Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…


Le FC Nantes
Le FC Nantes De la montée en première division avec la philosophie du beau jeu de José Arribas aux demi-finales de la…


Peau de peinture
Peau de peinture Paul, 30 ans, se retrouve au chômage. Entre deux verres au comptoir du bar de son quartier, il rencontre…




  • Les feuilletons à la Une


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…


    Les tops de Terri(s)toires
    Les tops de Terri(s)toires Artistes locaux, endroits flippants, jolies plages, lieux aux noms insolites...  La rédaction de Terri(s)toires explore les territoires de l'Ouest à la recherche de perles, et dresse des…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    Du monstre qui creusa les marais, ép. 2/2

    Le combat contre la Guivre

    La naissance de Pimpenelle, une anguille géante, a métamorphosé l'estuaire de la Loire. Inquiet, le sorcier Almanzor surveille l'étrange créature qui mue en Guivre et menace de bouleverser son monde… Deuxième extrait du livre Du monstre qui creusa les marais, écrit par Gérard Guillet et illustré par JC Kiarkk.

    Du monstre qui creusa les marais, ép. 1/2

    La naissance de Pimpenelle, l'anguille géante de Brière

    Premier extrait du livre Du monstre qui creusa les marais, de Gérard Guillet et JC Kiarkk. Gourc’h, un krapados conteur, raconte l'histoire de Pimpenelle, cette anguille gigantesque qui serait à l'origine des marais de Brière…

    Breizh Amerika veut renforcer la coopération économique entre la Bretagne et les États-Unis. Pour y parvenir, l'association mise sur la diffusion de la culture bretonne via l'organisation ou le soutien de projets artistiques. Une démarche originale portée par un homme au profil atypique, l'Américano-Breton Charles Kergaravat.

    Elle serait née dans les cales de péniches aux premiers jours de la deuxième révolution industrielle, à Nantes. Un temps vouée à disparaître, la boule nantaise, à mi-chemin entre le bowling et la pétanque, est sauvée par la transmission d'une génération à l'autre. Notamment sur la piste d'un bistro, Aux P'tits Joueurs, à deux pas de l'Erdre.

    Mélange de football, de rugby et de volley-ball, le caid, "football gaélique", est un sport irlandais inventé il y a au moins trois siècles. Sur la vingtaine de clubs que compte la France, dix sont bretons. Une histoire de culture celte, racontée lors d'un déplacement de l'équipe du Nantes Football Gaélique chez les rivaux du Rennes Ar Gwazi Gouez...

    Début des années 2000. La Direction des constructions navales (DCN) ouvre les ateliers de l’arsenal de Brest. Situé sur le plateau des Capucins, dominant la rade, l’espace est un lieu stratégique de la ville. Rétrocédée à la municipalité en 2009, cette friche industrielle attire les promoteurs, mais reste un lieu sacré pour les âmes brestoises. En pleins travaux sur le plateau, enquête de mémoire avec Céline Angot, ethnologue et chargée de mission culture pour Brest métropole océane.

    Les Bretons du monde entier le connaissent. Bien que ne disposant d'aucun statut officiel, le Bro gozh ma zadoù (Vieux pays de mes pères) est considéré par beaucoup comme l'hymne de la Bretagne. Il est chanté dans de nombreuses manifestations sportives, culturelles et festives. En juin dernier, France 3 Bretagne a lancé le défi Bro Gozh. Chacun était invité à chanter ou jouer l'air en se filmant pour tenter de remporter un voyage autour du monde. Sélection des meilleures vidéos.

    L’histoire commence ainsi : "En participant à la production de ce film, vous pensez qu’il n’y a pas que La Star Academy, La Nouvelle Star et The Voice pour découvrir des musiciens talentueux"...

    En 1993, Richard Marchand et Danièle Le Cloërec, entourés d’une bande de copains, se lançaient dans la boulange associative. Aujourd’hui, les "Turlupains" fêtent leurs 20 ans. Le fournil est toujours au cœur du quartier Saint-Patern de Vannes où a commencé l’aventure. Ici, la farine est bio, on pétrit à la main et on cuit au feu de bois. Plus de 100 familles adhérentes bénéficient chaque semaine des deux fournées de pain en tout  genre : semi-complet, petit épeautre, noix, sésame, seigle, brioche…

    Fruit d'une histoire familiale, le cidre Kerisac montre ses coulisses... mais entretient ses secrets. À l'occasion d'un voyage de presse, reportage gonzo sur leur fief historique de Guenrouët, en Loire-Atlantique.

    D’aucuns estimeraient que cette chronique serait la dernière à cause de la prophétie maya. Opposons un net démenti : ma prophétie personnelle et portative considère que la région a des atouts pour résister au soleil qui, certes, se lèvera bien à l’ouest lors de la dangereuse "intersection de la voie lactée et du plan écliptique" du 21 décembre posant dit-on problème. Voici comment en 4 points.

    Le fabricant de galettières prend l'Atlantique

    Krampouz s'attaque au marché américain

     

    Thierry Bertrand & la veuze

    Le facteur sonne toujours

    T’as voulu voir l’ veuzou… et on a vu Thierry Bertrand. Ce Maraîchin qui a eu un coup de cœur pour une cornemuse oubliée, qui lui a insufflé une nouvelle vie et qui l’a fait renaître par centaines d’entre ses mains. Ce facteur musicien qui a sonné plus fort que le glas qui sonnait. Résonnez hautbois !

    François, Emmanuel, Vincent, Clément…

    Paroles de veuzous

    L'association Sonneurs de Veuze, créée en 1976, est devenue fédération en 2009. Après avoir enregistré, photographié et recherché des instruments anciens durant 20 ans – jusqu'à l'édition de Musique bretonne - Histoire des sonneurs de tradition au Chasse-Marée –, il a en effet fallu refabriquer des instruments, réinventer toute la technique de jeu… et apprendre à en jouer. Le premier cours de veuze a ainsi eu lieu en 1983 à Saint-Jean-de-Monts, dans le cadre de Association de Recherche et d'EXpression pour la Culture POpulaire en Vendée (Arexcpo). Les quelques élèves s'appellent alors Loulou Robin, Lucien Proux, Bruno Pitard… Mais c'est véritablement en 1989 que la première école française de veuze voit le jour à La Garnache. Les années suivantes, des cours seront donnés jusqu'à Guérande, Angers, Châteaubriant, Rennes, Saint-Brieuc, Paris, par Thierry Lahais, Patrick Bardoul, François Robin (fils de)… Aujourd'hui, la fédération compte 7 écoles en Vendée et Loire-Atlantique, et 500 sonneurs. Parmi eux* :

    Aurélie Le Marec de l’Atelier du furoshiki

    La reine du pliage japonais

    Furoshiki ? Kezako ? Que l’on se rassure. Si le nom en lui-même peut paraître rébarbatif et inquiétant, aucune poussière radioactive nucléaire ne se cache dans ses plis. Aurélie Le Marec en connaît un rayon sur cet art japonais du pliage qu’elle enseigne dans des ateliers à destination des particuliers, des centres de loisirs et même des entreprises. Une technique ancestrale écologique, ludique et pratique, tout droit venue du pays du Soleil Levant. Pliez, c’est emballé.

    Sylvie Boutet, anarchiste majorette

    Du bâton pour mener à la baguette

    Avant, la majorette trottinait gentiment derrière un char fleuri de jonquilles au son de la fanfare. Et peu importe si la cuisse était dodue, on admirait le costume, la vision furtive de la culotte émouvait les mâles et tout le monde applaudissait. Mais ça, c’était avant Sylvie Boutet.

    Tous les chemins parisiens mènent à Ralph Gallo

    Le Breton du quartier d'Aligre

    Dans son épicerie fine près du marché d’Aligre, à l’écart du quartier "breton" de Montparnasse et de ses crêperies, Ralph Gallo fait découvrir la gastronomie armoricaine aux Parisiens. Une façon pour lui de renouer avec ses origines finistériennes.

    Thierry Fagot a créé la Bigoud'up

    Quand Gwendoline se prend pour Marilyn

    Au temps de l'ORTF, il y avait Martine à la plage, Martine à l'école, Martine à la messe… Dans les années deux mille dix, c'est la Bigoud'up que l'on retrouve dans des aventures rocambolesques. Mais contrairement à son ancêtre plan-plan, cette jeune Bretonne sexy n'a pas froid aux yeux ! Pour le plus grand plaisir des enfants qui sont devenus grands.

    Apposé sur tout un tas de produits et services, l'autocollant jaune et bleu de Produit en Bretagne a réussi son pari : il pèse aujourd'hui 15 milliards d'euros et regroupe plus de 100 000 salariés. De plus en plus reconnu par les consommateurs bretons, il favorise le développement économique local ; et s'inscrit en faux contre la mondialisation. Révélations sur le secret de ce "made in Breizh".

    Sylvain Girault, directeur artistique du Nouveau Pavillon

    "On vient voir l'ovni !"

    "En son temps, Louis XIV définissait ce qu'étaient les beaux-arts. Aujourd'hui, ce sont des comités d'experts, avec toujours ce besoin incompréhensible de hiérarchiser. Tout en bas, on trouve ainsi les musiques actuelles, et en dessous, au fond, les musiques traditionnelles, les cultures populaires… Ce qui vient du peuple ne serait donc pas de l'art ?" Sylvain Girault n'a pas sa voix dans la poche. Pour se faire entendre, il a, collectivement, créé le Nouveau Pavillon, à Bouguenais, dont il est le directeur artistique. Une scène qui, chaque année, ouvre des "Brèches" aussi insolites que délectables dans le paysage musical français.

    Précédent - Suivant »
    Page 1 sur 2