Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Portrait

    Erik Clavery, champion de trail à "plaine" puissance

    Erik Clavery a été champion du monde de trail en 2011. Erik Clavery a été champion du monde de trail en 2011.

    Cavaler sur les chemins, longtemps : c'est le trail. En pleine croissance depuis dix ans, ce sport d'endurance compte un champion du monde dans le Vignoble nantais. Et ce plat pays qui est le sien, Erik Clavery ne le quitterait pour rien au monde.

    Derrière le carreau du café, l'hiver nantais fait son office : mouillé dans l'air, grisâtre dans le ciel, détrempé par terre. À l'intérieur, Erik Clavery sirote son thé. Tranquille. Bien d'autres fois, l'adepte de trail n'y coupe pas : il faut aller dehors, courir pour s'entraîner. Depuis dix ans qu'il est dans le coin, celui qui habite à Remouillé, dans le Vignoble nantais, a su s'adapter et même aimer courir ici. "La boue, c'est bien, ça forge un mental intéressant, un mental de costaud", commente-t-il en jetant une œillade à la fenêtre. Vers sa tasse, il plonge à nouveaux ses yeux, bleus comme la mer des Caraïbes.

    Itinéraire d'un globe-traileur

    Une étendue qu'il longeait pas plus tard qu'il y a une semaine. Les organisateurs de la Transmartinique, une course de 138 kilomètres à travers l'île, l'avaient sollicité. Une invitation pas déméritée : Erik Clavery a été champion du monde de trail, un titre gagné en 2011 en Irlande. Dans la moiteur caribéenne, il n'a pas réédité l'exploit. "Vers le soixantième kilomètre, j'ai fait une insolation. Pas bien du tout, allongé par terre, les pulsations super hautes, j'ai fini par me relever, en me disant d'aller jusqu'au prochain ravitaillement. Et puis à force de volonté, de ravitaillement en ravitaillement, je suis arrivé au bout", raconte-t-il placidement. Il a fini quatrième. Au pied du podium, comme en 2012 à la Diagonale des Fous (course bien nommée qui sillonne la Réunion sur 160 kilomètres).

    Mental de costaud, made in Loire-Atlantique qui est, faut-il le signaler, l'un des quatre départements les plus plats de l'Hexagone. C'est pourtant une terre de trail intéressante selon Erik Clavery qui travaille à la mairie de Vertou. "Il y a une grosse activité dans le coin, un gros foyer de pratiquants, avec un vrai niveau régional. Mais on ne trouve pas pour autant de très gros niveaux, ce qui s'explique quand on voit les dénivelés sur les trails nationaux ou internationaux", constate le trentenaire. Même si l'inclinaison du terrain et la longueur des pentes ne sont pas l'essence du sport, insiste-t-il : "la définition actuelle du trail dit que c'est une course avec au moins 80 % de chemins, qui fait au moins vingt kilomètres. Il n'y a pas forcément la notion de dénivelé."

    Les bords de Sèvre, un petit bout de montagne

    Portrait d'Erik Clavery. La méthode s'accompagne d'une philosophie. "Le trail, j'aime ça parce que c'est un combat sur la durée, et puis aussi pour la semi-autonomie. Personnellement j'adore ce côté aventure, c'est pour ça que j'ai basculé sur des trails plus longs !", confesse-t-il. Comme le trail du Vignoble nantais dont il a gagné une édition nocturne il y a deux ans. Un événement dont il conseille aussi la version diurne : "avec plein de petits chemins, on découvre vraiment le vignoble d'une autre façon. Il y a beaucoup de points de vue très particuliers, surtout du côté de la Maine qu'on surplombe parfois à une vingtaine de mètres." Un autre trail a ses faveurs : celui de l'île d'Yeu, qu'il a gagné en 2013. "C'est super joli, et puis ça permet de faire un séjour en famille !", insiste cet athlète deux fois papa.

    Heureux comme un traileur en plaine, Erik Clavery se satisfait de son sort. Même s'il ne dédaigne pas arpenter les alpages à grandes enjambées : fort d'un partenariat avec la station de Courchevel, il part s'y entraîner quelques fois dans l'année. Ne serait-ce pas tentant de s'installer par là-bas, d'aller au cœur des massifs où le trail est roi ? "On m'a déjà proposé du boulot à la montagne, mais je le sentirais comme un déracinement. Il faut se construire quelque part, pour les proches aussi c'est mieux", tranche le traileur.

     

    En savoir plus : www.erikclavery.com

    Benjamin Belliot-Niget - Journaliste
    Benjamin Belliot-Niget - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...