Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    C'est vous qui le dites ! #16

    La France est-elle vraiment entrée dans le XXIe siècle ? Un point de vue décentralisé

    Les tribunes de Terri(s)toires Les tribunes de Terri(s)toires

    La France est-elle vraiment entrée dans le XXIe siècle ? Cette question nous était posée en ouverture de la 1re université d’été de l’association des anciens auditeurs du CHEDE (Cycle des Hautes études en développement économique), qui se tenait du 14 au 16 juin à Ajaccio. J’étais invitée à intervenir au titre de l’Institut Kervégan, au côté de Marie Cécile Naves, directrice des études du Think Tank Différent et chargée de mission au Commissariat général à la stratégie et à la prospective.

    L’idée était de confronter le point de vue de nos deux think tanks sur l’évolution de notre pays au cours des 10 dernières années. Marie Cécile Naves a choisi de dresser un portrait de la France dans son rapport à l’altérité, à l’intégration et à la diversité en miroir des évolutions qui ont eu cours sur le continent américain. Pour ma part, il était attendu que je présente un point de vue décentralisé en parlant du développement des métropoles régionales et de démocratie participative dans les territoires.

    Qu’est-ce qui a changé depuis 10 ans dans les territoires ?

    J’avais posé la question aux adhérents de l’Institut Kervégan présents lors d’un de nos rendez-vous mensuels, et l’échange que nous avions eu avait permis de poser quelques grandes lignes. Puisant dans les travaux des différents ateliers que nous avons menés ces dernières années (les stratégies de territoires, l’ouverture à l’international, les restructurations urbaines, etc.), j’ai pu ainsi témoigner d’une évolution assez remarquable.

    Nantes est à ce titre exemplaire de ce que le phénomène de métropolisation a entraîné d’un point de vue économique, démographique, politique et social dans notre pays.

    Parce que les bonnes idées se partagent…

    … et parce que nous croyons qu'il faut toujours favoriser le partage des idées, Terri(s)toires ouvre ses pages aux prises de parole des acteurs des territoires. Notre rubrique "C'est vous qui le dites !" est une chronique où nous souhaitons accueillir les points de vue les plus divers, ceux de simples particuliers et ceux d'experts patentés, parlant en leur nom propre ou pour le compte d'une organisation, d'une association ou d'un groupe… pour en tout cas provoquer le débat.

    Parmi les thématiques que nous privilégions, il y a celles qui intéressent la communauté des "Terri(s)toriens" : les initiatives sociétales de tous ordres, les modes de vie, et la culture dans son sens le plus large. Nous choisissons cependant de ne pas limiter les sujets potentiels, car c'est bien la nouveauté ou l'originalité des analyses, des opinions et des points de vue qui nous intéresse… et qui intéressera les lecteurs de Terri(s)toires.

    La rédaction se réserve le droit d'agréer les propositions qui lui seront faites. Pour proposer un texte, il suffit de nous contacter sur redaction@terristoires.info.

    Quand on regarde dans le rétroviseur, on mesure à quel point on a fait du chemin ! Les différentes phases de la décentralisation ont permis d’améliorer de manière significative la qualité des services publics, et la dernière décennie a été marquée par une véritable valorisation des territoires, portée par un marketing territorial effréné pour capter les entreprises, les chercheurs et les cadres. Résultat au niveau local : Nantes a généré en 10 ans, entre 1997 et 2007, plus de 60 000 emplois salariés privés, correspondant à un taux de croissance de 33 % contre 18,7 % au niveau national, et sa population a augmenté de 10 %, représentant le 2e taux de croissance démographique après Toulouse. D’un point de vue économique, le territoire s’est structuré autour de pôles de compétitivité à vocation mondiale, et l’ouverture du tissu économique à l’international est désormais en marche.

    Cette décennie a aussi été celle de l’émergence d’une démocratie territoriale, avec des expérimentations en termes de démocratie participative, certes encore imparfaites, mais le recul est aujourd’hui suffisant pour en tirer les premières leçons. Souvent suspectées de n’être que des mises en scène par le pouvoir politique, lourdes à piloter et coûteuses, il n’en demeure pas moins que des opérations comme les Assises régionales de la Région Pays de la Loire ou Ma Ville Demain de la métropole nantaise sont des expériences sur lesquelles il faut capitaliser.

    Est-ce une décennie marquée du sceau de la réussite ? Serait-on, de ce fait, plus confiants et plus optimistes en région ? Rien n’est moins sûr...

    La démocratie territoriale se heurte à différentes réalités

     

    Première des réalités qu’affronte la nouvelle démocratie territoriale, une organisation territoriale caractérisée par un millefeuille de moins en moins lisible, que l’acte III de la décentralisation ne semble pas remettre en question, loin s’en faut ! De ce point de vue, nous ne sommes pas entrés dans le XXIe siècle !

     

    Deuxième réalité, la pression démographique et donc foncière qui a entraîné l’étalement urbain et l’émergence de rurbains avec leur lot de difficultés (coûts et temps de transports, accès aux services publics...) ; la densification urbaine a généré des résistances et des oppositions de citoyens qui revendiquent le fameux Never in my backyard ; le chômage, comme ailleurs, frappe ou menace, détruisant la confiance en soi et envers les institutions.

    L’expression démocratique locale est marquée par deux tendances : d’un côté la captation du débat public par des groupes de militants, plus souvent des opposants, de l’autre des indifférents qui viennent grossir le rang des abstentionnistes à chaque échéance électorale, laissant la place dans les urnes aux bulletins de vote des extrêmes.

    C’est un défi pour la démocratie participative, c’est aussi l’enjeu d’une cyberdémocratie : est-ce que les outils numériques vont nous aider à « passer d’une relation fondée sur des rapports de force (...) à une situation de rapports de flux, privilégiant l’échange, le partage, la solidarité et l’empathie »* pour entrer vraiment dans le XXIe siècle ?

     

    *Extrait d’un article de Joël de Rosnay et Anne-Sophie Novel, "Inventons une cyberdémocratie pour accompagner la civilisation du numérique", Le Monde, 3 juin 2013

     

    logo Institut KerveganL’Institut Kervégan est un laboratoire d’idées, un centre de réflexion de la société civile. Ce think-tank nantais se donne pour mission d’encourager le croisement des analyses entre les générations, les professions et les disciplines, favoriser l’émergence d’idées innovantes pour orienter les choix des politiques publiques à une échelle locale, nationale et européenne.

    A travers ses débats, ateliers de réflexion et études sociologiques, l’objectif est de favoriser la compréhension du monde pour produire des idées depuis notre territoire de vie.

    www.institut-kervegan.com

     

    Stephanie Rabaud, directrice générale de l'Institut Kervégan

     

     

    Stéphanie Rabaud

    Directrice générale de l’Institut Kervégan

     

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...