Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Au fil de l'estuaire de la Loire - escale n°8

    À la Chapelle-Launay, sur « les îles » des confins

    Au fil de l'estuaire de la Loire - escale n°8 Au fil de l'estuaire de la Loire - escale n°8 - © Franck Tomps

    Huitième escale de l'écrivain Guy-Pierre Chomette et du photographe Franck Tomps dans leur balade au fil de l'estuaire de la Loire. Cette fois-ci, c'est dans les prairies inondables de la Chapelle-Launay qu'ils ont rencontré Guillaume et son troupeau de vaches limousines, protégées par le remblai artificiel de Donges Est, un grand projet d’aménagement aujourd'hui tombé aux oubliettes.

    L’information est tombée par SMS. À l’écluse de la Taillée, le taux de salinité a baissé à 8 grammes par litre. Pour Guillaume, c’est le moment de procéder à la transhumance d’une partie de ses génisses vers « les îles », cette frange de terres inondables, aux confins de l’estuaire, où la Loire coulait encore il y a une cinquantaine d’années en se frayant un chemin entre l’île Chevalier, l’île de Pierre Rouge et quelques bancs de sables émergés.

    Guillaume Douaud est né à la Chapelle-Launay il y a 46 ans. Il a travaillé quinze ans dans l’import-export de bovins pour une coopérative agricole avant de revenir créer son exploitation dans la ferme familiale de Mareil et réaliser du même coup un vieux rêve d’enfant. Agriculture extensive, biologique, circuits courts… et une idée force – presque un manifeste politique : « adapter le bateau au bassin ». Pas d’intrants, pas de bâtiments, l’immensité des prairies de fauche et d’élevage de l’estuaire mise à disposition de ses limousines qui se sont adaptées au rythme des saisons, aux terres humides, aux étiers à traverser à la nage et aux caprices des marrées.

    Aujourd’hui, si Guillaume peut exploiter les îles plus hautes d’à peine un mètre que les prairies humides qui les encerclent, c’est grâce à l’épi sableux, comme il l’appelle, autrement dit Donges Est, un remblai artificiel de sable pompé dans la Loire et répandu sur des centaines d’hectares pour permettre l’extension des installations industrialo-portuaires de Saint-Nazaire. Commencé en 1989, le projet a fini par être gelé il y a sept ans après des années de combats juridiques menés par des associations environnementales. « Non à Donges Est ! » peut-on encore lire sur l’abribus de la Locheraie, un graffiti qui date mais que personne, ici, ne songe à effacer. « Il reste ces millions de tonnes de sable qui ont mordu dans l’ancien lit de la Loire mais dont je ne me plains pas, avoue Guillaume. C’est grâce à l’épi sableux que je peux exploiter les îles et les prairies autour, y mettre mes vaches une partie de l’année. Donges Est a drainé ce coin d’estuaire. Lors des grandes marées, l’eau ne s’y attarde plus très longtemps. Et guidées par leur instinct de survie, les vaches courent se réfugier sur le remblai dès qu’elles comprennent que l’eau va tout envahir... »

    Guillaume passe en barque le canal de la Taillée, en contrebas de Mareil, quand ses vaches se jettent à l’eau pour traverser la voie d’eau. Sur l’autre bord s’étalent à perte de vue des prairies qui butent sur les roselières gigantesques du bord de Loire. Pas de grandes marées en vue, le fleuve ne devrait pas s’infiltrer par ici avant un moment.

    L’estuaire se métamorphose comme bon lui semble…

    « Un estuaire, ça ne se dompte pas, avance Guillaume quand on lui fait remarquer que le terrassement de Donges Est semble avoir asséché et figé le paysage. La Loire échappe à ceux qui voudraient la soumettre. Depuis que je suis gamin, j’ai connu plusieurs paysages ici. J’ai connu les roseaux jusqu’à Mareil, des pâturages avec de l’eau partout, des tout petits étiers qui sont aujourd’hui beaucoup plus larges… Reviens dans dix ans, tout aura encore changé ! Malgré l’ensablement de Donges Est, l’estuaire continue à se métamorphoser comme bon lui semble. »

    Sans jamais lâcher son bâton – la période de vêlage touche à sa fin et les vaches sont d’humeur ombrageuse – l’éleveur marche sur cette immensité plate dénuée d’obstacles. Le paysage est si ouvert qu’il en donne le vertige. Seules les roselières, là-bas vers le fleuve, ourlent l’horizon. Le vent du large souffle sans contrainte. Trop lointaines pour affaiblir le sentiment de toute-puissance de la nature, les cheminées de la centrale de Cordemais piquent l’horizon à l’est, auxquelles répondent celles de la raffinerie de Donges à l’ouest. Guillaume s’arrête un instant sur une île, léger rebond de terre presque invisible, encerclé par un océan d’herbes rases. « Tu vois, si j’ai besoin de me ressourcer un peu, de repenser au sens de tout ça, je viens ici, sur les îles, ressentir le paysage les pieds dans la vase… je respire un bon coup, et je sais à nouveau pourquoi je suis venu me réinstaller sur ces terres ».

    Les vaches nous ont semés. Elles ont choisi d’aller brouter vers le sud-ouest, vers l’épi sableux et la roselière de Donges, « un monument », nous diront bientôt les bagueurs de l’Acrola*, isolés dans leur baraquement au bord du fleuve.

    * Association pour la Connaissance et la Recherche Ornithologique Loire et Atlantique.


    Texte : Guy-Pierre Chomette. Photo : Franck Tomps

     

    D'autres regards sur les frontières


    Guy-Pierre Chomette, co-auteur de Aufil de l'Estuaire de la Loire.

    Guy-Pierre Chomette, né en 1969, est journaliste, rédacteur et auteur. Ses reportages sont publiés dans Géo, Marie-Claire, Le Figaro, Le Monde diplomatique, Politique Internationale, Géopolitique

    Prix Robert Guillain pour son travail sur la querelle russo-japonaise des îles Kouriles (Le Monde diplomatique), auteur du Piéton du Grand Paris (Parigramme, 2014), récit de voyage sur le tracé du futur métro du Grand Paris, coauteur de Réfugiés Climatiques (Dominique Carré, 2010), coauteur de Terre des Pôles (Années Lumière, 2008), auteur de Lisières d’Europe (Autrement, 2004).

    Contact : gpchomette@gmail.com

     

    Franck Thomps, co-auteur de Aufil de l'Estuaire de la Loire.

    Franck Tomps, né en 1973, est photographe indépendant, diplômé de L'école Louis-Lumière en 1997. Lauréat du concours Polaroid (1997), mention spéciale d'Attention Talent photo FNAC (2002) sur Paris, boursier du concours Photographie.com (2003). Son monde singulier est le reflet d'un regard distancié sur notre société. Son travail, attaché à la banalité des lieux et aux rites ordinaires, s’exprime au travers d'un regard serein et exigeant. En témoignent les séries Mimizan sur les vacances à la plage, Port Saint Louis sur la vie d'une citée ouvrière ou A7-E15 sur une aire d'autoroute.

    Il mène en parallèle ses projets personnels, ses commandes pour Libération, ses publications presse (JDD, Le Monde, Télérama, L'Obs…) et son activité dans le secteur institutionnel.

    Contact : info@atelierdujour.fr

     

    Philippe Le Boulanger

     

    L'auteur : Marek Corbel

    Citoyen masqué à la plume noire

    Daniel Chaigne

    Qui est Marek Corbel ? Sous ce pseudonyme énigmatique se cache un Breton âgé de 39 ans et originaire de Quimperlé, vivant aujourd'hui à Paris. Juriste au ministère de l'Éducation nationale le jour, écrivain la nuit, Yves Croguennec, de son vrai nom, mène en quelque sorte une double vie : d'un côté le Droit et les règles intangibles, de l'autre une aventure éditoriale mêlant fiction et engagement.

    "Passionné par les romans noirs et fidèle admirateur d'auteurs tels que James Ellroy, Frédéric H. Fajardie et Dennis Lehane, je me suis lancé dans l'écriture en 2011", explique l'intéressé. "Mes intrigues s'inscrivent toutes dans une époque, avec ses contradictions et ses forces sociales en action. Je trouve bien souvent mon inspiration dans des faits historiques."

    Au fil de ses six ouvrages, Marek Corbel distille de manière plus ou moins énoncée une critique sociale, voire politique, du monde contemporain. La Tanière du Laonnois, son premier polar, prend par exemple la forme d'une enquête sur l'extrême droite française des années 1980. Pour Il était une fois 1945, il s'inspire cette fois-ci d'une expérience personnelle pour s'attaquer aux arcanes du syndicalisme dans la police. En pur Breton, il apprécie également interroger la notion de régionalisme, comme dans Le Sanctuaire de Cargèse et Concarn' oir, qui se déroulent respectivement en Corse et en Bretagne. Plus récemment, en 2014, il a tout simplement délaissé la forme du roman policier pour écrire le premier volet de sa trilogie En proie au labyrinthe, son livre le plus politique jusqu'à maintenant.

    Parlant plus facilement de Marek Corbel que de l'homme derrière le masque, Yves Croguennec reste finalement assez prudent et discret sur sa vision du monde actuel et sa vie personnelle. Mais il est fort probable que la clé de cette énigme se trouve entre les lignes…

    Corentin Vital

     

     

    Lire tous les épisodes d'Au fil de l'estuaire de la Loire

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...