Qwant.BZH : le "Google français" se met au breton

La page d'accueil de Qwant.BZH La page d'accueil de Qwant.BZH

Les brittophones peuvent désormais "googler" dans leur langue. Début avril, le moteur de recherche français Qwant a inauguré sa version régionale Qwant.BZH, entièrement accessible en breton. À l'instar de son grand frère, cette nouvelle plateforme se veut également éthique et respectueuse de la vie privée.

"Petra emaoc'h o klask?" Le nouveau moteur de recherche Qwant.BZH a de quoi interpeller les non bretonnants… Et c'est bien normal : déclinaison de Qwant.com, cette interface est exclusivement réservée aux personnes parlant le breton. Sites internet, réseaux sociaux, vidéos, photos, musique… Tous les contenus référencés sont en langue celtique.

Concrètement, cette plateforme a pour but d'offrir un outil de recherche en ligne inédit adapté aux intérêts et à la culture des brittophones. Il permet ainsi aux internautes d'accéder plus facilement aux actualités traitées par la presse locale et régionale. À terme, Qwant indexera d'ailleurs l'ensemble des pages web utilisant l'extension .BZH, lancée en 2014, soit 6 000 noms de domaine.

Protection de la vie privée garantie

Et que les plus bretonnants des bretonnants se rassurent : les traductions ont été réalisées par des experts de la langue bretonne. L'entreprise Qwant s'est fait accompagner par le service de traductions collaboratives Transifex, par l'association vannetaise An Drouizig et par plusieurs traducteurs bénévoles, dont des étudiants de l'Université Rennes 2. L'interface fait également l'objet d'un suivi régulier, notamment par l'Office public de la langue.

Comme son grand frère Qwant.com, moteur de recherche lancé en 2013 qui a comptabilisé plus de 2,6 milliards de requêtes en 2016, la déclinaison régionale Qwant.BZH possède sa propre technologie d'indexation du web. Elle protège la vie privée de ses utilisateurs en interdisant tout dispositif de traçage dans un but publicitaire. Autrement dit, aucun cookie ne s'installe sur le navigateur de l'internaute et l'historique des recherches n'est pas conservé. Les près de 200 000 brittophones pourront donc "googler" – ah non, pardon, "qwanter" – en toute tranquillité.

www.qwant.bzh

Corentin Vital - Journaliste & Community manager
Corentin Vital - Journaliste & Community manager

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...

Revenir en haut de page