Thierry Fagot a créé la Bigoud'up

Quand Gwendoline se prend pour Marilyn

Au temps de l'ORTF, il y avait Martine à la plage, Martine à l'école, Martine à la messe… Dans les années deux mille dix, c'est la Bigoud'up que l'on retrouve dans des aventures rocambolesques. Mais contrairement à son ancêtre plan-plan, cette jeune Bretonne sexy n'a pas froid aux yeux ! Pour le plus grand plaisir des enfants qui sont devenus grands.

Apposé sur tout un tas de produits et services, l'autocollant jaune et bleu de Produit en Bretagne a réussi son pari : il pèse aujourd'hui 15 milliards d'euros et regroupe plus de 100 000 salariés. De plus en plus reconnu par les consommateurs bretons, il favorise le développement économique local ; et s'inscrit en faux contre la mondialisation. Révélations sur le secret de ce "made in Breizh".

Sylvain Girault, directeur artistique du Nouveau Pavillon

"On vient voir l'ovni !"

"En son temps, Louis XIV définissait ce qu'étaient les beaux-arts. Aujourd'hui, ce sont des comités d'experts, avec toujours ce besoin incompréhensible de hiérarchiser. Tout en bas, on trouve ainsi les musiques actuelles, et en dessous, au fond, les musiques traditionnelles, les cultures populaires… Ce qui vient du peuple ne serait donc pas de l'art ?" Sylvain Girault n'a pas sa voix dans la poche. Pour se faire entendre, il a, collectivement, créé le Nouveau Pavillon, à Bouguenais, dont il est le directeur artistique. Une scène qui, chaque année, ouvre des "Brèches" aussi insolites que délectables dans le paysage musical français.

Un bateau viking en Mayenne

Du bois dont on fait les hommes libres

Mai 81. La campagne se pare d’atours présidentiels. Une certaine affiche hisse alors symboliquement le village français au rang de lieu commun. Le communal devient pour un printemps l’icône sacrée, donc salvatrice, mère de toutes les histoires nationales. En Mayenne, Cossé-en-Champagne est une de ces mères-là : des vestiges préhistoriques datant de 100 000 ans avant J.-C., une église romane, une mairie républicaine, des rues en veille. Et, dans le jardin de sa maison, "sous les yeux horribles des pontons", un homme construit de ses mains un des reflets de son histoire : un bateau viking.

agneauPas sûr que l’histoire que j’ m’en vais vous raconter va plaire aux petits enfants. Mais c’est pas de ma faute. C’est de la faute de la tradition.

La bière et la Saint Patrick - Terri(s)toires Vous avez vu ? Le 17 mars, c’était la saint Patrick. Pas la sainte Patricia, ni la saint Patoche. Mais la fête au Patrick. Bref, à Brest, à la crêperie le Diwali, on a fêté ça. Jean-Sébastien Hay, le gars qui voyage et qui fait les crêpes chez Diwali, il aime bien mettre de l’exotisme dans le blé noir. Donc le 17 mars, il a fait venir un groupe brestois. Logique. Enfin, l’idée, c’est que tout ce petit monde a fêté la saint Patrick, ce qui, pour le coup, est exotique, et la bière, ce qui l’est beaucoup moins.

Le livre de recettes au paté Hénaf - la Cuisine d'Yvonne sur Terri(s)toiresC’est bien, les bouquins. Ça vous cale un meuble et ça vous habille une étagère Ikea. Y en a même qui trouvent ça tellement passionnant qu’ils en font un festival. C’est dire s’ils ont du mobilier bancal. C’est le cas des Rennais avec la 4e édition de "Rue des livres" qui aura lieu du 11 au 13 mars. Au menu : la jeunesse dans la ville.

Des échalottesOn ne peut pas l’ignorer, le 14 février, c’est la Saint-Valentin. Si c’est pas niaiseux, c’t' histoire… Et j’ dis pas ça parce que j’ai pas d’homme pour qui faire la belle ! Y en a bien qui voudraient, mais j’ai mes habitudes. Et me ficher des culottes rouges à froufrous tout en mitonnant un bœuf bourguignon et en susurrant des mots d’amour, très peu pour moi ! Alors pendant que les donzelles se mettront en quatre pour donner un peu de bonheur à pépère, eh ! ben moi, j’irai lui causer, à ce Valentin, et il se peut bien qu’il me trouve des avantages !

La lettre à Tartempion - le patois mayennaisMon cher Tartempion,

Je me suis laissé dire que tu fréquentes du député, à l'occasion. Eh bien ! justement, dès que t'en croises un, glisse-lui deux mots à propos du patois qui s' perd plus vite que les coups de pied aux fesses. Tu peux placer tes vœux entre les deux mots, c'est comme tu veux.

Béatrice Angèle, passementière

Atout crin !

Fut un temps grec où une certaine Pénélope utilisait le sien comme prétexte à faire patienter ses prétendants. Aujourd’hui, dans le nord de la Sarthe, alors que rien ne l’y prédestinait, Béatrice Angèle semble avoir appris à se servir de son métier à tisser pour susciter… l’envie. Et celle que font naître ses créations de passementerie est immédiate. Quasi impérieuse. L’envie de toucher ! Car la matière avec laquelle elle travaille est noble et singulière : le crin de cheval. Il unit à l’élégance la plus racée une sensualité toute animale.

Les Irlandais, Ecossais et Gallois ont respectivement la Saint-Patrick, la Saint-Andrew et la Saint-David. Les Bretons ont aussi leur fête : la Saint-Yves, le 19 mai. Un rendez-vous qui va en fait s’étaler sur 10 jours, du 14 au 23 mai, avec plus de 200 évènements partout en France !

Nouvel an iranien à Nantes

L'Orient à l'Ouest

En Iran, printemps rime avec nouvel an. Et pour fêter Norouz, plusieurs familles de l’Ouest se sont réunies à Nantes le 20 mars dernier. Des traditions ancestrales et une soirée de fête, avec un parfum d’Orient… et un public métissé.

Emerald, un nouvel album pour Alan Stivell, anniversaire de son premier opus chanté (40 ans, déjà), mais « album des années 2010 », comme il l’affirme avec quelque raison. Nous reviendrons plus longuement sur cette nouvelle production. Mais déjà en 2006, à l’occasion de la sortie de son CD Explore, nous évoquions son talent à abattre les frontières entre les genres, à faire voyager l’univers artistique breton/celtique au-delà de la Bretagne.

35 ans qu’on connaît Gilles Servat… Et il continue de surprendre. Surtout pas père peinard de la chanson bretonne, il est depuis dix ans auteur réputé de littérature fantastique et même depuis quelques mois conteur.

« Précédent - Suivant
Page 2 sur 2