Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Reggae en Pays de Retz, ép. 3/3

    En été, le cœur du Pellerin bat au rythme du Dub Camp Festival

    Les témoignages d'Angélique, Thierry, Annaëlle, Léna et Elisabeth Les témoignages d'Angélique, Thierry, Annaëlle, Léna et Elisabeth

    Monter les premières éditions d'un festival de musique est toujours délicat. Les grandes étapes consistent souvent à trouver les artistes, les partenaires… et le site adéquat. Un point qui peut s'avérer compliqué lorsqu'il s'agit de musiques sortant des sentiers battus, comme celles du Dub Camp Festival. Installé depuis l'année dernière au Pellerin (44), commune de 4 600 habitants située en bord de la Loire, il propose une programmation tournée vers le reggae dub. 9 000 festivaliers du monde entier ont fait le déplacement en 2014. Mais quel est son impact sur le territoire au niveau économique, culturel et social ? Témoignages.

     

     

     

     

    Thierry, Président-directeur général d'Intermarché Le Pellerin, 52 ans

    "Nos ventes ont augmenté de 30 %"

     

    Thierry Levard est le PDG de l'Intermarché du Pellerin.

    "Nous sommes des partenaires de la première heure. Depuis la création du festival, nous jouons le jeu avec grand plaisir et entretenons de bonnes relations avec les organisateurs. L'an passé, nos employés ont par exemple porté des tee-shirts Dub Camp pendant toute la durée du festival. Il y avait une ambiance bon enfant et cela a apporté un peu de diversité au sein du magasin. Cette année, nous leur fournissons gratuitement quatre camions ainsi que des navettes pour faire le trajet camping – centre-ville*. Nous vendons aussi des places via notre espace Accueil… et certains nous appellent de Hollande pour réserver leurs pass ! Enfin, au niveau des retombées économiques, l’impact est également significatif pour nous. Nos ventes ont augmenté de 30 % lors de l'édition précédente… Alors, à moins d'une semaine du festival, je peux vous assurer que notre réserve est déjà pleine !"

     

     

    Angélique, gérante du café le Tabula chez Baboune

    "De nombreux festivaliers étrangers sont venus chez nous"

     

    Partenaire du festival, Tabula chez Baboune propose également des places.

    "Le Dub Camp Festival est une belle occasion de faire la fête. J'y suis moi-même allée et l'ambiance est vraiment conviviale. Certains de nos clients appréhendaient l'arrivée de cette population différente, mais ils se sont vite rendu compte qu'il s'agissait de gens sympathiques. L'événement a en tout cas eu un impact positif sur notre chiffre d'affaires. Par chance, la Coupe du monde de football se déroulait au même moment que le festival. De nombreux festivaliers, français mais aussi étrangers, sont donc venus regarder les quarts de finale chez nous. Difficile de dire si les retombées économiques seront les mêmes cette année… mais je suis confiante, surtout depuis la mise en place des navettes entre le centre-ville et le festival."

     

     

    Élisabeth, éducatrice spécialisée à la retraite, 63 ans

    "Des rencontres inattendues"

     

    Élisabeth, en compagnie de son mari, Paul.

    "Même si je ne suis pas spécialement fan de ce genre de musique, je suis très heureuse que le Dub Camp Festival se déroule au Pellerin. On y voit une population différente et il amène un peu de vie au bourg. Pour l'anecdote, l'année dernière, j'ai pris en stop trois jeunes Allemands pour les avancer près du site du festival. Dans la voiture, ils m'ont bredouillé quelques mots… mais n'étant pas très forte en anglais, je les ai finalement amenés chez nous pour qu'ils discutent avec mon mari, ancien professeur d'anglais. Au fil de la discussion, ils nous ont avoué chercher un endroit pour acheter de l'alcool… alors qu'il était déjà 20 h ! Nous avions passé un bon moment avec eux, alors nous leur avons fourni les quelques bouteilles dont nous disposions, puis je les ai déposés au site du festival."

     

     

    Anaëlle, étudiante en licence d'Information et Communication, 18 ans

    "La proximité a été l'élément déclencheur"

     

    Festivalière lors de la première édition, Annaëlle sera bénévole au Dub Camp Festival cette année.

    "Un festival aussi gros juste à côté de chez nous ? Quand on a vu l'info sur Facebook avec mes amis, on n’y croyait pas… jusqu'à ce qu'on s’inscrive pour la journée du vendredi. Puis, nous avons tellement apprécié que nous y sommes aussi retournés le dimanche. Et cette année, nous restons les trois jours en tant que bénévoles. J'ai particulièrement aimé l'ambiance qui y régnait : c'est roots, mais ça reste tout de même accessible, et il y a un beau mélange entre l'ancienne génération composée de vieux rastas, et les plus jeunes. Cependant, même si j'écoute un peu de dub et connaissais quelques têtes d'affiche, je n'y serais pas allée si ça avait été plus loin. D'autant plus que les places sont relativement chères. La proximité a donc été l'élément déclencheur, pour nous."

     

     

    Léna, étudiante en master Francophonie et échanges interculturels, 23 ans

    "L'attraction de l'année !"

     

    À regret, Léna ne pourra pas participer au Dub Camp Festival cette année.

    "J'ai été bénévole pour le Dub Camp Festival l'année dernière et je ne le regrette pas ! Malgré le mauvais temps, l'ambiance était au rendez-vous. Je me suis engagée dans cette aventure avant tout parce que c'était à côté de chez moi, mais aussi parce que je connais des gens au sein de l'équipe d'organisateurs (NDLR : Get Up). Installée au stand de pose des bracelets, j'ai vu beaucoup de festivaliers passer. C'est une population assez diversifiée et internationale : il y a par exemple des Australiens, des Américains et même des Néozélandais. J'ai également eu la chance d'assister à des concerts, comme celui de Stand High Patrol. Habituellement, je suis plus portée sur le reggae, la pop-rock et la musique du monde, mais une occasion comme celle-ci, ça ne se loupe pas. Pour les jeunes du coin, c'est un peu l'attraction de l'année !"

     

    * Via l’association des commerçants du Pellerin qui proposera aux festivaliers un service de navettes (9 places) allant du centre-ville au camping du festival. La navette circulera de 12 h à 19 h les vendredi et samedi et de 10 h à 13 h le dimanche. Tarif d’un trajet simple : 1 €.

     

    La deuxième édition du Dub Camp Festival se déroulera les 10, 11 et 12 juillet sur le site naturel de la Martinière, au Pellerin (44).



    Lire notre feuilleton Reggae en Pays de Retz

    Corentin Vital - Journaliste & Community manager
    Corentin Vital - Journaliste & Community manager

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...