Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Temple bouddhiste à Plouray : sous le signe du Précieux Gyalwa Dokhampa

    Le philosophe bouddhiste bhoutanais Gyalwa Dokhampa, à l'écoute. Le philosophe bouddhiste bhoutanais Gyalwa Dokhampa, à l'écoute.

    Le "Précieux", ou Rinpoché, l'éminent philosophe bouddhiste bhoutanais Gyalwa Dokhampa, a bravé la tempête pour venir fêter la nouvelle année à l’ouest de l’Europe, à Plouray, dans le Morbihan. Dans cette commune située à la confluence des rivières et de trois départements bretons, le temple de la congrégation Drukpa est une œuvre majestueuse autant qu’un haut-lieu du bouddhisme européen.

    Le Nouvel an à Plouray est célébré depuis 25 ans par Drubpön Ngawang Tenzin, prononcé Drupen Awang, un lama de la lignée bouddhiste Drukpa (Druk : le dragon, en tibétain.) Le Drukpa est une des écoles majeures de la tradition Kagyupa du bouddhisme tibétain.

    Envoyé vers 1980 du Bhoutan à Plouray, Drupen Awang a construit son destin sur une terre au climat difficile, mais baignée de spiritualité et de traditions. "Je suis content, je me sens très bien ici, j'apprécie cette région. Ce fut une découverte." Comme sur un fil tendu à quelques centimètres du sol, l’exercice de l’interview avec le lama est une acrobatie : poser des questions pertinentes appelant une réponse simple nécessitent quelques prérequis sur le bouddhisme. Mais il reste humble face aux interrogations naïves "Nous sommes tous et resterons toujours des débutants dans le bouddhisme".

    Vers la fin des années soixante-dix, un agriculteur de Plouray, fasciné par le grand maître bouddhiste Touksé Rinpoché, lui fait don de son corps de ferme et du terrain attenant. Le maître accepte la moitié du don et trouve un mécène pour financer l’autre moitié. Il demande à son fidèle lama, Drupen Awang, de s’y rendre pour en faire un lieu de transmission et d’enseignement bouddhiste digne de ce nom. Drupen Awang s’est donc d’abord attaché à organiser des retraites et des cérémonies bouddhistes au centre de la Bretagne. Plusieurs fois par an, il fait venir des éminences qui transmettent leurs enseignements aux fidèles et curieux. Le plus célèbre d’entre eux, le Dalaï Lama est d’ailleurs venu fin 2008.

    Grâce à une communauté de fidèles bouddhistes autochtones, des moines, des nonnes, de généreux donateurs, les travaux de construction ont pu rapidement s’enchaîner. Année après année, Drupen Awang a réuni des artisans locaux et des artisans bhoutanais pour construire un Stupa (monument dédié à Bouddha), un temple pouvant accueillir 600 personnes, un moulin à prière, une dizaine de petites maisons de retraite spirituelle... Le corps de ferme a été entièrement rénové et agrandi, et son écrin verdoyant paysagé et préservé. Aujourd’hui, le temple de Plouray est à l’image de la vitalité de cette religion en Europe autant qu’un lieu de promenade apprécié des habitants de la région.

    La loi du karma

    En France, les années quatre-vingts marquent aussi la reconnaissance du bouddhisme en tant que religion. Dans un "marché spirituel" en crise, le succès du bouddhisme est possiblement dû à sa capacité à répondre à un déficit de croyances. Séduisant pour les intellectuels portés sur l’Orient, thérapeutique pour les personnes souffrant de troubles cognitifs, magique et surnaturel pour les ésotériques, le bouddhisme offre un ensemble de pratiques et de savoirs qui sied à un grand nombre de personnes en mal de religion.

    Drupen Awang a remarqué que c’est souvent la loi du karma qui intéresse les gens. Le karma désigne l’ensemble des actes que nous faisons et qui induisent des effets se répercutant sur nos vies passées, présentes et surtout futures. L’idée de réincarnation sous-jacente à la loi du karma permet d’envisager la vie de l’âme au-delà de la mort du corps. "Ce n'est pas facile d’expliquer pourquoi Plouray est un lieu de refuge pour les bouddhistes. Dans notre karma, cela devait arriver comme ça, comme est la vie ! Les choses n'ont pas été voulues en tant que telles, elles se sont faites naturellement du fait du karma, de conditions réunies, qui font que cela s'est fait à un moment donné. Sans pour autant qu'il ait eu une volonté de venir ici ; c'est un ensemble de causes. Pour que cela se produise de façon naturelle, sans effort, c'est le résultat de souhaits qui ont été faits auparavant dans des vies précédentes. Du fait de ces souhaits, le résultat advient, facilement..."

    Ce qui séduit également dans le bouddhisme, c’est la liberté qu’il laisse à l’individu dans l’expression de sa foi. Sympathisants, chercheurs de vérités, convertis, moines laïcs ou nonnes bouddhistes, à chacun de trouver sa place dans un système qui s’est parfaitement adapté au contexte occidental. Grâce aux actions de l’Union bouddhiste de France, une douzaine de centres non catholiques sont aujourd’hui reconnus, par décret, comme congrégation religieuse. En 2004, le centre bouddhiste de Plouray a ainsi intégré la liste des congrégations bouddhistes de France.

    Une retraite au Temple

    À Plouray, le nouvel an est toujours célébré par un grand maître bouddhiste invité spécialement pour l’occasion. J’ai donc approfondi la balade-découverte en m’inscrivant à la "retraite" de fin d’année. Une retraite consiste à écouter puis à méditer sur des enseignements bouddhistes. Les pratiques sont essentiellement des chants et des textes en tibétain à répéter collectivement. Durant deux jours, j’ai suivi les enseignements du jeune Rinpoché Gyalwa Dokhampa sur le karma, divulgués en anglais et traduits instantanément en français.

    Gyalwa Dokhampa est reconnu pour la modernité de ses enseignements qu’il parvient à mettre à la portée de tous en les appliquant à  la vie quotidienne. Si je reconnais l’intérêt et la simplicité des enseignements, la posture en tailleur est difficile à tenir deux heures de suite. La sieste est tentante dans l’ambiance chaude et reposante du temple qui accueillait 250 personnes. Pour Drupen Awang, le réveillon est aussi l’occasion d’organiser une fête merveilleuse, resplendissante de couleurs, de lumières et d’offrandes sucrées-salées.

    Le 31 décembre, entre 22 h et 1 h du matin, se déroule une cérémonie au cours de laquelle les traditions occidentales, païennes et bouddhistes se mélangent curieusement. Les chants se succèdent au rythme du gong alors qu’une troupe de danseurs présente au Rinpoché une chorégraphie sur de la musique celtique. Parmi les offrandes partagées entre tous, le cocktail Champagne Coca-Cola est particulièrement détonnant ! L’ambiance est sage, une sorte de bien-être se répand dans les rangées de fidèles.

     

    Extraits des célébrations pour le nouvel an

     

    Moulin à prières et pratique de la Tara verte

     

    Je discute avec Olivier, un moine laïc et un habitué du temple qui apprécie particulièrement la clarté des propos du Rinpoché. (écouter l’interview ci-dessous). Vers deux heures du matin, sobres et rassasiés, on se quitte pour poursuivre son chemin avec son sac à Tsok, petit sachet rempli d’offrandes sacrées, cakes et gâteaux fait maison, chips et fromages, bonbons et chocolats... Bonne année !

     

    Olivier, moine laïc :

     

     

     

     

    L’ensemble des enseignements donné à Plouray par Gyalwa Dokhampa est disponible en vidéo :

    ]]>






















    Pauline Burguin - Journaliste
    Pauline Burguin - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Commentaires  

     
    +1 #1 Morio Laurence 15-02-2014 02:23
    Sujet très intéressant et étonnant pour le lieu.
    Photos magnifiques, ambiance spirituelle renforcée par cette belle coloration dorée.
    Oui je sais j'ai l'objectivité d'une maman...
    Si tu veux fouiller sur la réincarnation je te recommande la lecture de "La loi de Manu" de P.D. Ouspensky ( Un nouvel univers), il a traité de "l'éternelle récurrence".
    Signaler à l’administrateur
     

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...