In bed with Lulu La Nantaise – ép. 3/3

Couverture Couverture

Suite et fin du récit d'une tournée du groupe de musique Lulu La Nantaise dans le sud de la France. Retrouvez les deux épisodes précédents ici et .

Sur la route, Al m’explique qu’ils commencent à enregistrer leur prochain et second disque la semaine suivante. Prévu pour sortir en juin, ce sera finalement octobre, avec davantage de titres de prévus. Gros travail d’adaptation et de calage. Il se trouve que je suis intéressé à la sortie de la galette. À la demande du groupe, j’ai écrit une novella, grosse nouvelle ou mini-roman, comme on voudra, qui sera proposée avec l’album. Écriture sous contrainte, parce qu’il m’a fallu appliquer les fiches de description des personnages, véritable mythologie du groupe, lisible sur leur site, à laquelle Padchenou tient beaucoup, sinon faire coller mon histoire à leur objectif secret : braquer les Palmes d’or, à Cannes, car Lulu la Nantaise est plutôt d’essence polar.

Lulu la Nantaise est surtout plutôt futée : le nom est ultra connu mais personne n’avait envisagé de s’emparer de ce personnage dont on ne savait rien. Ce sera désormais publié et de fait, la véritable Lulu imaginaire appartiendra en quelque sorte à jamais au groupe. Bien sûr, l’histoire parle de cinéma, toutes les dates collent, et je suis assez content de moi, car tout y est plausible.

Un billet pour l'autre festival de Cannes

cinéma organisant le festival de Vitrolles

Ça se succède au volant du camion. Arrêts en stations d’autoroute, mais hélas, Jo Rana n’est pas sollicité pour diagnostiquer la circulation. Coup de fil en milieu d’après-midi de Mathieu Labrouche, très sympathique directeur du cinéma organisant le festival de Vitrolles : il neige à Marseille ; il nous prédit 15 cm à l’arrivée… En fait, il n’y aura rien, hormis un froid intense, inhumain. Les Marseillais flippent vite.

Le festival court depuis une semaine. On décharge le camion sur la scène du cinéma. Zaza file faire ses réglages ; le groupe dispose son matériel dans l’espace. Dans deux heures, on rejoue la conférence et ils enquillent dans la foulée le concert-spectacle Lulu la Nantaise fait son cinéma.

Ce soir-là, la salle sera pleine : 160 personnes, dont certaines un peu âgées, cette fois. Le public est cinéphile ; il sera plié durant mes bêtises conférencières, et tout autant hyper emballé par les Lulu qui le fera, as usual, impeccablement danser en le menaçant de flingues et d’une sulfateuse. Patrick Raynal, parrain du festival et ex-directeur de la Série Noire, est, à l’issue du concert, plus qu’enthousiaste. Il a cette réflexion, récurrente, que renvoie d’ailleurs en permanence le public : "on ne s’attendait pas du tout à cela ; Lulu La Nantaise… c’est carrément génial". Il promet de faire inviter les Lulu au festival de Cannes, l’autre, (car il y aurait un autre festival de cinéma en décembre dans cette même ville. J’ignorais) pour ses 20 ans. Les Palmes d’or rêvées par Lulu, mine de rien, se rapprochent : faudra juste changer de festival.

Le lendemain, camion durant 11 heures pour le retour, dont arrêt de 2 heures afin de remonter du vin de chez Norbert, un pote vigneron de Kip, qui nous fait visiter sa cave bordelaise et nous accueille avec une chaleureuse hospitalité.

Blagues de zicos

cave de norbert

Sur le chemin Al, Kip et Zaza depuis l’arrière (où il n’y a plus un espace libre, car chacun est reparti avec son cubitainer de 20 litres), Luigi au volant et Jo me racontent leur stock de blagues de musiciens. Il y en a de vraiment bonnes. Puis ils en arrivent "à la meilleure", -du moins pour eux : c’est celle d’Elvin Jones, batteur de Coltrane, qui arrive au paradis et se retrouve pour un bœuf géant parmi les plus grands du jazz . "Y a Miles, Thelonious, Bird… alors tu vois… ça commence impec. Ils jouent le thème… Puis le thème…. Puis le thème… Et alors… et alors Elvin Jones comprend qu’il n’y aura pas de chorus. Qu’il va devoir, pour l’éternité, jouer le thème !" s’esclaffe Luigi, contrebassiste. "Aaah, mais c’est l’enfer…", s’exclame  Jo Rana, batteur, qui en pleure de rire.

Des blagues de zicos, quoi.

Lulu la Nantaise : retenez bien ce nom. L’export régional c’est plus que parti depuis un an. Ils les braqueront, les Palmes d’or. Et en fait, on leur souhaite même les Oscars du meilleur groupe de BO de films. Et si ça n’existe pas, on créera le trophée pour eux.

 

Leur site : lululanantaise.viens.la

Sur Facebook : www.facebook.com/lululanantaise44

[...]

Retrouvez les épisodes 1 et 2

 

 

 

 

 

 

Francis Mizio - Journaliste
Francis Mizio - Journaliste

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...

Revenir en haut de page