Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…


    Les tops de Terri(s)toires
    Les tops de Terri(s)toires Artistes locaux, endroits flippants, jolies plages, lieux aux noms insolites...  La rédaction de Terri(s)toires explore les territoires de l'Ouest à la recherche de perles, et dresse des…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    À Nantes

    Le festival Migra'Son, un accord majeur pour soutenir les migrants mineurs

    Une manifestation pour les mineurs isolés. Une manifestation pour les mineurs isolés. - © Collectif MIE

    L'idée est née sur un coup de tête. Quelques mois plus tard, elle est en train de devenir réalité. Malgré le scepticisme d'experts, vu les délais raccourcis et le peu d'expérience des organisateurs, le festival solidaire et éclectique Migra'Son s'installera à Pol'n les 19 et 20 mars prochains. La recette sera utilisée pour apporter une aide de premier secours à des mineurs isolés étrangers. Onze associations locales ont rejoint cette dynamique originale portée par sept jeunes Nantais. Entretien avec Guillaume Sanchez, vice-président de l'association Les Maillés qui a été créée pour organiser le festival.

     

    Comment ce projet est-il né ?

    "L'été dernier, la photo du petit Aylan a suscité beaucoup d'émotion. Comme beaucoup, je suis touché par la thématique des migrants, notamment lorsqu'il s'agit de mineurs, mais je ne savais pas quoi faire pour les aider. Je me suis rendu compte que pas mal de personnes de mon entourage étaient dans la même situation, mais qu'il manquait un lien entre les associations qui ont besoin de bénévoles et les personnes qui seraient prêtes à donner un coup de main. L'idée de Migra'Son, événement grand public, participatif et festif, a émergé un dimanche, fin octobre. J'étais avec une amie, Hélène Cho*. Nous éprouvions tous deux une grande lassitude et avons décidé d'agir concrètement. Ensuite, tout est allé très vite. Le projet a été monté en 15 jours, et avec deux autres amies, Jessie et Aurélie, nous avons créé l'association Les Maillés en novembre, puis nous avons cherché une salle pour accueillir l'événement."

     

    Bannière du festival Migra'Son, à Nantes.

    Pourquoi avoir choisi Pol'n ?

    "Nous avons eu beaucoup de mal à trouver un lieu. Il faut souvent s'inscrire dans une programmation, obtenir un créneau longtemps en avance, alors que nous souhaitions être dans une démarche d'urgence. Pol'n nous a répondu favorablement… mais à la condition qu'on mutualise nos efforts avec deux autres associations qui souhaitaient organiser un événement similaire, Nantes en résistances (qui finalement n'est pas coorganisateur, mais fait partie des associations partenaires) et le collectif MIE."

     

    Quels sont le rôle et l'objectif de ce collectif ?

    "L'antenne nantaise du collectif MIE a été créée l'été dernier pour venir en aide aux mineurs isolés étrangers sur le territoire : ils sont actuellement une cinquantaine à ne bénéficier d'aucun moyen dédié alors que la loi française leur reconnaît ce droit. Le collectif MIE a donc ouvert des squats pour les héberger, récolte de la nourriture et des vêtements, leur donne des cours et des coups de main administratifs… Afin de garantir une fourniture alimentaire régulière pendant 12 mois à ces jeunes migrants, un contrat a été signé avec la Banque alimentaire et il a démarré en janvier. Le coût est de 1 000 €, et c'est le montant que nous cherchons à réunir, via une cagnotte en ligne sur Colleo et avec le festival Migra'Son. Nous souhaiterions aussi permettre aux bénévoles de rentrer dans leurs frais, notamment pour la restauration, ce qui nécessiterait d'arriver à 1 800 €."

     

    Comment avez-vous articulé les deux projets ?

    "Nous nous sommes tout de suite mis d'accord sur le nom, les valeurs et trois objectifs. Premièrement, faire la fête en proposant un événement ouvert à un public très large et qui porte un message positif sur les échanges et le métissage. Deuxièmement, recueillir les fonds pour financer ce contrat avec la Banque alimentaire. Enfin, faire connaître les nombreuses associations, notamment locales, qui travaillent avec les migrants. Ces objectifs ne sont pas si évidents à atteindre, notamment pour être ouvert à tous : la ville de Nantes, par exemple, a organisé en octobre un événement sur les migrants, mais beaucoup d'associations n'étaient pas présentes à cause de sa nature institutionnelle et le public était assez âgé, avec une majorité de retraités. Grâce au soutien bénévole de nombreux artistes, nous avons donc construit une programmation très éclectique, allant de la deep house à la musique classique en passant par le reggae, le blues ou le rock. Nous avons également cherché à réunir le maximum d'associations, notamment en privilégiant l'indépendance financière : nous n'avons donc demandé le soutien d'aucune collectivité."

     

    Quelles sont les associations partenaires et comment se compose l'équipe d'organisateurs ?

    "En plus des deux associations organisatrices, nous sommes parvenus à en embarquer 11 autres dans l'aventure, et c'est une grande fierté : AMI (Accompagnement migrants intégration), Amnesty International, la Cimade, la Ligue des droits de l'Homme, le Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples), Droit au logement, le Gasprom – Asti (Groupement accueil service et promotion, association de solidarité avec les travailleurs immigrés), le Gref (Groupement des éducateurs sans frontières), Nantes en résistances, Médecins du monde et Solingua. L'équipe est composée de sept personnes : les quatre des Maillés, plus Livia, Romuald et Maxi du collectif MIE. Nous avons entre 23 et 35 ans, avec des profils très différents : il y a des étudiants, des travailleurs, des chômeurs… Cette diversité est un gros plus."

     

    Pour une première, ce festival s'annonce donc comme une belle réussite ?

    "Nous nous étions fixé deux objectifs : monter une programmation culturelle diversifiée couvrant tout le week-end, et rassembler au moins dix associations. Nous y sommes parvenus, et ce n'était pas gagné en aussi peu de temps. Beaucoup de personnes nous ont dit que le projet était irréalisable. Avec beaucoup de bonne volonté et une certaine fraîcheur, car tous les organisateurs sont bénévoles et novices dans l'organisation d'événements, nous sommes en passe d'y arriver. Mais tant que l'événement n'est pas fini, je préfère rester prudent ! Nous espérons désormais que les Nantais se mobiliseront pour venir sur le festival. Nous aimerions accueillir au moins 400 personnes sur le week-end, et si on arrive à atteindre le double, ça serait top !"

     

    * Présidente de l'association Les Maillés.comp

     

    Festival Migra'Son, samedi 19 et dimanche 20 mars, entrée à prix libre
    Pol'n - 11, rue des Olivettes – 44 000 Nantes

     

    En savoir plus : http://festival-migrason.com - www.facebook.com/migrason

    L'événement sur Facebook : www.facebook.com/events/1684170788534825

    La cagnotte sur Colleo : www.colleo.fr/cagnotte/2921/migra-son

    Thibaut Angelvy - Journaliste, webmaster et rédaction en chef
    Thibaut Angelvy - Journaliste, webmaster et rédaction en chef

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...