

L'eSport Academy, première école de sport électronique de France, a ouvert ses portes début janvier à Bouguenais, près de Nantes. Fondé par trois mordus de jeux vidéo, l'établissement accueille une vingtaine de jeunes, tous décidés à travailler dans ce domaine après leur passage dans cette formation d'un nouveau genre. Reportage au-delà des écrans.

Apprendre l’arabe en jouant : c’est l’idée qu’a eue la jeune maman choletaise Hanna Lenda. Elle ne trouvait pas d’outils pour apprendre la langue maternelle de leur papa à ses deux garçons. Designer, elle a donc décidé de créer une nouvelle marque de jeux éducatifs, Daradam, qui s'inspire de l'héritage culturel du monde arabe. Le lancement de la première collection est prévu cet été.

À la rentrée prochaine, la cité des ducs aura son école du logiciel libre. Le groupe Smile (intégrateur de solutions open source) et l'Epsi (Établissement d'enseignement supérieur en informatique) viennent d'annoncer l'implantation à Nantes d'un des six campus OSS, destinés à former de futurs professionnels dans ce secteur en pleine expansion.

À la rentrée 2015, un établissement atypique a ouvert à Notre-Dame-de-Monts (Vendée). L'École de la transition, portée par des bénévoles, propose une pédagogie alternative basée sur l'autonomie des élèves, l'apprentissage en mouvement, la nature et l'art. Elle a lancé une campagne de crowdfunding pour mettre en place un système de ramassage scolaire.

Le nucléaire, l’homosexualité, le sport, l’habitat, l’école… les conférences gesticulées abordent tous les thèmes avec un regard et une forme originaux. D’abord spectateur, Rémi Segret est aujourd’hui devenu organisateur de ces conférences un peu particulières. En 2013, il a fondé à Nantes l’Université populaire gesticulante. Avec l’aide de bénévoles, il a dupliqué le concept à Rennes et Treffieux. Il espère l’étendre à de nouvelles villes prochainement.

Augusto Boal était un artiste engagé. Dès les années soixante, le metteur en scène brésilien prit le parti des opprimés : les paysans expropriés, les ouvriers exploités, les Noirs exclus, les femmes asservies. Lui – l’artiste, le Blanc, l’homme, le citadin – leur apportait ses vérités, ses solutions… jusqu’à ce que des rencontres lui fassent comprendre qu’il ne pouvait pas parler en leur nom. Il comprit que si le théâtre était une "arme de libération", le peuple devait pouvoir s’en emparer. Ainsi est né le théâtre de l’opprimé, au cœur de l’Amérique du Sud des décennies 1960 et 1970 ; il est aujourd’hui pratiqué un peu partout. Reportage à Rennes.

Il est fait du bois de ceux qui n'hésitent pas à se détourner des voies toutes tracées. Son diplôme d'ingénieur en aéronautique en poche, le Nantais Manuel Moreau, 35 ans, a décidé de vivre de sa vraie passion : la jonglerie. Ses massues et balles, il les manie avec autant d'aisance que les mots et les problématiques environnementales. Il s'est donc mis à proposer des "conférences gesticulées" sur l'écoconstruction.

Une plateforme de cours de code inventée par des étudiants

Parlez geek grâce à Codowl !

Les 12 étudiants créateurs du site de programmation informatique Codowl ont, comme leur chouette mascotte*, passé des nuits debout à construire leur projet. Leur volonté : mettre le langage universel des outils électroniques à la portée de tous.

Un simple post sur Facebook, et c'est le buzz. Astrid Willemet est la maman de Gabin, un petit garçon nantais de 6 ans. L'âge de l'école obligatoire. Mais son handicap ne lui permet pas de rester dans le circuit ordinaire, et aucune solution ne s'offre aux parents. Rongée par l'inquiétude, Astrid s'est livrée sans détours dans une lettre ouverte, authentique et poignante, qui a suscité une formidable vague de soutien sur les réseaux sociaux. Un bon point de départ pour mobiliser parents, politiques et citoyens sur la scolarisation de ces "enfants autrement".

Après la salle de classe, Enamorada au cinéma. À l'occasion du festival des 3 Continents, deuxième partie du reportage sur la classe de troisième B du collège la Coutancière à la Chapelle-sur-Erdre (voir la première partie).

Lorsque l'on demande à un adolescent de 14 ans le genre de films qu'il aime aller voir au cinéma, il y a de fortes chances qu'il parle de blockbusters et de films d'action bourrés d'effets spéciaux. Pourtant, il peut se révéler tout aussi réceptif à de vieux mélodrames désuets venus de l'autre bout du monde, sous-titrés et filmés en noir et blanc. À l'occasion du festival des 3 Continents, reportage dans la classe de troisième B du collège la Coutancière à la Chapelle-sur-Erdre.

C'est la rentrée aussi à l'école du Petit Monde. À Fresnay-en-Retz, cette école Steiner-Waldorf a été imaginée par un couple d'instituteurs et construite par les parents des futurs élèves. Retour sur cette expérience collective, citoyenne et auto-construite, unique en Pays de la Loire .

Choisir comment s'habiller, est-ce vraiment si banal ? Quelle est la réalité de l'industrie vestimentaire ? C'est ce que propose de découvrir le lycée Livet avec l'exposition "Le revers de mon look".

"Tout nouveau tout beau", l'émission collective des radios associatives des Pays de la Loire sera de retour ce samedi 12 avril à 16 h. À l'initiative de la Frap, l'émission rassemblera quatre radios pour réaliser un plateau sur le thème de l'innovation. Le tout en direct et en public du salon Laval Virtual.

Depuis 1993, l’association nantaise la Maison des Poupies lutte pour l’intégration des personnes en situation de handicap, et ce dès le plus jeune âge. Dans les deux crèches qu’elle gère, le Jardin et la Chanson des Poupies, enfants malades et valides cohabitent pour le plus grand bonheur de leurs parents. Reportage.

Condamné à rester sur le parking, le minibus du lycée autogéré de Saint-Nazaire fait tout de même grand bruit. Bloqué par une circulaire ministérielle nationale qui empêche les enseignants de le conduire depuis la rentrée, le véhicule est pourtant un pilier de la liberté d'expérimentation qui caractérise l'établissement.

La pédagogie Freinet, à Rennes, on connaît. L’école publique Léon-Grimault, dans le quartier du Blosne, la met en pratique depuis quarante ans : ici, l’apprentissage part de l’expression de l’élève, de ses créations. Mais dans le secondaire, rien de tel n’existe localement*. Depuis un an, un collectif de parents se mobilise. Leur ambition : créer un collège-lycée Freinet.

France 3 Bretagne lance à partir de ce dimanche une nouvelle sitcom bilingue. Si vous aimez l'Ouest ou que vous rêvez depuis toujours d’apprendre le breton, Breizh Kiss risque de vous plaire : la série est 100 % made in Bretagne et il sera possible d’approfondir ses connaissances avec une déclinaison pédagogique sur le site internet de la chaîne locale.

L'enseignante s'est reconvertie dirigeante ; et avec Tam Tam, ses jeux éducatifs que s'arrachent les orthophonistes, Frédérique Costantini est revenue dans le sillage de ses premières expériences entrepreneuriales. Le cap des 100 000 ventes bientôt franchi ne lui permet cependant pas encore de gagner sa vie. Y a-t-il un pilote dans l'avion ? Oui, et c'est encore elle.

Précédent - Suivant »
Page 1 sur 3