Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    

    Une rivière en hiver : la fausse hibernation de l'Erdre nantaise

    Les bords de l'Erdre en hiver. Les bords de l'Erdre en hiver.

    Rayons de soleil trop rares ; plus de "Rendez-vous" jazzy. En hiver, l'Erdre nantaise semble perdre de sa superbe. À la rencontre de la rivière et de ceux qui la vivent, nous en avons pris le pouls. Et il n'est pas si bas que ça ! Le rythme ralenti va d'ailleurs de pair avec un certain esprit de contemplation.

    Ces mois derniers, l'Erdre nantaise se présentait en habits sombres. Comme la parure d'un deuil. Sûrement celui de l'été, pendant lequel elle fut tant animée de touristes, jazzmen et plaisanciers. Elle semble si engourdie désormais. Mais parfois, un matin sec et gelé suffit à lui rendre ses couleurs de saison chaude, à force de rayons rasants et de miroitements.

    Il en est ainsi cette matinée de février chez Patrick Leclair. Depuis neuf ans et autant d'hivers, il habite une péniche rouge et blanche, amarrée en bas du quartier Saint-Félix de Nantes. Dans son salon fluvial, où les canards voguent à hauteur d’œil, il raconte une saison qui n'a rien d'un enfer.

    Chez Patrick Leclair. Portrait de Patrick Leclair, habitant de l'Erdre. "La péniche souffre plus en hiver, avec les intempéries. On s'en occupe, mais c'est au printemps qu'il y aura du boulot ! Le truc, c'est qu'on a une pièce en moins : la terrasse. Les gens s'invitent moins, et pourtant ici les copains savent que c'est open boat ! Surtout, la nature est différente. Il y a moins de contraste dans les couleurs, et on peut avoir de la neige, de la glace. Je suis plus tranquille, je reste à l'intérieur avec ma cheminée qui produit autant une chaleur de chauffage que d'ambiance." Progressivement, quelque chose d'un repli volontaire affleure dans le discours de Patrick Leclair. J'abandonne l'habitant de l'eau à son quasi-recueillement.

    À l'affût de l'eau...

    Niveau de l'Erdre. Direction la capitainerie de l'île de Versailles, où Jean-Charles Bégouin, responsable d'exploitation, fait le point sur les spécificités de son travail pendant la saison froide. "L'hiver, c'est beaucoup de surveillance. Déjà celle de l'eau : nous essayons de maintenir l'Erdre au niveau défini par le conseil général. Là, c'est à moins quinze centimètres, en prévision des très grosses marées de ce week-end et des pluies qui arrivent ! Nous devons aussi apporter une attention particulière aux équipements, surveiller que les bateaux soient bien amarrés, ni trop long ni trop court, et qu'ils aient la bonne flottabilité : la pluie peut les alourdir."

    Cette année, en février, l'Erdre a reçu énormément d'eau. Les berges ont été inondées à tel point que certains chemins ont été interdits : subitement, coureurs et promeneurs ont dû emprunter des déviations de bitume. Des pontons entiers ont disparu sous l'eau, par exemple derrière le pont de la Tortière. Une situation dans laquelle la capitainerie reste en alerte, à l'écoute des usagers de la rivière. "Nous les informons sur le niveau d'eau, et eux nous font remonter des éléments d'information comme des bateaux à la dérive. Et puis il y a le côté administratif : nous sommes censés rencontrer tous les usagers pour le renouvellement de la convention de stationnement. Pour l'instant, ça ne se presse pas !"

    ou s'affûter sur l'eau

    Il y en a pourtant, sur l'Erdre, qui aiment se hâter. Comme Laurent Vesperini, entraîneur au club Université Nantes Aviron. Pas trop dur de s'activer par cinq degrés dans l'air ? Le trentenaire part d'un rire bref. "À la limite, il n'y a que le barreur et l'entraîneur qui ont froid ! C'est déjà arrivé que l'Erdre gèle, et du coup on adapte l'entraînement, avec de la muscu, par exemple. Mais ça reste quand même rare qu'on annule des séances sur l'eau. Par contre, le temps joue sur la motivation des pratiquants, façon déprime hivernale. On est après les fêtes, les régates sont encore loin... C'est une période difficile, mais c'est justement maintenant qu'il faut tenir pour être bien plus tard."

    Ainsi le peuple de l'Erdre nantaise jauge l'eau et se jauge, avant les beaux jours et ses échéances. Malgré ses couleurs sombres, la rivière en hiver bouillonne toujours de vie. Je devais ainsi aller faire un reportage sur la navette de l'Erdre, et deux fois le service fut annulé : conditions de navigation trop agitées. Difficile de parler de morte saison !

     

     

    En savoir plus :

     

     

     

    Cliquez sur l'image pour l'agrandir :

     

    Bords de l'Erdre en hiver. Crues et conséquences. Lointaine habitation. Accès compliqué.

    Benjamin Belliot-Niget - Journaliste
    Benjamin Belliot-Niget - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...