Lycée Jules Rieffel, à Saint-Herblain

Un solide tuteur pour le jardin Terraform

Les jardins adaptés de Terraform Les jardins adaptés de Terraform

En acceptant l'invitation du lycée agricole Jules Rieffel de Saint-Herblain, le collectif "La Valise" ne s’est pas trompé. Sous la houlette de Florent Dionizy, qui a tout de suite identifié le potentiel du Terraform, c’est l’ensemble de l’établissement qui s’est mobilisé. Au-delà même des espérances du collectif.

Depuis plusieurs années, le lycée agricole Jules Rieffel, à Saint-Herblain, travaille sur l’intégration de public handicapé dans ses formations. Le travail avec le collectif "La Valise" semblait donc évident.

Bien plus qu’un simple achat

C’est ce qu’explique Florent Dionizy, animateur développement durable : "Nous avons rencontré Samia, Pascal et Boris en juin 2009. Leur démarche autour de la prise en compte du handicap dans ses dimensions à la fois physiques, sociales et culturelles, nous a vraiment séduits. Nous ne voulions pas simplement acheter un exemplaire, mais construire un partenariat solide et sur le long terme, avec eux."

les jardins adaptés de TerraformEn échange de la mise à disposition de trois exemplaires — plus un acheté —, le lycée est devenu un site pilote, sorte de vitrine du concept Terraform. Le collectif pourra également profiter des infrastructures de l’établissement. La première rencontre avec les étudiants a eu lieu en octobre 2009, avec une classe de brevet professionnel travaux paysagers. "Je ne me souviens pas que des élèves aient été aussi attentifs lors d’une présentation, rapporte Florent Dionizy. Ce projet leur a tout de suite parlé."

La mise en place des quatre jardins a débuté en janvier dernier tout près de la miellerie collective. Et a très vite fait parler d’elle, suscitant un vrai engouement, tout d’abord chez les enseignants. Rapidement, de nouveaux volontaires (stagiaires de la formation continue ou membre du chantier d’insertion) sont venus s’y greffer.

Le projet pédagogique ne se limite pas à la simple installation. "Nous avons voulu que les élèves s’intéressent au handicap dans sa globalité, précise Florent Dionizy. C’est pourquoi nous leur avons aussi demandé de réaliser une allée pavée pour faciliter l’accès. Pour la même raison, le site retenu est basé à proximité du parking".

Dans tous les sens

Un groupe de travail a aussi été constitué pour rechercher et sélectionner des plantes stimulantes pour les sens. Et ce ne sont pas les seuls projets à l’étude. Comme par exemple l’organisation de journées d’initiation à destination des personnes handicapées et des responsables de structures ou encore, pourquoi pas, l’installation d’un nouveau Terraform dans le chantier d’insertion du lycée…

 

 

Grégory Marolleau - Journaliste
Grégory Marolleau - Journaliste

Voir tous ses articles
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Partager cet article :

Dans la même rubrique :

Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...