Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Les médias nantais coopèrent, ép. 3

    Actyvea : « un incubateur dédié aux entreprises sociales innovantes »

    Philippe Lebas, cofondateur et cogérant d'Actyvea Philippe Lebas, cofondateur et cogérant d'Actyvea

    Nouvel épisode du feuilleton participatif lancé par la Compagnie des territoires sur le pôle de coopération des Écossolies. Terri(s)toires est allé à la rencontre de Philippe Lebas, cofondateur d’Actyvea. Ce cabinet en conseil et stratégie guide le groupe de travail qui conçoit l'incubateur d’entreprises du pôle. Membre des Écossolies, l’entreprise connaît bien l'Économie sociale et solidaire (ESS). Depuis sa naissance en 2010, elle aide des acteurs du territoire dans le processus de création d'entreprise. Son expertise dans le domaine des industries culturelles et créatives et des entreprises à vocation sociale lui confère une place de choix dans cet accompagnement.

     

     

    Quelle serait votre définition de l'incubation ?

    "L'incubation, c'est d'abord définir un espace d’opportunités pour faire les choses différemment. Car pour entreprendre, les idées ne suffisent pas. Il faut qu'elles trouvent écho auprès du public, et ce n'est jamais facile à évaluer, surtout lorsque ces idées sont innovantes. Une fois cet espace d'opportunités défini, nous entrons dans une phase d'expérimentation du dispositif. Le changement d'échelle est le processus final de l'incubation. Il implique également un changement de moyens."

     

    Pourquoi créer un incubateur au sein du futur pôle de coopération ?

    "Pour favoriser l'émergence de nouvelles entreprises dans l'ESS. Et l'Ouest possède déjà une offre d'incubateurs très riche (Atlanpole, Trempolino, URSCOP, etc.). Il fallait donc se différencier. Nous avons donc commencé par faire un diagnostic pour ne pas rajouter un acteur identique à ceux qui existent déjà. Nous les avons rencontrés afin de connaître leurs spécificités et réfléchir à ce que pourrait apporter l'incubateur du pôle de coopération.

    C'est ainsi que nous avons détecté la nécessité de créer un incubateur qui soit dédié aux entreprises innovantes à vocation sociale. Nantes est une ville qui a beaucoup de potentiel dans ce domaine. Cet incubateur doit permettre de créer de l'emploi utile au bien-vivre commun. En plus de la mission de détection, d'accueil et d'orientation vers les acteurs déjà existants, le pôle de coopération proposera deux modes d'accompagnement."

     

    Quels sont-ils ?

    "On peut qualifier le premier de "préincubateur", car il se destinera aux personnes qui ont des idées et se posent la question d'entreprendre ou non dans l'ESS. Il faut que l'idée trouve son public et que le porteur de projet soit prêt à la défendre jusqu'au bout. Pas facile à savoir tant qu'on ne s'est pas jeté à l'eau. Le but du préincubateur, c'est justement de tester l'idée à petite échelle et la volonté de celui qui en est à l'origine. Cela passera notamment par la rencontre avec des entrepreneurs qui pourront témoigner sur ce qu'implique ce choix de carrière au quotidien. Des petits groupes de travail permettront notamment de travailler sur ces idées.

    Place ensuite à un incubateur qui suivra des projets plus avancés en trois étapes : étude de faisabilité, expérimentation et lancement-développement. Son objectif : répondre aux difficultés des projets innovants. L’absence de retours d'expériences en est un exemple classique."


    En quoi consiste l’accompagnement d’ Actyvea ?

    "Actyvea est là pour partager son expertise et proposer une méthodologie dans la gestion du projet. Cela passe notamment par de l'animation de réunions. Depuis 2012, nous accompagnons un groupe de travail composé de la direction des Écossolies, de la Boutique de Gestion, d'Arais, du Fondes, de Nantes Métropole, de Radar, de la Coopérative d'installation en agriculture paysanne (CIAP) et de l'Ouvre Boîte pour mettre en place et faire fonctionner cet incubateur. Mais ce groupe n'est pas figé et pourrait encore s'élargir."

     

    Qu'est-ce qui vous stimule dans ce projet ?

    "C'est d'abord un projet qui a du sens et une réelle utilité sociale pour le territoire. À Nantes, il y a de nombreux projets à fort potentiel. J'ai d'ailleurs dit à l'équipe des Écossolies : "préparez-vous à être victimes de votre succès". C'est un champ à prendre et nous souhaitions y contribuer. D'autre part, ce projet a un intérêt dans la démarche de recherche du cabinet. Actyvea est très investi dans la recherche et le développement en science de gestion. Il a même été labellisé "Jeune entreprise innovante en science de gestion" par le ministère de la Recherche. Nous nous intéressons particulièrement à la gouvernance collective en entreprise et l'ESS compte plusieurs exemples pertinents."

     

     

    www.actyvea.com


    La coopération en action

    La Compagnie des territoires a réuni quatre médias nantais indépendants impliqués localement dans l'économie sociale et solidaire (ESS) pour participer à une expérience innovante : un feuilleton plurimédia mutualisé. Pluralité des supports, des publics et des points de vue, cette initiative inédite et expérimentale met l'accent sur la diversité.

    Les médias participants :

    Logo Jet FM Logo Terri(s)toires Logo Vlipp.fr Logo Consommer Responsable

     

    Lire tous les épisodes

    Capucine Saez - Journaliste
    Capucine Saez - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...