Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    L'Atelier de la gouvernance, ép. 3/3

    Démocratie ouverte à Nantes : un accélérateur citoyen pour trois étudiantes

    Katel et Delphine sont étudiantes à l'École de design. Katel et Delphine sont étudiantes à l'École de design.

    "Désintérêt", "fracture", "défiance"… c'est un fait : les jeunes ont tendance à se détourner de la politique. Leur sous-représentation dans les débats citoyens est souvent pointée du doigt dans l'opinion publique (et ce n'est pas les Enfoirés qui diront le contraire). À contre-courant de cette idée, plusieurs étudiants se sont inscrits à l'Atelier de la gouvernance, organisé à Nantes entre septembre 2014 et mars 2015. Témoignages.

    Toutes les trois ont 22 ans, sont étudiantes à Nantes en deuxième année de master, et ont pris part aux cycles de l'Atelier de la gouvernance. Delphine, Katel et Marine font partie des plus jeunes participants à l'événement. Les deux premières suivent des cursus différents à l'École de design, alors que la troisième est en sociologie à l'université. En plus de leurs profils relativement proches, les trois filles ont de nombreuses similitudes dans leurs manières d'observer et d'analyser les faits. Il n'est donc pas étonnant qu'elles portent, à quelques distinctions près, le même regard critique au sujet de la manifestation.

    Les cours. Voilà la motivation principale qui a poussé Delphine, Katel et Marine à s'engager dans l'Atelier de la gouvernance. Chacune à leur façon, elles travaillent cette question dans leurs cursus. "Avec Katel, nous avons une spécialité en commun traitant de la ville de demain, commente Delphine. Cette expérience nous servira dans nos projets de fin d'études, qui tournent également autour de ces questions." Marine, quant à elle, a eu plusieurs cours sur la démocratie participative et souhaitait approfondir sa réflexion sur le sujet. Une stratégie payante, d'ailleurs, puisqu'elle poursuit aujourd'hui dans cette voie dans le cadre de son stage de master 2.

    Des participants trop homogènes

    Le dernier atelier de la gouvernance s'est déroulé fin novembre.Les trois apprenties citoyennes portent néanmoins un avis mitigé sur l'événement. "Il y a une sorte d'entre soi, précise Marine, en vraie sociologue. J'ai l'impression que l'on retrouve une certaine typologie de personnes : une majorité d'hommes, qui ont entre 30 et 40 ans, issus du milieu associatif ou entrepreneurial, et faisant partie du réseau de la Cantine numérique de Nantes." Delphine confirme cette idée : "Le public était plus varié lors du premier atelier. Peut-être ont-ils pris peur en voyant la place qu'occuperait le numérique… Comme cette retraitée qui avait pris la parole lors de cette rencontre. Un peu "à côté de la plaque", elle avait fait sourire l'audience et on ne l'a plus revue ensuite." Un point de vue partagé par Katel, pour qui les discussions sont souvent accaparées par "les spécialistes".

    Deux élus ont pris part dès le début au cycle de l'Atelier de la gouvernance : Bassem Asseh, conseiller municipal en charge du dialogue citoyen et de la coproduction et Mounir Belhamiti, conseiller municipal en charge de l’e-citoyenneté. Malgré des à priori négatifs, les trois étudiantes ont apprécié leur participation : "Même s'ils tombent parfois dans les discours habituels, je suis agréablement surprise de leur implication. Ils sont facilement accessibles", résume Katel.

    Marine est étudiante à Nantes en sociologie. Le numérique : plus un moyen qu'une fin en soi

    Contrairement au hacker Kheops, Delphine, Katel et Marine ne sont pas des as de l'informatique. Pour elles, cette lacune a été un frein dans les discussions. "Plusieurs participants s'y connaissent et prennent souvent la parole. Nous, avant de nous exprimer, il faut qu'on prenne le temps de comprendre et réfléchir à ce qui vient d'être dit", souligne Katel. Même si le digital a été imposé dès le départ comme base de travail, celui-ci se révèle clivant. Cette question a d'ailleurs été soulevée à plusieurs reprises dans les discussions de l'atelier.

    Finalement relégué au rang d'outil, il s'est un peu effacé au fil des rendez-vous au profit de réflexions plus larges sur le dialogue citoyen : qu'est-ce que la démocratie participative ? Comment la mettre en place de manière équitable ? Comment doit-elle être prise en charge par les pouvoirs publics ? Les formats proposés permettent-ils à l'ensemble des citoyens de s'engager dans les débats ? Pour les trois étudiantes, qui voient cette évolution d'un œil positif, le numérique est donc plus un moyen qu'une fin en soi.

    Une citoyenneté réveillée ?

    Malgré ces quelques critiques, le trio d'étudiantes est fier de participer à l'initiative, qu'elles trouvent utile et intéressante. "Même si cela part un peu dans tous les sens, quelque chose de bien en ressort", résume Delphine. Il faut bien le reconnaître, les trois Nantaises n'auraient probablement jamais mis les pieds à l'événement sans l'appel des études. Elles ne se sentent pas vraiment l'âme "citoyenne". Elles n'ont pas l'impression d'agir. "Je trie mes déchets. Mais à part ça…", plaisante Katel. Même constat pour Marine : "Comme beaucoup, j'exprime mes choix politiques par le vote et j'ai participé à la manifestation républicaine du 10 janvier… Mais c'est tout."

    Toutes les trois laissent entrevoir un certain sentiment de culpabilité. Mais reconnaissent que cette aventure a un impact positif sur elles et, contre toute attente, a dépassé le simple cadre des études : "Cela m'a donné l'envie de m'engager dans une association. Depuis le dernier atelier, j'ai participé à l'opération "Clan du néon", le 29 janvier à Nantes, dont le but était de sensibiliser les commerçants au gaspillage énergétique", annonce fièrement Delphine. Katel souhaite s'investir au sein de son quartier, tandis que Marine veut contribuer davantage aux discussions publiques en participant au débat sur la Loire, initié par la ville de Nantes, ou en intégrant le conseil de développement de la métropole. La flamme citoyenne semble donc bien allumée pour ce jeune trio !

     

    Charte de gouvernance ouverte : entre curiosité et impatience

     

    Le dernier atelier de la gouvernance s'est déroulé fin novembre.

    Alors que le troisième cycle de l'Atelier de gouvernance s'est déroulé fin novembre, la création de la charte de démocratie ouverte approche à grands pas. Les trois Nantaises déclarent être curieuses et impatientes de la voir, mais ne cachent pas pour autant leurs interrogations : "Quelle forme aura-t-elle ? Comment sera-t-elle diffusée ? Comment évoluera-t-elle ?". Prévue pour début mars, elle sera présentée à la Ville et Nantes métropole lors d'un quatrième rendez-vous. Celui-ci permettra notamment de la mettre en débat afin d'affiner la proposition finale. Les participants et les élus sont d'ailleurs invités à venir discuter autour des points clés de ce document. Sceptiques, Delphine, Katel et Marine demandent à voir : "ce texte devra faire ses preuves. Nous avons peur que ce ne soit que du vent, car ce texte n'engage à rien de concret. La balle est donc maintenant dans le camp des pouvoirs publics."

    Pour en savoir plus : www.atelierdelagouvernance.fr

    Lire tous les épisodes de l'Atelier de la gouvernance

    Corentin Vital - Journaliste & Community manager
    Corentin Vital - Journaliste & Community manager

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...