Actualités :

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Nos partenaires

    

    Nouvel an iranien à Nantes

    L'Orient à l'Ouest

    La table de Norouz La table de Norouz

    En Iran, printemps rime avec nouvel an. Et pour fêter Norouz, plusieurs familles de l’Ouest se sont réunies à Nantes le 20 mars dernier. Des traditions ancestrales et une soirée de fête, avec un parfum d’Orient… et un public métissé.

    Joyeuse année 1389 ! Euh non, 2569 ! Enfin… tout dépend du calendrier de référence : les musulmans commencent à compter à partir du voyage de Mahomet de la Mecque à Médine, les autres communautés à partir du début de l’Empire perse…

    En tout cas, les Iraniens et d'autres pays d'Orient* fêtent le passage à la nouvelle année (Saleh tahvil) au moment précis de l’équinoxe de printemps, car leur calendrier est solaire (en savoir plus). 1389 (ou 2569 !) a donc commencé le 20 mars 2010 à 18 heures, 32 minutes et… 13 secondes. Difficile de faire plus précis ! Cette année, environ 30 familles franco-iraniennes de l’Ouest se sont réunies à Nantes dans la Maison de quartier des Dervallières. "C’est l’occasion de se rassembler. De fêter le nouvel an, tous ensemble", explique Sona Nezamivand, la plus jeune des quatre organisatrices de la soirée. À 32 ans, elle représente "la relève !", comme elle dit dans un éclat de rire. Pour l'occasion, elle fait office de DJ, d’hôtesse d’accueil et de dynamiteuse d’ambiance.

    Sona, la relève au féminin

    Sona, organisatrice de Norouz à NantesD'une culture à l'autre. Arrivée en France en 1999 avec un bac+4 en poche,  Sona a continué ses études d’art. Après une expérience de cinq ans au Musée des Beaux Arts de Nantes, elle a décroché un CDI au Château des Ducs de Bretagne en tant que coordinatrice et hôtesse d’accueil. Ambassadrice de la culture nantaise et bretonne, elle n’en reste pas moins très attachée à sa culture natale. Elle a donc participé à l’organisation du nouvel an à Nantes, car les années précédentes il fallait aller à Rennes. Pourtant, plusieurs villes avaient montré l’exemple, notamment Strasbourg. "Là-bas, il y a une communauté iranienne importante et Norouz est une grande fête, reconnue par la mairie !". Pour parvenir au même résultat, elle est en train de constituer une association, Omid (espoir), qui pourra peut-être organiser la soirée de l'année prochaine…

    La table à laquelle personne ne mange

    La table de Norouz

    À l’entrée, une table soigneusement garnie et décorée, avec de petits gâteaux appétissants. Mais ce n’est pas pour manger ! La table des Haft Sîn est en quelque sorte l'équivalent du sapin de Noël. Les Haft Sîn ("7 S") sont sept objets (minimum) qui commencent par la lettre S (cf. photo). Ils correspondent aux sept créations et aux sept immortels les protégeant. Chacun d’entre eux à une symbolique forte. Ils sont souvent accompagnés de bougies allumées (symbole de bonheur), d’œufs peints (fertilité), de bols d’eau avec des poissons rouges (vie) ou avec une orange (la Terre flottant dans l’espace), d’un miroir, d’eau de rose, de fleurs… La disposition de ces éléments est aussi très importante, car elle représente les goûts de la famille chez qui se déroule la soirée.

    Sur un air d'ouverture

    petit   iranien fêtant Norouz

    Au centre de la salle, la piste de danse. Et lorsque la musique fuse, la piste s'anime. Déhanchés orientaux, mouvement gracieux des bras et grands sourires, le spectacle change des boîtes de nuit ! Grands-parents, enfants et petits-enfants, toutes les générations sont représentées. En robes de soirées ou costards, ils sont tirés à quatre épingles. Un quart des invités n'a aucun lien direct avec l'Iran : ils sont là pour découvrir une culture, ses traditions et sa gastronomie… et pour faire la fête, tout simplement ! Le meilleur accueil leur est réservé, et ils sont servis en priorité. Ouverts et chaleureux, les Iraniens de l’Ouest se sont montrés à la hauteur de la glorieuse histoire du peuple perse. Vivement le passage en 1390…ou 2570 !

     

    * Norouz est célébré depuis au moins 3 000 ans dans de nombreux pays : Iran, Kurdistan, Afghanistan, Tadjikistan, Ouzbékistan, Azerbaïdjan, Kazakhstan… Ancré dans la tradition du zoroastrisme, l’évènement est aussi célébré en Inde par les Parsis.

     

     

    Aux quatre coins du monde

    Plus de deux millions d’Iraniens ou d’enfants d’Iraniens vivent en dehors de leur pays. Beaucoup se sont installés dans les pays voisins, mais d’autres se sont installés en Allemagne, en Grande-Bretagne et surtout aux Etats-Unis : Los Angeles est même parfois surnommée "Irangeles" ou "Tehrangeles"… Parmi les grands noms de cette diaspora, on peut citer Pierre Omidyar, fondateur et PDG d’eBay, Omid Kordestani, vice-président de Google, ou encore André Agassi, ancien joueur de tennis et numéro 1 mondial.

    Normal 0 false 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4

    En Iran, printemps rime avec nouvel an. Et pour fêter Norouz, plusieurs familles de l’Ouest se sont réunies à Nantes le 20 mars dernier. Des traditions ancestrales et une soirée de fête, avec un parfum d’Orient… et un public métissé.

    Sona, la relève au féminin

    D'une culture à l'autre. Arrivée en France en 1999 avec un bac+4 en poche, Sona a continué ses études d’art. Après une expérience de cinq ans au Musée des Beaux Arts de Nantes, elle a décroché un CDI au Château des Ducs de Bretagne en tant que coordinatrice et hôtesse d’accueil. Ambassadrice de la culture nantaise et bretonne, elle n’en reste pas moins très attachée à sa culture natale. Elle a donc participé à l’organisation du nouvel an à Nantes, car les années précédentes il fallait aller à Rennes. Pourtant, plusieurs villes avaient montré l’exemple, notamment Strasbourg. "Là-bas, il y a une communauté iranienne importante et Norouz est une grande fête, reconnue par la mairie !". Pour parvenir au même résultat, elle est en train de constituer une association, Omid (espoir), qui pourra peut-être organiser la soirée de l'année prochaine…

    Text Box: Sona, la relève au féminin D'une culture à l'autre. Arrivée en France en 1999 avec un bac+4 en poche,  Sona a continué ses études d’art. Après une expérience de cinq ans au Musée des Beaux Arts de Nantes, elle a décroché un CDI au Château des Ducs de Bretagne en tant que coordinatrice et hôtesse d’accueil. Ambassadrice de la culture nantaise et bretonne, elle n’en reste pas moins très attachée à sa culture natale. Elle a donc participé à l’organisation du nouvel an à Nantes, car les années précédentes il fallait aller à Rennes. Pourtant, plusieurs villes avaient montré l’exemple, notamment Strasbourg. Joyeuse année 1389 ! Euh non, 2569 ! Enfin… tout dépend du calendrier de référence : les musulmans commencent à compter à partir du voyage de Mahomet de Médine à la Mecque, les autres communautés à partir du début de l’Empire perse… En tout cas, les Iraniens et d'autres pays d'Orient* fêtent le passage à la nouvelle année (Saleh tahvil) au moment précis de l’équinoxe de printemps, car leur calendrier est solaire (en savoir plus). 1389 (ou 2569 !) a donc commencé le 20 mars 2010 à 18 heures, 32 minutes et… 13 secondes. Difficile de faire plus précis ! Cette année, environ 30 familles franco-iraniennes de l’Ouest se sont réunies à Nantes dans la Maison de quartier des Dervallières. "C’est l’occasion de se rassembler. De fêter le nouvel an, tous ensemble", explique Sona Nezamivand, la plus jeune des quatre organisatrices de la soirée. À 32 ans, elle représente "la relève !", comme elle dit dans un éclat de rire. Pour l'occasion, elle fait office de DJ, d’hôtesse d’accueil et de dynamiteuse d’ambiance.

     

    La table à laquelle personne ne mange

    À l’entrée, une table soigneusement garnie et décorée, avec de petits gâteaux appétissants. Mais ce n’est pas pour manger ! La table des Haft Sîn est en quelque sorte l'équivalent du sapin de Noël. Les Haft Sîn ("7 S") sont sept objets (minimum) qui commencent par la lettre S (cf. photo). Ils correspondent aux sept créations et aux sept immortels les protégeant. Chacun d’entre eux à une symbolique forte. Ils sont souvent accompagnés de bougies allumées (symbole de bonheur), d’œufs peints (fertilité), de bols d’eau avec des poissons rouges (vie) ou avec une orange (la Terre flottant dans l’espace), d’un miroir, d’eau de rose, de fleurs… La disposition de ces éléments est aussi très importante, car elle représente les goûts de la famille chez qui se déroule la soirée.

     

     

    Sur un air d'ouverture

    Au centre de la salle, la piste de danse. Et lorsque la musique fuse, la piste s'anime. Déhanchés orientaux, mouvement gracieux des bras et grands sourires, le spectacle change des boîtes de nuit ! Grands-parents, enfants et petits-enfants, toutes les générations sont représentées. En robes de soirées ou costards, ils sont tirés à quatre épingles. Un quart des invités n'a aucun lien direct avec l'Iran : ils sont là pour découvrir une culture, ses traditions et sa gastronomie… et pour faire la fête, tout simplement ! Le meilleur accueil leur est réservé, et ils sont servis en priorité. Ouverts et chaleureux, les Iraniens de l’Ouest se sont montrés à la hauteur de la glorieuse histoire du peuple perse. Vivement le passage en 1390…ou 2570 !

     

    * Norouz est célébré depuis au moins 3 000 ans dans de nombreux pays : Iran, Kurdistan, Afghanistan, Tadjikistan, Ouzbékistan, Azerbaïdjan, Kazakhstan… Ancré dans la tradition du zoroastrisme, l’évènement est aussi célébré en Inde par les Parsis.

    Thibaut Angelvy - Journaliste, webmaster et rédaction en chef
    Thibaut Angelvy - Journaliste, webmaster et rédaction en chef

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...