Chronique d’une initiation

C'est la data !

Carte sur le dynamisme associatif à Nantes Carte sur le dynamisme associatif à Nantes

À Nantes, une petite équipe a tenté d’évaluer l’évolution de la qualité de vie. Un travail de coproduction qui s’est révélé passionnant... mais aussi complexe, chronophage et symbolique des pièges du data-journalisme.

Reconversion industrielle, nouveaux habitants, aménagements urbains… En 20 ans, Nantes s’est profondément transformée, conservant cependant de fortes disparités entre le centre et la périphérie, les quartiers bourgeois et populaires, les zones commerçantes et résidentielles. Six designers, développeurs et journalistes*, réunis pour un week-end d’initiation au data-journalisme, ont décidé d’appréhender ces mutations à l’aide de données publiques. Objectif : mesurer l’évolution de la qualité de vie à Nantes à l’échelle du quartier. Une séance de brainstorming a permis de dégager différents critères : l’accès au foncier, la proximité de transports en commun et des commerces, le nombre d’associations, le solde naturel et la densité de population, le revenu médian par habitant, le taux de chômage ou encore la proximité des espaces verts.

Données indisponibles ou capricieuses

Obstacle de taille : très peu de données sont à l'échelle du quartier. L’Insee fournit une foule d'informations pour les communes, mais pas de précisions à une échelle plus fine. De plus, le découpage administratif de Nantes en 11 quartiers ne correspond pas toujours aux espaces de vie perçus par les habitants. À titre d’exemple, une zone réputée défavorisée comme Malakoff est couplée avec une autre plus aisée, en l’occurrence Saint Donatien. Une volonté politique de ne pas stigmatiser certains territoires ? Toujours est-il que l’analyse comparative ne peut se faire qu'à l'échelle des 24 communes de la métropole nantaise : un chantier trop vaste pour deux jours de travail.

L'ambition de départ est donc réévaluée et l'équipe se concentre sur un critère qui lui tient particulièrement à cœur, le dynamisme citoyen. Analyse des créations d’associations entre 1999 et 2008, mise en relation de leur croissance avec celle de la population et de ses revenus, découpage par champ d'action (culture, sport, solidarité…), corrélation avec l'évolution des classes d’âge... l'équipe s'échine à extraire les informations du journal officiel, à fiabiliser ses sources, à lisser les revenus fiscaux en euros constants, cogite sur la pertinence des données brutes ou relatives... Résultat ? Aucune logique apparente.

Un coup dans l'eau

Recette du data-journalisme

- une problématique clairement délimitée

- des données dont la disponibilité aura de préférence été vérifiée en amont

- des connaissances de bases sur les statistiques

- une équipe aux compétences mixtes : designers, développeurs, graphistes, journalistes…

- des contacts avec des chercheurs (sociologue, économistes, urbanistes…) pour valider si besoin la méthodologie et l’interprétation des résultats

- une bonne dose de temps et un zeste de patience

Pas de conclusion, des informations sans surprises et une base de données trop restreinte pour en déduire des règles générales, l'étude est décevante. Elle permet cependant de dresser un premier état des lieux de la métropole et de pointer des différences notables. Par exemple, seules trois communes (Saint-Herblain, Saint-Aignan de Grand Lieu et Saint-Sébastien) voient leur population de moins de 19 ans progresser, tandis que celles de la périphérie, et particulièrement du sud Loire, gagnent davantage d’habitants que le centre.

Des informations qui devaient faire l’objet de représentations cartographiques avec des pictogrammes, mais qui n’ont pas pu être exploitées dans les délais impartis. L'expérience a tourné court, mais peu importe : l'objectif était de se frotter aux difficultés du data-journalisme, et de ce point de vue c’est une réussite !

 

* Ont collaboré à cet atelier : Hélène Beilvert-Hall, Thomas Gratier, Steeve Avrillault, Guillaume Tripoteau, Jean-Daniel Roche et Alexandra Jore.

 

Carte sur les générations à Nantes Carte sur la densité de population à Nantes en 1999 Carte sur la densité de population à Nantes en 2008
Alexandra Jore - Journaliste
Alexandra Jore - Journaliste

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...