Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    À Saint-Nicolas-de-Redon

    Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel

    Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel - © Alexandra Fresse-Eliazord

    Des vaches, de la mousse, des graffs, des arbres… c’est fou tout ce qui peut pousser sur une dalle de béton. À Saint-Nicolas-de-Redon (44), au bord du canal de Nantes à Brest et de la Vilaine, une ancienne friche industrielle en zone inondable redevient sauvage sous l’œil, les mains, les pieds des Amis du Transformateur.

    "Le Transfo" : un paysage qui se transforme

    C’est l’histoire de paysages. Au pluriel. D’une dizaine d’hectares dans l’ancien lit de la Vilaine, une surface qui fait la jonction entre Redon et Saint-Nicolas de Redon, coincée entre la Vilaine et le Canal de Nantes à Brest.

     

    Fanny Barcat, chargée de mission Mobilités à la MEDEFI Pays de Redon – Bretagne sud Plan de la friche

     

    Les Amis du Transformateur sont ici "chez eux". Le Transformateur, ou "Transfo" pour les initiés, est un espace classé Espace naturel sensible, et en majorité propriété du département de Loire-Atlantique depuis 2005. La plus grande partie (6 hectares) consiste en une friche industrielle, site d’anciennes menuiseries. Le nom vient des trois transformateurs électriques présents sur le site.

     

    À Saint-Nicolas-de-Redon Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel © Alexandra Fresse-Eliazord

     

    Le nom de l’association fait aussi référence à la maxime, attribuée à Lavoisier, selon laquelle "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme". Les Amis du Transformateur ont pour mission de partir de l’existant pour accompagner la reconquête de cet espace par la nature. Accompagner, et pas seulement observer (même si l’observation fait partie du projet) : "Si on laissait faire, explique Anne-Marie Moutault, la présidente de l’association, on serait envahis par les saules". Car ici, on est en zone humide, et les saules adorent ça. Mais il est important de dégager l’espace, et pas seulement pour des raisons esthétiques ou pour le plaisir des promeneurs : l’endroit est aussi une zone d’expansion des crues et il faut que l’eau soit libre de s’écouler.

     

    À Saint-Nicolas-de-Redon Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel © Alexandra Fresse-Eliazord

     

    Paysages donc, car si la partie la plus impressionnante est une surface dont les sols sont enrobés (bitume et béton) ou couverte de remblais, on y trouve aussi des arbres qui forment un petit bois, un potager, des ruches, un verger, et des pâturages en pré-marais.

     

    À Saint-Nicolas-de-Redon Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel Le bois et ses arbres zèbrés © Alexandra Fresse-Eliazord

    À Saint-Nicolas-de-Redon Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel Au potager © Alexandra Fresse-Eliazord

     

    "Le Transfo" héberge en effet aussi des vaches. Sept vaches nantaises, race rustique qui s’accommode volontiers du milieu humide. Elles n’étaient que quatre au début du projet, mais des veaux sont nés fin 2015 et début 2016. Les vaches participent à l’entretien du terrain, tout en semant de belles bouses au pied des murs graffés : en hiver, vous pouvez les croiser sur la dalle, car elles se déplacent librement sur tout le terrain, friche comprise. "Elles vivent tranquillement leur vie de vaches", constate Anne-Marie : pas de stress, pas de traite, et les veaux restent avec leurs mères. Une équipe d’éleveurs bénévoles se relaient pour s’en occuper à raison d’un ou deux jours par semaine.

     

    À Saint-Nicolas-de-Redon Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel © Alexandra Fresse-Eliazord

    À Saint-Nicolas-de-Redon Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel © Alexandra Fresse-Eliazord

    Partir du principe que "nous sommes responsables de nos déchets"

    L’idée phare du projet est de valoriser sur place les déchets. Dès 2005, les gravats servent à construire des digues protégeant les habitations du quartier qui se trouve au nord de la parcelle. Réalisation plus symbolique, le Podium est un bâtiment dont n’ont été conservés que les murs, qui a ensuite été rempli de déchets du site. On y a ajouté de la terre pour y planter un arbre.

     

    À Saint-Nicolas-de-Redon Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel © Alexandra Fresse-Eliazord

    À Saint-Nicolas-de-Redon Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel © Alexandra Fresse-Eliazord

     

    Dans le même esprit, pour les dix ans de l’association l’an dernier, un boqueteau de 436 arbres a été planté. Pour ce faire, il a fallu décroûter la dalle sur 1 000 m² (le Département a fourni la pelleteuse), retirer les grosses structures de béton (conçues pour les machines et le sous-bassement du hangar), puis brasser le sol et rajouter du compost, le nouveau sol ayant été paillé plusieurs mois jusqu’à la plantation à l’automne dernier. Sur les conseils d’un artiste, Jean-Lou Leclerc, le mur d’enceinte du bosquet – interdit aux promeneurs, car à destination des insectes et des oiseaux – a été construit à partir des gravats et des restes de la machine à vapeur qui produisait l’électricité sur le site.

     

    À Saint-Nicolas-de-Redon Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel © Alexandra Fresse-Eliazord

    À Saint-Nicolas-de-Redon Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel © Alexandra Fresse-Eliazord

     

    Le principe de recycler les déchets sur place n'a cependant pas pu être suivi à 100 % dans l’histoire du projet. Pour des raisons de sécurité, d’abord : les déchets dangereux et amiantés ont été évacués. Aussi pour valoriser de manière pertinente les restes des installations industrielles : certaines structures attenantes au grand hangar ont ainsi trouvé une seconde vie au théâtre de la carrière de Fégréac.

    Anne-Marie Moutault résume l’esprit du lieu : "de quelque chose de brut, on peut faire quelque chose de beau". La présidente des Amis du Transformateur retrouve dans l'aventure ce qui l'a guidée au cours de sa vie professionnelle dans l’action sociale, où elle a croisé beaucoup de personnes cabossées par la vie : "quel que soit le niveau de précarité, on peut arriver à de belles choses !"

     

    À Saint-Nicolas-de-Redon Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel Anne-Marie Moutault, présidente de l’association Les Amis du Transformateur © Alexandra Fresse-Eliazord

    Faire de belles choses… ensemble !

    Le Transformateur est avant tout un projet collectif. La centaine d’adhérents des Amis du Transformateur sont répartis en ateliers, et un chantier participatif est organisé tous les mois. Début mars, il s’agissait de l’entretien de la jetée du sud de la parcelle, et surtout de refaire le pont en bois que les étudiants de l’école d’architecture de Nantes avaient conçu en 2007 et qui a fait son temps. Vingt bénévoles se sont répartis entre ce chantier et la réfection d’une clôture côté pâturage.

     

    À Saint-Nicolas-de-Redon Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel © Alexandra Fresse-Eliazord

     

    Alain et Serge sont donc là, à déclouer les planches et à concevoir le nouveau pont qui gardera la structure de l’ancien. Alain est architecte-paysagiste et prend plaisir, dit-il, à venir "se salir les mains", depuis six ans, avec les Amis du Transfo. Un côté concret et direct dans les réalisations qu’il ne trouve pas toujours dans sa vie d’actif, et ce plaisir de mettre tous ensemble la main à la pâte. Serge, lui, est intérimaire et vient de Chateaubriand. L’aspect collectif des chantiers, auxquels il participe depuis deux ans, l’a également séduit, ainsi que la convivialité du repas traditionnel qui suit les travaux. "Et on a besoin de bénévoles !", ajoute-t-il.

     

    À Saint-Nicolas-de-Redon Les Amis du Transformateur : regards sur une friche au naturel Alain et Serge, deux membres des Amis du Transformateur © Alexandra Fresse-Eliazord

     

    Car l’aventure exige des bras, et des têtes, pour continuer de façonner le paysage au fil de sa reconquête par la nature. Si les principes ont été posés dès 2005 après deux années d’études des étudiants de l’École du Paysage de Versailles, le site est vivant et donc évolue, les planches du pont pourrissent, les légumes poussent, des veaux naissent… Dans un univers où l’on peut oser imaginer que le béton n’est pas invincible.

    En savoir plus : http://amisdutransformateur.over-blog.com

    Alexandra Fresse-Eliazord - Journaliste
    Alexandra Fresse-Eliazord - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...