Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    C'est vous qui le dites ! #15

    Connaissances et croyances en guerre sur la Toile

    Mauvaise nouvelle pour la démocratie ? La lecture du dernier ouvrage du sociologue Gérald Bronner, La démocratie des crédules*, a de quoi rendre perplexe. À l’heure de tous les enthousiasmes suscités par l’ère numérique et par ses formidables opportunités pour l’expression de la démocratie participative, voilà qu’on se met à douter… (un édito de la Tribune Libre de l’Institut Kervégan, par Stéphanie Rabaud).

    On pensait qu’internet allait permettre « la démocratisation de la démocratie », on pensait qu’internet allait autoriser une « formidable promesse d’égalité », rendre possible « l’utopie d’une parole libre » et organiser « la délibération permanente ». Or, nombre de données psycho-sociologiques viennent jouer les trouble-fête !

     

    Quel est le contexte ?

    Le volume des connaissances scientifiques a sans cesse augmenté, et le temps imparti à l’éducation et la formation est resté stable. Ainsi, la part relative de ce que chacun peut maîtriser a diminué. Internet a suscité une véritable révolution de « l’offre cognitive » au moment où s’opérait une libéralisation accrue du marché de l’information. Mais la structuration de cette offre se rapporte au rayonnage de supermarché qui rend plus attractifs certains produits que d’autres. Or en tête de gondole, on retrouve plus fréquemment des produits issus des croyances que des produits issus de la connaissance. C’est le double effet de notre « avarice cognitive » (s’approprier le produit de la connaissance scientifique demandant beaucoup plus d’efforts et de temps) et du PageRank des moteurs de recherche.

    Les catégories de l’angoisse collective ont ainsi évolué : le fonctionnement de l’esprit humain se focalisant plus facilement sur les coûts que sur les bénéfices, notamment face aux propositions technologiques, les suspicions se sont portées aujourd’hui sur les scientifiques, les journalistes et les politiques.

    En quoi la démocratie pourrait en pâtir ?

    Si chacun a le droit de s’exprimer sur tous les sujets quelle que soit sa compétence, et si chacun a le droit de décider, sommes-nous pour autant à l’abri de l’erreur collective?

    Le temps imparti à la vérification des données n’est pas le temps des médias numériques ; les militants sont plus motivés et consacrent plus de temps pour défendre leur point de vue que ceux qui doutent ou sont indifférents ; les compétences d’argumentation que certains ont sur d’autres, les conflits d’intérêt et les enjeux idéologiques, tout cela fait dire à l’auteur que parier sur la sagesse de la multitude dans la délibération collective relève de l’illusion.

     

     

    Comment capitaliser sur ces constats ?

    Miser sur l’éducation et la formation ? Oui, à condition que le développement de l’esprit critique qui caractérise les sociétés démocratiques s’accompagne de ce que Bronner considère comme la pierre d’angle de toute pédagogie, à savoir l’enseignement de la méthode, pour mettre à distance les très nombreuses erreurs de perception dans notre représentation du monde.

    Ensuite, la société a besoin de réactiver les réseaux de la science populaire, elle doit donc s’appuyer sur de nouveaux relais de la connaissance.

    La démocratie n’est pas encore arrivée à son âge de maturité. La lecture de cet ouvrage pourra irriter certains esprits, mais si l’on en fait une lecture rigoureuse, il y a matière à débattre et à éviter bien des désillusions.

     

    * Gérald Bronner, La démocratie des crédules, Presses universitaires de France, mars 2013

    NB : Gérald Bronner est l'invité du Conseil de développement dans "Fréquence citoyenne" sur Euradio Nantes samedi 4 mai à 11 h.

     

    logo Institut KerveganL’Institut Kervégan est un laboratoire d’idées, un centre de réflexion de la société civile. Ce think-tank nantais se donne pour mission d’encourager le croisement des analyses entre les générations, les professions et les disciplines, favoriser l’émergence d’idées innovantes pour orienter les choix des politiques publiques à une échelle locale, nationale et européenne.

    A travers ses débats, ateliers de réflexion et études sociologiques, l’objectif est de favoriser la compréhension du monde pour produire des idées depuis notre territoire de vie.

    www.institut-kervegan.com

     

    Parce que les bonnes idées se partagent…

    … et parce que nous croyons qu'il faut toujours favoriser le partage des idées, Terri(s)toires ouvre ses pages aux prises de parole des acteurs des territoires. Notre rubrique "C'est vous qui le dites !" est une chronique où nous souhaitons accueillir les points de vue les plus divers, ceux de simples particuliers et ceux d'experts patentés, parlant en leur nom propre ou pour le compte d'une organisation, d'une association ou d'un groupe… pour en tout cas provoquer le débat.

    Parmi les thématiques que nous privilégions, il y a celles qui intéressent la communauté des "Terri(s)toriens" : les initiatives sociétales de tous ordres, les modes de vie, et la culture dans son sens le plus large. Nous choisissons cependant de ne pas limiter les sujets potentiels, car c'est bien la nouveauté ou l'originalité des analyses, des opinions et des points de vue qui nous intéresse… et qui intéressera les lecteurs de Terri(s)toires.

    La rédaction se réserve le droit d'agréer les propositions qui lui seront faites. Pour proposer un texte, il suffit de nous contacter sur Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

     

     

     

     

     

    Stéphanie Rabaud

    Directrice générale de l’Institut Kervégan

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Commentaires  

     
    0 #1 Pierre 28-01-2014 16:22
    Bonjour,

    Malgré le ton pessimiste de cet article, nous avons décidé de tenter notre chance sur ce sujet.
    Depuis maintenant plusieurs mois, nous travaillons sur le site J'ai Une Idée, plateforme participative où les citoyens proposent leurs idées et échangent sur celles-ci. Les élus n'ayant alors plus qu'à s'en inspirer s'ils les trouvent pertinentes.

    Nous ne croyons pas à l'implication des citoyens sur tous les sujets ou à une obligation de respecter les votes sur notre plateforme.
    Mais leurs initiatives ne doivent pas rester coincées dans les ordres du jours pré-établis des réunions publiques.

    Peut être que l'expérience va faillir, peut être que non, mais on veut tenter le coup.

    Pierre,
    Créateur de J'ai Une Idée
    www.jaiuneidee.net
    Signaler à l’administrateur
     

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...