Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Naissance d’une équipe de Merby

    Nantes : les Jules Vénères en mâles de roller derby

    Les Jules Vénères recrutent ! Les Jules Vénères recrutent !

    Féministe, rock’n’roll et sexy, qui aurait dit que le roller derby se verrait un jour conjugué au masculin ? Pourtant, sur les quais maritimes nantais, les Jules Vénères se sont réunis devant le Carrousel des mondes marins pour créer la première équipe de roller derby masculin de Nantes. Reportage.

    Dans l’ombre des Nantes derby girls (NDG), émerveillés par ces duchesses sur quads1, les mecs aussi veulent chausser les patins pour tenter le jam2. Arbitres, coachs, photographes, speakers ou fans, ils sont nombreux dans les coulisses de ce spectacle rock′n′roll et sulfureux dans lequel les femmes sont au premier plan. Sport d'équipe et de contact à dominante féminine, le derby se pratique en patin à roulettes sur un terrain ovale. Deux équipes de 14 joueurs, dont 5 sur le terrain, s'affrontent. But du jeu : gagner des points en dépassant les joueurs adverses dans un temps donné sans se faire projeter au sol ni sortir de la piste. À la fin du match, l'équipe qui a emporté le plus de points gagne.

    Sur le bitume, rollers aux pieds, Grégory Dutein, alias "Greg", raconte l'histoire de sa passion : "Créé dans les années trente, le roller derby a connu son essor dans les années cinquante-soixante avant de disparaître et de revenir au début des années deux mille aux États-Unis. Mixte au départ, le derby a progressivement été délaissé par les hommes pour le roller jam et les patins en ligne." Et la flamme s'essouffle à la fin des années soixante-dix, quand le sport "ressemble de plus en plus à du catch sur roues", explique le trentenaire poids-plume et réservé. Il faudra attendre le début des années deux mille pour que le derby fasse son come back au Texas. Décomplexé, le jeu rassemble une communauté de filles de caractère. Dans un esprit DIY3, elles réinventent le derby. L'homosexualité et la punk attitude sont revendiquées. En France, c'est avec la sortie du film Bliss (Whip It!, 2009), réalisé par Drew Barrymore, que le phénomène derby prend racine.

     

    À Nantes, l’histoire a commencé en septembre 2010. Punks, métalleuses, tatouées ou simples amatrices de glisse se retrouvent plusieurs soirs par semaine pour assurer un show rentre-dedans. Les équipes Duchesses all stars et Divines machines s’expatrient dans d’autres villes françaises pour bousculer de nouvelles joueuses. Pendant ce temps, les Queen Anne's revenge et Jailhouse rockers se font la main en jouant entre elles sur Nantes.

    JavaScript est désactivé!
    Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

    Et les guys dans tout ça ?

    L'affiche de l'équipe de roller derby de Nantes Monter une équipe de Merby (Men’s roller derby), c’est un peu comme ajouter un chromosome Y aux Femen. Arbitre et coach de ces dames, Greg, alias Napoléon Dynamite, est aussi leur photographe. Après le Hellfest, c’est sur ce sport émergent qu'il fait la mise au point, avec un nouvel objectif : faire du derby un sport masculin sur Nantes. "J'ai commencé à patiner grâce au derby. Je suis ensuite devenu arbitre et coach. Et j'avais envie de jouer à mon tour. Le derby, c'est un sport d'équipe à la fois physique et technique. Alors forcément, ça donne envie !"

    Lors d’un match des filles, il rencontre Éric, entraîneur et agent de développement pour la Ligue roller sports des Pays de la Loire. Lui aussi a bien envie de troquer ses patins en ligne contre des quatre roues. Roller Monkey, son pseudo fraîchement inventé, lui collera bientôt à la peau. Il est prêt pour aller danser le jam ! Et quand on lui demande s'il y a des messages à faire passer côté derby masculin, il répond : "On va d'abord jouer avant de parler revendications".

    Ensemble, Éric et Greg ont réalisé leur fantasme en organisant un premier entraînement informel. L'union fait la force. Le premier jeudi de septembre, aux pieds du Carrousel des mondes marins, dix bonhommes sont au rendez-vous pour dégourdir leurs roulettes dans l’ombre de la grue jaune. Grands, maigres, petits et costauds, tous viennent s'initier au derby. Plus sages en apparence et moins lookés que leurs consœurs, ils sont là avant tout pour s'amuser : "Bien sûr, il y a un côté très rock'n'roll dans le derby. Beaucoup d'entre nous écoutent du metal. Mais ce n'est pas mon cas. Je suis là avant tout pour la vitesse et l'esprit d'équipe", explique Éric.

    Éric, Greg et Tag - Roller derby à Nantes La semaine d'après, c’est la Duchesse Dash Dur as Hell qui venait les coacher dans une salle de Rezé jusqu’en décembre. Les rôles sont inversés. Et la vague de testostérone déferle sur le derby depuis quelques mois partout en France. Partie de Toulouse, Montpellier, Paris et Bordeaux, la houle gagne peu à peu le Grand Ouest avec la création très récente d’équipes à Tours, Rennes, Le Mans et Nantes. Les Jules Vénères lancent d'ailleurs un appel aux troupes pour rejoindre le gang : "il faut que les mecs prouvent ce qu’ils valent !". Le défi s'annonce musclé !

     

    1 Patins à quatre roues.

    2 Partie de jeu qui dure au maximum deux minutes.

    3 Do It Yourself, faites-le vous-même.

     

     

    Plus d'informations : www.facebook.com/JulesVeneresLA

     

     

     

    Capucine Saez - Journaliste
    Capucine Saez - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...