Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Émile Letertre : liberté, égalité, homosexualité

    Émile Letertre, prêtre militant pour les droits des personnes homosexuels Émile Letertre, prêtre militant pour les droits des personnes homosexuels

    Ancien résistant, militant en faveur de la cause homosexuelle et prêtre, Émile Letertre est un combattant pour la liberté. 88 ans, une bibliothèque bien remplie dans son bureau de la maison du Beau Passeur, le Nantais en a vu des vertes et des multicolores. Les oubliés de la mémoire, les chrétiens homosexuels, le sida… L'homme de foi est monté au front.

    C'est l'histoire d'un homme de l'ombre. Émile Letertre est né en 1924 à Châteaubriant, dans une famille de cinq enfants. "J'ai eu une enfance très heureuse, au sein d'une famille solide. Nous étions habitués à vivre la porte ouverte, dans un esprit d'accueil inconditionnel. Mes parents ont toujours été à l'aise avec des gens culturellement et socialement différents." Par la suite, Émile s'est découvert des talents pour les produits chimiques et a travaillé quelque temps dans une droguerie à Angers. "C'est là que j'ai rencontré un ami de la jeunesse ouvrière chrétienne. Il avait un sens de la fraternité exceptionnel ! C'est lui qui m'a donné l'idée de devenir prêtre, et je suis entré dans un séminaire."

    Triangle rose

    1939, arrive la guerre. La famille Letertre entre dans la Résistance. Le frère, le cousin et le père sont arrêtés par la Gestapo et déportés à Auschwitz, en novembre 1943. "J'étais à un séminaire à Legé lorsque les nazis ont débarqué chez nous. C'est ce qui m'a sauvé." Silence. "La Gestapo savait tout. Elle me connaissait, me traquait, j'étais un "terroriste" comme ils disaient. J'étais sur la liste des condamnés à mort, mais ils me laissaient dans la nature pour récupérer des informations sur le réseau (Buckmaster-Oscar)." Jusqu'à la fin de la guerre, Émile a dû faire acte de bravoure et surtout de discrétion pour ne pas trahir ses compagnons de lutte. "Je considère que nous avons un sixième sens : la mémoire. Bien des années plus tard, les souvenirs remontent."

    Sensible aux questions de la déportation, Émile Letertre est sollicité par Jean Le Bitoux, fondateur du journal Gai Pied et fervent militant du mouvement homosexuel, pour la rédaction de son livre : Les oubliés de la mémoire. Publié en 2002, il soulève le sujet sensible de la déportation des homosexuels. "Ce sujet est difficile pour l'opinion publique, et a demandé un travail de recherche très rigoureux. Encore aujourd'hui, il est remis en question par des politiques ! (NDLR : par exemple Christian Vanneste, ancien député UMP)." Le paragraphe 175, rajouté par les nazis dans le code pénal allemand, réprimait toutes les personnes réputées homosexuelles. Pierre Seel, qui a porté le triangle rose, marque des déportés homosexuels dans les camps de concentration, est le premier à témoigner.

    "Il fallait dire la vérité ! Nous avons mené des recherches scientifiques, avec une documentation très dense. Malheureusement, peu de témoignages nous sont parvenus car, jusqu'à maintenant, l'homosexualité était un véritable tabou. Il était déjà difficile pour les déportés de raconter leur calvaire, alors pour les déportés homosexuels… imaginez !" Aujourd'hui, les recherches ont apporté la preuve formelle que 211 français furent déportés pour leur homosexualité. Un chiffre qui augmente au fur et à mesure que les archives s'ouvrent. "Pendant 50 ans, ils n'ont rien dit. Les premiers témoignages sont arrivés tardivement, surtout aux alentours de 1995, alors qu'on fêtait le cinquantenaire du débarquement."

    Chrétien et gay

    VIH : nuage noir sur arc-en-ciel

    Années quatre-vingts, une maladie jusqu'alors inconnue se propage sournoisement dans la société : le sida. Les homosexuels sont directement attaqués. Panique dans les hôpitaux ; les médecins, qui la considèrent comme la peste, se défilent. Témoin de ce drame social, Émile Letertre, et son confrère le Père Uzenot, ont fait appel aux pouvoirs publics et demandé la prise en charge des personnes atteintes du sida. "Amitié Sida" est né. Ce centre d'accueil thérapeutique est encore actif à Nantes et St-Nazaire. "Les seules personnes qui osaient approcher les malades étaient les amis, ceux avec un grand A. C'est à ce moment que la société a découvert que l'amour n'était pas le monopole des hétérosexuels, et qu'il pouvait exister, entre deux personnes du même sexe, un amour sincère."

    Dans la Bible, David, le roi d'Israël, a un ami : Jonathan. Leur amitié fusionnelle ressemble, pour certains, à de l'amour. De ce prétexte est né le nom de l'association pour les homosexuels chrétiens : "David et Jonathan". "L'association a vu le jour en 1972, j'en ai un souvenir très précis ! Nous étions trois ou quatre avec la volonté de créer un lieu d'accueil pour les homosexuels, trop souvent raillés et condamnés par la société et l'Église. C'était un devoir particulier, car à l'époque, les réalités homosexuelles venaient tout juste d'émerger. Il fallait trouver un moyen de se réunir afin de s'épauler." Émile Letertre s'est aussi battu contre les préjugés. "Il faut arriver à comprendre que l'homosexualité n'est pas un choix. Beaucoup d'hommes et de femmes mariés s'en rendent compte tardivement. J'ai dû évacuer toutes mes idées fausses. Finalement, qu'est-ce que la normalité ?"

    "David et Jonathan" existe depuis 40 ans. Le mouvement a pris une ampleur internationale au fil du temps. En 1983, l'association a commencé à éditer un bulletin d'informations diffusé dans 37 pays, à destination de 1 850 personnes. "Il était imprimé à Nantes par, je vous le donne en mille, des religieuses !" En l'occurrence, les sœurs Clarisses de Nantes. "Je ne pensais pas qu'elles accepteraient. Après avoir parlé paperasses et techniques, j'ai enfin explicité le contenu de ces bulletins. La sœur en chef m'a dit  : "je vous ai dit oui, et c'est toujours oui.""

    Un drapeau multicolore pour l'Europe

    Par la suite, Émile Letertre crée un forum pour les chrétiens LGBT (lesbiennes, gay, bi et trans) d'Europe. "C'était un truc complètement fou ! Cela permet de réunir chaque année 44 nations, pendant plusieurs jours, pour combattre les préjugés et apporter un message de soutien. L'Abbé Pierre, par exemple, a assisté à de nombreuses réunions." L'année dernière, la réunion se trouvait à Berlin ; cette année elle sera à Amsterdam. Émile file sur son ordinateur et ouvre un mail : "j'ai reçu ce message la semaine dernière de Saint-Pétersbourg, car il y avait des manifestations contre l'homophobie en Russie."

    Cette initiative va au-delà du simple rassemblement : "l'idée m'est apparue en octobre 1982 ; l'Europe était en construction et le mouvement homosexuel prenait de l'ampleur. Il fallait absolument que le Conseil de l'Europe accepte et reconnaisse ce mouvement afin qu'il soit respecté dans les pays européens et dans le monde entier."

     

    Émile Letertre est engagé dans de nombreuses associations, dont l'association des Anciens Appelés d'Algérie : http://www.4acg.org/. Il a également participé à l'écriture de Guerre d'Algérie, guerre d'indépendance, qui sortira en juin.

    Retrouvez l'article d'introduction du dossier avec le sommaire ici

    Clémentine Jurvilliers - Journaliste
    Clémentine Jurvilliers - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Commentaires  

     
    0 #1 Nicolas 31-05-2012 16:17
    Un très bel article pour rendre hommage à ce triple "résistant". Militant contre l’obscurantisme homophobe, résistant à la barbarie nazie et défenseur d'un christianisme rénové et décomplexé. Bravo à la journaliste d'avoir restitué une si belle histoire digne d'une transcription cinématographie (mais pas sur TF1 hein), quelle chance de pourvoir rencontrer de tels personnages avant qu'ils disparaissent dans l'oubli. Merci !
    Signaler à l’administrateur
     

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...