Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…


    Les tops de Terri(s)toires
    Les tops de Terri(s)toires Artistes locaux, endroits flippants, jolies plages, lieux aux noms insolites...  La rédaction de Terri(s)toires explore les territoires de l'Ouest à la recherche de perles, et dresse des…




  • Nos partenaires

    

    Chomlaik

    Danse classique indienne du Ramayana (voir www.kalakshetra.in) Danse classique indienne du Ramayana (voir www.kalakshetra.in)

    Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque étape d'un long voyage à la voile, la jeune Mancelle diplômée d'Audencia (voir portrait) interviewe des artistes du spectacle et les professionnels qui les accompagnent. Ils livrent leur vision des arts traditionnels, et s'expriment sur les défis et les espoirs de leur transmission dans le monde moderne. Un feuilleton en textes, photos et vidéos à suivre en anglais sur chomlaik.com et en français sur Terri(s)toires.

     

     

    L'éditorial de Chomlaik

    Je recherche ce que les arts traditionnels partagent à travers le monde.

    Le Cambodge a été pour moi une terre nourricière. J'y ai appris ce que signifient réellement l'humilité et la simplicité ; j'ai appris que le rire est un langage. Contrairement à l'image que beaucoup d'ONG ont tendance à renvoyer, le Cambodge n'est pas seulement le pays des pauvres petits enfants des bidonvilles. Les orphelinats, gérés comme des business, ont poussé partout comme des champignons, alors même que la paix, revenue depuis plusieurs années, a largement fait baisser le nombre d'orphelins… mais pour un touriste, asiatique ou occidental, ramener des photos de soi posant avec des enfants pauvres d'un pays lointain n'a pas de prix. Bien évidemment, je ne nie pas l’existence d’une pauvreté, bien réelle. Mais plutôt que des enfants qui se posent en victimes, c’est une génération très motivée de jeunes adultes que j’ai vue, qui se donne du mal pour apprendre, pour grandir, pour travailler, pour aider leurs familles et leurs amis, pour découvrir et mieux comprendre le monde. J'ai rencontré des artistes dynamiques qui chérissent le rêve d'ouvrir des organisations et des écoles d'art, de partager leur savoir à travers le monde, de créer des groupes de musique, des films et des pièces de théâtre.

    Avant d'aller au Cambodge, j'avais travaillé dans le secteur culturel en France. J'avais été inspirée par les artistes européens. J'avais appris que des artistes qui pratiquaient des disciplines différentes pouvaient avoir des visions différentes de l'art. Mais je suis ensuite partie au Cambodge pour travailler pendant près de quatre ans dans une organisation qui vise à développer des opportunités durables pour les professionnels de l’art, en permettant à des maîtres traditionnels de transmettre leur savoir aux jeunes générations tout en encourageant la créativité*. J'ai eu la chance de rencontrer de nombreux artistes et autres professionnels du monde de l’art à travers le pays. Et j'ai alors réalisé à quel point les conceptions de l'art – y compris de l'art traditionnel – pouvaient être différentes d'une culture à l'autre. À plus grande échelle, j'avais le sentiment qu'en Europe, l'art était principalement un moyen d'expression personnelle, alors qu'en Asie du sud-est, il avait d'abord vocation à être utilisé, notamment pour la communauté. Après être allée à la rencontre d'incroyables artistes au Myanmar, en Indonésie et en Inde, qui rencontrent des difficultés pour protéger leur art traditionnel, j'ai eu envie d'étendre mon exploration à d'autres parties du monde, afin d'essayer de comprendre comment les individus se tournent vers l'art, ce qu'il signifie pour eux et le futur qu'ils envisagent pour leurs disciplines traditionnelles.

    Voilà comment a démarré ce projet itinérant. Et comme itinérant rime souvent avec polluant, nous avons décidé de combiner ce voyage d'exploration des arts avec un tour du monde à la voile. Nous sommes partis de France, mon mari David et moi, et nous avons pour projet de traverser les océans Atlantique et Pacifique. Nous espérons visiter notamment le Sénégal, le Cap Vert, la Colombie, le Mexique, Cuba, les îles du Pacifique, le Chili, l'Argentine, le Brésil, les États-Unis, le Canada… Nous interviewons des professionnels des arts traditionnels dans ces pays et publions régulièrement sur chomlaik.com des entretiens, des portraits vidéo et des photos.

    Ce projet n'est cependant pas pensé comme un média de presse professionnel, et nous travaillons avec le matériel et le savoir-faire que nous avons pu réunir, mais nous espérons que cette ressource sera appréciable et utile. N'hésitez pas à nous contacter pour tout encouragement ou toute aide que vous pourriez nous apporter.

     

    Marion Gommard-Jouan, août 2015

     

    * voir l'épisode 1 sur le fondateur de Cambodian Living Arts

     

    L'auteure

    Marion Gommard-Jouan, globe-trotteuse des arts vivants

    Marion Gommard-Jouan

    Marion n'a pas perdu de temps. Des études brillantes, une belle expérience professionnelle à l'étranger, un mariage d'amour, et maintenant un tour du monde comme voyage de noces… pas mal à seulement 26 ans. Après avoir grandi au Mans, la jeune femme aussi douce et souriante que déterminée a fait ses études à Nantes : une classe préparatoire, puis l'école prestigieuse Audencia, qu'elle a choisie pour son master spécialisé sur les organisations culturelles et son ouverture sur l'international. "Avant d'être diplômée, je suis partie au Cambodge. J’y ai été embauchée et en parallèle, j'ai suivi des cours du soir et ai terminé là-bas mon master en management des institutions culturelles."

    Elle occupe pendant près de quatre ans le poste de responsable communication pour Cambodian Living Arts et rencontre de nombreux artistes traditionnels. Leur vision de l'art l'interpelle et lui donne envie de la confronter à celle d'autres professionnels de l'art traditionnel à travers le monde. Un projet qui rejoint un autre rêve, planifié depuis des années avec son petit copain David Jouan, 29 ans aujourd'hui, amoureux de la Bretagne et marin aguerri : un tour du monde à la voile. Fin 2014, le couple fait un aller-retour vers la France pour se marier et Marion trouve une nouvelle mission, "six mois pour le festival Musiques Métisses à Angoulême". L'été dernier, ils achètent leur voilier, un monocoque en acier de 10 mètres.

    Après un voyage d'un mois et demi en Inde, Marion et David ont entamé leur tour du monde à la voile le 11 novembre dernier. À chaque escale, ils rencontrent des acteurs de l'art traditionnel, dénichés grâce à des associations locales, au réseau des Alliances françaises… et directement sur le terrain. Les interviews sont rassemblées sur un site, Chomlaik.com. "En khmer, chomlaik signifie étrange, bizarre. C'est un clin d’œil au Cambodge où est né le projet, et j'ai choisi ce nom parce qu’en faisant dialoguer ces artistes du monde, il ressort des similarités mais aussi parfois des différences étonnantes. On prend souvent l’autre, l’inconnu, l’étranger pour bizarre."

    En savoir plus : www.chomlaik.com / Marion Gommard-Jouan sur Linkedin

     

    Bonus : la danse magique de dauphins autour du voilier de Marion et David...

    Dolphins from Marion Gommard on Vimeo.

     

    Thibaut Angelvy

     

    Au sommaire :

    

  • Cambodge : Arn Chorn-Pond, la musique en ode à la paix
    Cambodge : Arn Chorn-Pond, la musique en ode à la paix

    Arn a grandi à Phnom Penh à l'époque du règne des Khmers rouges. Enfant, il a connu les camps de travaux forcés, puis a été obligé de devenir soldat. À son adolescence, il a été adopté par le révérend Peter Pond et s'est exilé aux États-Unis. Après ses études, il est revenu au Cambodge en se fixant la mission de retrouver l'héritage de sa famille, qui était impliquée dans l'opéra cambodgien, son ancien professeur de musique et les stars de son enfance. Ce voyage a donné naissance à une ONG locale, Cambodian Living Arts. Arn vit désormais en périphérie de Phnom Penh et continue de s'impliquer dans différents projets visant à développer les arts cambodgiens. (Premier épisode du feuilleton Chomlaik)

    Lire la suite...
  • Cambodge : Hou Cheychanrith, perpétuer l’héritage de la danse
    Cambodge : Hou Cheychanrith, perpétuer l’héritage de la danse

    Cheychanrith a étudié la danse traditionnelle et folklorique avec le maître Ieng Sithul dans une communauté d'artistes de Phnom Penh, le White Building. Il poursuit désormais ses études de chorégraphie à l'Université royale des beaux-arts tout en montant sur scène chaque semaine en tant que danseur et chanteur professionnel de la troupe Komar Bassac. (deuxième épisode du feuilleton Chomlaik)

    Lire la suite...
  • Tibet : Yeshi Lhundup, passeur de patrimoine
    Tibet : Yeshi Lhundup, passeur de patrimoine

    Yeshi a quitté le Tibet lorsqu'il était jeune pour aller étudier en Inde. En février 2013, depuis Dharamsala (Inde), il a créé Tibet World qui est devenue une organisation reconnue. Cette plateforme participative favorise les rencontres entre le Tibet et le reste du monde. L'objectif est d'encourager les échanges culturels, de préserver la culture tibétaine, de scolariser les réfugiés tibétains et de les accompagner vers l'autonomie. Chaque semaine, l'organisation accueille aussi des spectacles folkloriques avec de la musique, de la danse et des contes. (troisième épisode du feuilleton Chomlaik)

    Lire la suite...
  • Portugal : Diana Botelho et Renata Pawelec, la tradition comme inspiration
    Portugal : Diana Botelho et Renata Pawelec, la tradition comme inspiration

    Diana a grandi dans l'archipel des Açores puis est allée en métropole pour étudier le droit. Avocate en formation, elle est aussi chanteuse de fado sur son temps libre. Renata a découvert le fado lorsqu'elle vivait en Pologne, et elle a décidé de s'installer au Portugal en 2014 pour apprendre la langue et devenir chanteuse de fado. Elle pratique aussi les arts plastiques et a notamment réalisé des collages sur le fado (voir galerie). Le fado est une musique traditionnelle portugaise mélancolique, reconnue par l'Unesco en tant que patrimoine immatériel de l'humanité. (Quatrième épisode du feuilleton Chomlaik).

    Lire la suite...
  • Cap-Vert, Jenifer Solidade : porter la musique traditionnelle vers son futur
    Cap-Vert, Jenifer Solidade : porter la musique traditionnelle vers son futur

    Jenifer Solidade chante la morna depuis l'enfance. Elle est aujourd'hui chanteuse professionnelle à Mindelo, sur l'île São Vicente de l'archipel du Cap-Vert. En 2011, elle est partie à Lisbonne, au Portugal, pour suivre des cours de technique vocale. Son premier album, Um Click, est sorti en 2015. (Cinquième épisode du feuilleton Chomlaik).

    Lire la suite...
  • Joël Jacota : promouvoir la Guadeloupe à travers sa culture
    Joël Jacota : promouvoir la Guadeloupe à travers sa culture

    Depuis 2008, Joël Jacota est président du Groupement pour la culture et le carnaval en région Pointoise (autour de la ville principale, Pointe-à-Pitre). Le collectif organise le carnaval de l’ile de Guadeloupe sur une période variant chaque année, entre janvier et mars. (Sixième épisode du feuilleton Chomlaik).

    Lire la suite...
  • République Dominicaine - Périclès Vargas : transmettre la magie de la musique
    République Dominicaine - Périclès Vargas : transmettre la magie de la musique

    Périclès Vargas, que ses amis appellent Felo, a 70 ans. Il dirige la seule école de musique de Luperon, installée à son domicile. Né dans ce village de la côte Nord de la République Dominicaine, il y a toujours vécu. Il a commencé à apprendre la musique à l'âge de 10 ans dans une petite école soutenue par la municipalité et a étudié la guitare, les percussions et d'autres instruments utilisés par les groupes de musique locaux. Felo a ensuite poursuivi son apprentissage au conservatoire, mais aussi grâce à sa curiosité. Lorsqu'il lui a fallu gagner sa vie, il a commencé à jouer ici et là. Il est désormais le professeur de musique attitré de son village natal. (Septième épisode du feuilleton Chomlaik).

    Lire la suite...
  • Colombie - Diego Maldonado et Rancho Aparte : la tradition, c'est l'évolution
    Colombie - Diego Maldonado et Rancho Aparte : la tradition, c'est l'évolution

    Diego Maldonado, musicien et producteur, cumule les casquettes (voir encadré). En plus de produire sa propre musique, il accompagne le développement du groupe Rancho Aparte dont le chanteur et leader est Enrico Manute. Le groupe joue de la chirimia, une forme de musique traditionnelle de la région colombienne Chocó. (Huitième épisode du feuilleton Chomlaik).

    Lire la suite...
  • Colombie – Ana Jiménez : tisser pour un meilleur avenir
    Colombie – Ana Jiménez : tisser pour un meilleur avenir

    Le chapeau de Suaza est fabriqué grâce à un savoir-faire séculaire et aux connaissances que les indigènes ont rassemblées sur les plantes locales et leur tissage. En décembre 2015, les familles de trois municipalités rurales, dont celle d'Ana, ont reçu une appellation d'origine contrôlée qui atteste de leurs compétences traditionnelles et de la grande qualité de leurs chapeaux. (Neuvième épisode du feuilleton Chomlaik).

    Lire la suite...
  • Colombie – Ernesto "Teto" Ocampo : la musique en quête spirituelle
    Colombie – Ernesto

    Cela fait plus de dix ans que Teto joue de la musique autochtone de Colombie. Il mène plusieurs groupes autour de la musique indigène, dont Side Steppers, Mucho Indio et Hombre de Barro, qui jouent régulièrement en public à Bogotá. (Dixième épisode du feuilleton Chomlaik).

    Lire la suite...
  • Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...