Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Gipsy Toussaint

    Cimetière de Vallet : une terre d'asile éternelle pour les voyageurs

     Christian Cossard dit "Papet" ou "l'homme au chapeau", ancien gadjo devenu voyageur. Christian Cossard dit "Papet" ou "l'homme au chapeau", ancien gadjo devenu voyageur.

    Au sein du cimetière communal de Vallet, "gadjé" et voyageurs reposent en paix. Un lieu atypique, le plus important de l'Ouest, où les stèles sont de véritables mausolées à la mémoire des voyageurs disparus. À l'occasion de la Toussaint, visite guidée avec Christian Cossard, ancien "gadjo" converti au nomadisme.

    Dans quelques jours, les cimetières seront les lieux les plus colorés de nos communes. Vallet n'échappe pas à la tradition de la Toussaint. Mais ici, le spectacle est sans doute plus surprenant qu'ailleurs. De véritables chapelles vitrées étincelantes se dressent dès le portail franchi. Marbres, dorures, mosaïques... les mausolées édifiés par les gens du voyage rappellent fièrement le souvenir de leurs proches disparus. À l'intérieur, une "cheminée" en marbre sur laquelle la famille a laissé un objet : une petite machine à sous, une roulotte miniature, un paquet de cigarettes... Autant de traces que l'on laisse en mémoire, au moment de dire "latcho drom", bonne route.

    La symbolique roulotte, posée en souvenir de l'être cher. Elle était brûlée au décès du voyageur... jusqu'à ce que celle-ci soit remplacée par la caravane.

    Aussi loin que les Valletais se souviennent, la commune a toujours abrité des gens du voyage. Pourquoi Vallet ? L'histoire raconte qu'il y a plus d'un siècle, une petite fille "voyageuse" tomba gravement malade après sa communion, puis mourut à Vallet. Ses parents demandèrent à la municipalité de l'inhumer au cimetière de la commune. Il est, depuis, devenu le lieu régional des gens du voyage qui s'y retrouvent pour la Toussaint et les grands rassemblements religieux, pour honorer leurs morts. Dans l'allée qui monte au cimetière, et un peu plus haut dans le bourg, des terrains ont été acquis puis construits. Autant de pieds-à-terre avec un ou plusieurs emplacements pour la caravane et celles de la famille.

    Adan, Meuche, Mouche... On trouve les tombes de très anciennes familles de voyageurs, très régulièrement entretenues par leurs descendants.

    Christian Cossard, lui, n'est plus un oiseau de passage. Cet ancien "gadjo" a pourtant rejoint la communauté des "voyageurs" il y a plus de 35 ans. "À l'époque, j'étais employé par la Ville de Nantes comme paveur bordurier. Un jour, je suis tombé en panne de voiture et un voyageur m'a proposé son aide. Grâce à lui, j'ai appris à connaître la communauté et une forme de respect que je ne connaissais pas chez les gadjé. Alors je suis resté." Christian vend sa maison, achète un camion et une caravane. Il part, bourlingue sur les routes avec son épouse Martine, directrice administrative convertie en vendeuse de parfums et de lingerie. De marchés en marchés, la belle aventure dure 7 ans. "Martine est tombée malade, nous avons dû revenir à la sédentarisation."

    Les gens du voyage sont très croyants. Rien n'est trop beau pour honorer la mémoire des morts, confie le voyageur Christian Cossard.

    Lorsque sa "chérie" ferme ses yeux en 2009, on vient de partout pour "faire le feu" et bénir la défunte. "Martine avait émis le vœu d'être incinérée. Elle désirait ne laisser aucune trace de la longue maladie qui l'avait touchée. Jusqu'à l'inhumation, cinq jours plus tard, toute la famille était là. Tout le temps. On a rassemblé ses affaires, puis on a allumé un grand brûlot qui ne s'est pas éteint durant cinq jours et cinq nuits." Martine repose aujourd'hui entre les tombes des gadjé et des voyageurs. Christian, invalide suite à un accident, est resté sédentaire. Mais son cœur est toujours en voyage. "Je fais la boîte aux lettres, le messager pour les voyageurs, le médiateur avec les équipes municipales... L'une de mes caravanes, la "Palace Casino", accueille même les parties de tarot, à l'occasion ! Je suis fier d'avoir été accepté par les voyageurs, ce qui est plutôt rare pour un gadjo. J'ai trouvé une communauté où les valeurs de la famille et de la solidarité prennent tout leur sens."

    1 gadjo ("gadjé" au pluriel) est le nom donné par les gens du voyage aux sédentaires.

     

    Annie Rapin - Journaliste
    Annie Rapin - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...