Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    C'est vous qui le dites #24 (ép. 3)

    "Légumes moches" : un scénario à 2,75 milliards d’euros

    Nous sommes tous des légumes moches Nous sommes tous des légumes moches

    Lutter contre une discrimination systémique… Revenons sur la situation qui perdure depuis si longtemps, celle d'une discrimination légale, à l'égard des "outsiders" qui n’ont pas d’emploi, au profit des "insiders" qui en ont un, mais qui prient pour ne pas tomber du côté obscur de la force. Nous sommes en réalité en face d’une discrimination systémique dont personne ne s’empare. "Nous sommes tous des légumes moches" propose des analyses et des actions concrètes. (tribune libre)

    En 2011, Pete Stone (Rouen Business School et Justdifferent.eu) écrivait qu’ "être au chômage représente un des critères de discrimination les plus importants. Et pourtant, il ne figure pas dans la liste des critères du code du travail et du code pénal. Il s’agit donc d’une discrimination tout à fait légale. Légale, oui, intelligente ? Non !". Questionnons-nous individuellement et collectivement sur ce fait. Il existerait donc des discriminations légales ? Il existerait des discriminations intelligentes ?

    Nous sommes en réalité en face d’une discrimination systémique dont ni le législateur, ni le corps social, ni les discriminés eux-mêmes n’ont osé réellement s’emparer. Coexistent ainsi le monde des "outsiders" qui n’ont pas d’emploi, et celui des "insiders" qui en ont un et prient pour ne pas tomber du côté obscur de la force. Quel mouvement, quelle initiative, quel porteur de message saura s’en faire l’écho ? Sans attendre de la loi qu’elle change, "Nous sommes tous des légumes moches !" propose aujourd’hui des analyses et des actions concrètes à la portée de chaque partie prenante de la collectivité.

    Le coût faramineux de la désutilité

    Les études publiques et privées s’entendent pour évaluer le coût annuel du chômage pour la collectivité à 75 milliards d’euros (indemnisations, baisses de recettes fiscales, baisse de pouvoir d’achat) auxquels il convient d’ajouter le coût sanitaire et social (perte en capital social, impact sur la santé, mortalité multipliée par 3). Au total, le coût global est évalué à 110 milliards d’euros par an. Soit, sur la base d’un "stock" de 5 millions de demandeurs d’emploi de catégories A, B ou C, 22 000 euros engagés pour chaque personne en situation de désutilité.

    Il n’est pas ici question de remettre en cause les dépenses de solidarité, mais bien de questionner les moyens pour participer à leur réduction, leur efficience ou leur affectation, en sachant que le premier levier restera la création d’emploi. Mais nous n’en sommes hélas pas encore là ! Il est donc indispensable d’ouvrir des voies alternatives qui resteront ancrées dans les changements de pratique quand le temps de la reprise sera venu.

    Contre le gaspillage humain : appliquer les principes de l’économie circulaire

    À quelques mois du sommet mondial COP 21, nous sommes informés, sollicités et pour partie convaincus des vertus de l’économie circulaire. Il s’agit de lutter contre les gaspillages énergétiques et de ressources en privilégiant les flux et les achats de matières, d’énergie, de produits ou de service au sein d’un cycle vertueux. Cela n’a rien à voir avec un retour au protectionnisme, puisque les circuits "courts" peuvent aussi être des circuits internationalisés. Nous y trouvons pêle-mêle les indicateurs de mieux-être, de biodiversité, de croissance ou de bilan carbone. Mais regardez bien ! Quand est-il réellement question de la préservation de ces ressources qui disparaissent aujourd’hui dans le sable du chômage (le capital humain, l’éducation, la motivation, les compétences, l’intelligence collective) ? Il est donc temps de les reconnaître comme ressources fondamentales à préserver et utiliser avec intelligence et humanité.

    Jusqu’à 2,75 milliards d’économies à réinvestir : CQFD

    Tentons une estimation : 110 milliards de dépenses annuelles, soit 22 000 euros pour chacune des cinq millions de personnes qui vivent le chômage en moyenne 14 mois. De leur côté, les entreprises recrutent annuellement 3 millions de CDI, mais on n’y connaît pas la part de chômeurs. Si on (le "on" est d’importance, car il s’agit bien d’un engagement de chaque partie prenante) se donne comme objectif d’augmenter de 10 %, soit 300 000, la part des chômeurs dans ces recrutements et de baisser de moitié la durée moyenne d’inactivité pour les personnes embauchées, on obtient une économie incroyable de 2,75 milliards d’euros par an ! C’est probablement une estimation basse, puisqu’elle n’intègre ni les CDD longs, ni les autres catégories de chômeurs. Elle prend simplement en compte le flux annuel de contrats durables, et indifféremment les rotations ou les créations d’emploi. Vous avez bien lu : à compétences comparables, une baisse de 10 % des situations de discrimination précitées et dues au chômage entraînera une économie collective de 2,75 milliards d’euros par an ! Est-ce que ça ne vaut pas la peine de tenter le coup, de se pencher sur la question de nos a priori, de nos pratiques, de nos indicateurs ? On peut aussi discuter des chiffres de référence, mais ça ne changera pas fondamentalement le raisonnement.

    Combien cela représente-t-il en points de croissance, en heures de formation, en pouvoir d’achat, en signaux positifs qui ne coûtent pas un centime de plus et qui valorisent les réussites ? Et pour boucler avec l’économie circulaire, le développement durable et la RSE, tout cela tient de la parabole du colibri popularisée par Pierre Rabhi, celle de la somme des plus petites initiatives.

    Rendre visible : un grand compteur national et un indicateur "Légumes moches"

    Cet élan doit être rendu visible, pour ceux qui le mettent en œuvre et pour ceux qu’on fera enfin sortir de l’ombre, pour une dynamique collective et positive. Imaginons un grand compteur national alimenté par les pouvoirs publics et/ou les entreprises, où chaque contrat de travail signé et assorti d’une sortie durable du chômage serait valorisé à hauteur de l’économie réalisée.

    Imaginons que les acteurs de ces réussites - les entrepreneurs dans leur politiques RSE, les collaborateurs nouvellement embauchés à l’intérieur des mêmes entreprises, les territoires - puissent revendiquer leur participation à cet élan.

    Imaginons un portail qui rendrait visibles, par tous, les résultats quotidiens.

    Cet indicateur "Légumes moches" est à portée de clic.

     

    À bientôt !

     

    Merlin Voiforte

    Tribune légumes moches de Merlin Voiforte

    Merlin a choisi l'anonymat, mais répond aux questions et autres sollicitations :

    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

    www.facebook.com/pages/Merlin-Voiforte/1597238017184650

     

    Parce que les bonnes idées se partagent…

    … et parce que nous croyons qu'il faut toujours favoriser le partage des idées, Terri(s)toires ouvre ses pages aux prises de parole des acteurs des territoires. Notre rubrique "C'est vous qui le dites !" est une chronique où nous souhaitons accueillir les points de vue les plus divers, ceux de simples particuliers et ceux d'experts patentés, parlant en leur nom propre ou pour le compte d'une organisation, d'une association ou d'un groupe… pour en tout cas provoquer le débat.

    Parmi les thématiques que nous privilégions, il y a celles qui intéressent la communauté des "Terri(s)toriens" : les initiatives sociétales de tous ordres, les modes de vie, et la culture dans son sens le plus large. Nous choisissons cependant de ne pas limiter les sujets potentiels, car c'est bien la nouveauté ou l'originalité des analyses, des opinions et des points de vue qui nous intéresse… et qui intéressera les lecteurs de Terri(s)toires.

    La rédaction se réserve le droit d'agréer les propositions qui lui seront faites. Pour proposer un texte, il suffit de nous contacter sur redaction@terristoires.info.

     

    Lutter contre une discrimination systémique… Revenons sur la situation qui perdure depuis si longtemps, celle d'une discrimination légale, à l'égard des "outsiders" qui n’ont pas d’emploi, au profit des "insiders" qui en ont un mais qui prient pour ne pas tomber du côté obscur de la force. Nous sommes en réalité en face d’une discrimination systémique dont personne ne s’empare. "Nous sommes tous des légumes moches" propose des analyses et des actions concrètes. (tribune libre)

     

    En 2011, Pete Stone (Rouen Business School et Justdifferent.eu) écrivait qu’ "être au chômage représente un des critères de discrimination les plus importants. Et pourtant, il ne figure pas dans la liste des critères du code du travail et du code pénal. Il s’agit donc d’une discrimination tout à fait légale. Légale, oui, intelligente ? Non !". Questionnons-nous individuellement et collectivement sur ce fait. Il existerait donc des discriminations légales ? Il existerait des discriminations intelligentes ?

    Nous sommes en réalité en face d’une discrimination systémique dont ni le législateur, ni le corps social, ni les discriminés eux même n’ont osé réellement s’emparer. Coexistent ainsi le monde des "outsiders" qui n’ont pas d’emploi, et celui des "insiders" qui en ont un et prient pour ne pas tomber du côté obscur de la force. Quel mouvement, quelle initiative, quel porteur de message saura s’en faire l’écho ? Sans attendre de la loi qu’elle change, "Nous sommes tous des légumes moches !" propose aujourd’hui des analyses et des actions concrètes à la portée de chaque partie prenante de la collectivité.

     

    Le coût faramineux de la désutilité

    Les études publiques et privées s’entendent pour évaluer le coût annuel du chômage pour la collectivité à 75 milliards d’euros (indemnisations, baisses de recettes fiscales, baisse de pouvoir d’achat) auxquels il convient d’ajouter le coût sanitaire et social (perte en capital social, impact sur la santé, mortalité multipliée par 3). Au total, le coût global est évalué à 110 milliards d’euros par an. Soit, sur la base d’un "stock" de 5 millions de demandeurs d’emploi de catégories A, B ou C, 22 000 euros engagés pour chaque personne en situation de désutilité.

    Il n’est pas ici question de remettre en cause les dépenses de solidarité, mais bien de questionner les moyens pour participer à leur réduction, leur efficience ou leur affectation, en sachant que le premier levier restera la création d’emploi. Mais nous n’en sommes hélas pas encore là ! Il est donc indispensable d’ouvrir des voies alternatives qui resteront ancrées dans les changements de pratique quand le temps de la reprise sera venu.

     

    Contre le gaspillage humain : appliquer les principes de l’économie circulaire

    À quelques mois du sommet mondial COP 21, nous sommes informés, sollicités et pour partie convaincus des vertus de l’économie circulaire. Il s’agit de lutter contre les gaspillages énergétiques et de ressources en privilégiant les flux et les achats de matières, d’énergie, de produits ou de service au

    sein d’un cycle vertueux. Cela n’a rien à voir avec un retour au protectionnisme, puisque les circuits "courts" peuvent aussi être des circuits internationalisés. Nous y trouvons pêle-mêle les indicateurs de mieux-être, de biodiversité, de croissance ou de bilan carbone. Mais regardez bien ! Quand est-il réellement question de la préservation de ces ressources qui disparaissent aujourd’hui dans le sable du

    chômage (le capital humain, l’éducation, la motivation, les compétences, l’intelligence collective) ? Il est donc temps de les reconnaître comme ressources fondamentales à préserver et utiliser avec intelligence et humanité.

    Jusqu’à 2,75 milliards d’économies à réinvestir : CQFD

    Tentons une estimation : 110 milliards de dépenses annuelles, soit 22 000 euros pour chacune des cinq millions de personnes qui vivent le chômage en moyenne 14 mois. De leur côté, les entreprises recrutent annuellement 3 millions de CDI, mais on n’y connaît pas la part de chômeurs. Si on (le "on" est d’importance, car il s’agit bien d’un engagement de chaque partie prenante) se donne comme

    objectif d’augmenter de 10 %, soit 300 000, la part des chômeurs dans ces recrutements et de baisser de moitié la durée moyenne d’inactivité pour les personnes embauchées, on obtient une économie incroyable de 2,75 milliards d’euros par an ! C’est probablement une estimation basse, puisqu’elle n’intègre ni les CDD longs, ni les autres catégories de chômeurs. Elle prend simplement en compte

    le flux annuel de contrats durables, et indifféremment les rotations ou les créations d’emploi. Vous avez bien lu : à compétences comparables, une baisse de 10 % des situations de discrimination précitées et dues au chômage entraînera une économie collective de 2,75 milliards d’euros par an ! Est-ce que ça ne vaut pas la peine de tenter le coup, de se pencher sur la question de nos a priori, de nos pratiques, de nos indicateurs ? On peut aussi discuter des chiffres de référence, mais ça ne changera pas fondamentalement le raisonnement.

    Combien cela représente-t-il en points de croissance, en heures de formation, en pouvoir d’achat, en signaux positifs qui ne coûtent pas un centime de plus et qui valorisent les réussites ? Et pour boucler avec l’économie circulaire, le développement durable et la RSE, tout cela tient de la parabole du colibri

    popularisée par Pierre Rabhi, celle de la somme des plus petites initiatives.

    Rendre visible: un grand compteur national et un indicateur "Légumes moches"

    Cet élan doit être rendu visible, pour ceux qui le mettent en œuvre et pour ceux qu’on fera enfin sortir de l’ombre, pour une dynamique collective et positive. Imaginons un grand compteur national alimenté par les pouvoirs publics et/ou les entreprises, où chaque contrat de travail signé et assorti d’une sortie durable du chômage serait valorisé à hauteur de l’économie réalisée.

    Imaginons que les acteurs de ces réussites - les entrepreneurs dans leur politiques RSE, les

    collaborateurs nouvellement embauchés à l’intérieur des mêmes entreprises, les territoires - puissent revendiquer leur participation à cet élan.

    Imaginons un portail qui rendrait visible, par tous, les résultats quotidiens.

    Cet indicateur "Légumes moches" est à portée de clic.

     

    À bientôt !

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...