Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Centre interculturel de documentation de Nantes

    Immigration, intégration : le CID, 30 ans au service du vivre-ensemble

    Sacha Crusson, coordinatrice de projet interculturel et Aïcha Boutaleb, directrice du CID. Sacha Crusson, coordinatrice de projet interculturel et Aïcha Boutaleb, directrice du CID.

    C’est en 1984 dans la foulée de la "Marche des Beurs" que le Centre interculturel de documentation (CID) nantais a vu le jour. Depuis, il milite en faveur du vivre-ensemble et de la lutte contre les discriminations. Un combat qui n’a pas pris une ride et se décline même en BD.

    Début des années quatre-vingt. Fin du septennat Giscard, la gauche est au pouvoir. Un vent de changement souffle sur la France. Les radios libres envahissent les ondes et le "virage de la rigueur" n’est pas encore amorcé. De nombreux Français voient l’avenir en rose. Pour les immigrés aussi les choses évoluent.

    Après son arrivée au pouvoir, François Mitterrand a procédé à des régularisations massives et assoupli les conditions de séjour. Pourtant, la répression continue. Des incidents éclatent à l’été 83 entre policiers et jeunes dans le quartier des Minguettes, à Vénissieux. Ils seront suivis par la Marche pour l’égalité des droits et contre le racisme, la fameuse "Marche des Beurs".

    "Cette marche a montré que la situation était plus grave qu’il n’y paraissait, qu’un racisme sourd existait dans ce pays, se souvient Abdellatif Lagnaoui, alors jeune Marocain venu étudier l’architecture à Nantes. C’est grâce à elle qu’est né le Centre interculturel de documentation, issu d’un collectif regroupant des enseignants, des travailleurs sociaux qui réfléchissaient aux questions liées à l’immigration et à l’intégration. Nous souhaitions encourager les interactions, aider l’accueillant et l’accueilli à faire un pas l’un en direction de l’autre. Les gens devaient pouvoir avoir accès à une autre littérature, découvrir des cultures différentes".

    Une fête du vivre-ensemble qui essaime

    Un anniversaire en BD

    Pour fêter ses 30 ans, le CID a demandé à huit dessinateurs locaux d’illustrer à leur manière le parcours de huit migrants. Ils se sont inspirés des histoires racontées dans les différents ouvrages intitulés Bribes de mémoires, qui rassemblent les témoignages recueillis grâce au CID. Le livre, baptisé DestiNation, a été présenté officiellement lors de l’anniversaire du CID le 26 juin dernier.

    Retrouvez des extraits sur Terri(s)toires dès demain dans la rubrique "ebooks"

    D'abord installé dans un petit local d’une trentaine de mètres carrés au cœur de Nantes, le CID multiplie les actions. Il publie un Livre blanc de l’immigration dans L’Ouest, lance une fête du "vivre-ensemble" qui aboutira au fil des ans à la naissance du festival Tissé métisse.

    Mais surtout, le CID accompagnait tous ceux qui souhaitaient monter des associations de quartier. Il les guidait dans leurs démarches pour rédiger leurs statuts, salarier des permanents… "Nous avions parallèlement développé un volet "conférences", en ciblant des interventions de qualité, poursuit Abdellatif Lagnaoui. Nous avons ainsi reçu l’anthropologue des religions et philosophe Malek Chebel… avant qu’il ne soit connu".

    Un centre de ressources très riche

    Aujourd’hui implanté dans les locaux des chantiers navals sur l’Île de Nantes, le CID poursuit son travail de médiation sous l’impulsion de son actuelle directrice (et ancienne présidente) Aïcha Boutaleb. Pôle de ressources majeur, il regroupe 12 000 ouvrages et emploie cinq permanents. "Le centre de ressources est ouvert à tous, explique Aïcha Boutaleb. Nous disposons de documents très pointus, notamment sur l’histoire des migrations, mais aussi de la littérature jeunesse. Nous accueillons principalement des étudiants ou des chercheurs intéressés par ces sujets".

    En parallèle, le CID décline l’œuvre initiée par les pionniers il y a une trentaine d’années. "Nous continuons à soutenir la création d’associations et toute autre initiative, souligne Aïcha Boutaleb. L'ancien directeur du CID, Rida Teffahi, avait édité un guide des associations, "Guid'on" et le vendait aux communes et aux départements pour qu’ils le redistribue gratuitement. Le travail de médiation reste prépondérant. Le fossé est en train de se creuser entre les quartiers et les institutions. C’est une des causes du repli identitaire, communautaire, actuel. Depuis 30 ans, on parle à la place des personnes qui travaillent sur le terrain. Il faut arrêter et les laisser faire si on veut continuer à porter les valeurs républicaines dans ces quartiers".

    Idéalistes et "laïcards"

    "À l’époque, nous étions des idéalistes, se souvient Abdellatif Lagnaoui, des "laïcards" inspirés par la France des Lumières et de la Révolution française. J’espère que nous avons contribué à faire évoluer les mentalités, même si le combat est loin d’être terminé."

     

    Plus d’informations sur le site du CID : http://cid-nantes.org

     

     


    Nicolas Démare

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...