Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    C'est vous qui le dites
    C'est vous qui le dites Puisqu'on vous le dit ! Cet espace vous est en effet réservé, sous réserve de prendre vous-mêmes la parole. Un point de vue à partager, un nouveau…


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…




  • 

    Douze pour un

    La couverture du recueil Douze pour un. La couverture du recueil Douze pour un.

    Le premier recueil de nouvelles des Romanciers Nantais est paru en janvier 2013. Victime de son succès, Douze pour un vient d'être réédité par les éditions Durand-Peyroles pour connaître une deuxième jeunesse. Avant-goût dans ce feuilleton avec trois nouvelles signées par Philippe Ayraud, Thierry Picquet et Jean-Luc Russon.

     

    Douze pour un, recueil de nouvelles des Romanciers Nantais, éditions Durand-Peyroles, 14 €. Achat dans les librairies nantaises et sur le site de la Fnac.

     

     

     

     

     

     


    Les auteurs qui ont participé à l'ouvrage : Philippe Ayraud, Stéphane Beau, Roger Coupannec, Alain-Pierre Daguin, Stanislas Engrand, Valérie Mazeau, Stéphane Pajot, Jean-François Pasques, Emmanuelle Petit, Thierry Picquet, Jean-Luc Russon et Didier San Martin.

     

    Au sommaire :

    

  • Perte de libido chez l’autruche
    Perte de libido chez l’autruche

    Premier extrait du feuilleton consacré à Douze pour un, le tout premier recueil des Romanciers Nantais. Dans cette nouvelle, Philippe Ayraud met en scène avec humour un paysan bourru qui réclame qu'on lui rembourse la perte de libido de son autruche. Mais à malin, malin et demi !

    Lire la suite...
  • Le faisan
    Le faisan

    Laurent, beau parleur et grand blagueur, a toujours des histoires incroyables en stock. La plus drôle est assurément celle du faisan, qu'il a racontée des dizaines de fois et qui donne son titre à cette nouvelle surprenante signée Thierry Picquet… Deuxième extrait du recueil des Romanciers Nantais Douze pour un.

    Lire la suite...
  • La Grande course des bannières de procession
    La Grande course des bannières de procession

    Dernier extrait du recueil Douze pour un des Romanciers Nantais. Cette nouvelle de Jean-Luc Russon raconte l'histoire d'une rivalité incroyable entre deux frères de lait qui bouleverse la vie paisible d'un petit village au milieu du XXe siècle…

    Lire la suite...
  •  

    Les auteurs :

     

    L'auteur

    Philippe Ayraud, héraut pédagogue du roman noir

    Philippe Ayraud, romancier nantaisNé à La Roche-sur-Yon, Philippe Ayraud a mené ses études sur Nantes et il y travaille depuis 25 ans. Auteur de trois recueils de nouvelles et de six recueils de poèmes, c'est aussi un grand passionné de polars. En 2002, il a ainsi créé le festival Mauves en noir qu'il a dirigé jusqu'en 2006. Également animateur de nombreux ateliers d'écriture, ce fan d'Henning Mankell et de Bob Dylan consacre désormais une bonne partie de son temps libre à faire connaître des textes contemporains à travers des spectacles et des lectures publiques.

    Il faut dire que la transmission est une vocation. Professeur de lettres en lycée professionnel, Philippe Ayraud relève quotidiennement le défi d'intéresser des jeunes qui sont souvent en décrochage scolaire. "J'essaye de les réconcilier avec la littérature, de leur faire redécouvrir la lecture et l'écriture. Lire est une ouverture sur le monde qu'ils n'ont pas toujours dans leur milieu culturel, tandis qu'écrire peut être une catharsis, permettant de canaliser leurs émotions et leur violence."

    Logiquement, les passions de l'homme ont trouvé leur place dans l'enseignement du professeur. "J'organise régulièrement des ateliers d'écriture en classe, car l'exercice est très complémentaire des cours plus classiques et a démontré ses vertus, notamment pour les élèves en révolte. Je travaille aussi beaucoup avec le roman noir qui est souvent centré sur des personnes défavorisées, délaissées : cela provoque un écho."

    Son blog : http://ayraud.over-blog.com

    Thibaut Angelvy

     

    L'auteur : Thierry Picquet

    Poupées russes sauce Columbo

    Thierry Picquet, romancier nantais

    La silhouette fluette et énergique, la gouaille, la voix rocailleuse, le teint méditerranéen et même le long imper : Thierry Picquet a définitivement un petit air à la Columbo. Il n'a pourtant jamais été inspecteur, seulement commissaire… d'exposition.

    Né à Nantes en 1957, Thierry Picquet est avant tout professeur de lettres en filière spécialisée pour jeunes en difficultés. "Mon boulot est davantage celui d'un éducateur que d'un enseignant." Grand lecteur, fan de polars, il est progressivement passé à l'écriture en étudiant Pierre Véry, écrivain et scénariste auquel il a consacré un essai : "Je suis devenu ami avec sa famille et suis l'un des spécialistes français de cet auteur. J'ai d'ailleurs été commissaire d'une exposition sur son œuvre organisée à Paris. Mais au bout d'un moment, à force de démonter les mécanismes de l'écriture, j'ai eu envie de m'y essayer à mon tour." Il publie ainsi le recueil de nouvelles Un moment d'abandon en 2002, puis le roman Le mur de l'alimentation en 2011.

    Mais comme les poupées russes, un Thierry Picquet en cache toujours un autre. Membre de la première heure de l'association des Romanciers nantais, il s'implique depuis longtemps dans les milieux associatif et culturel, multipliant les casquettes : également scénariste pour le cinéma, il a été manager d'un groupe de rock et d'une troupe de théâtre, et participe à l'organisation d'événements artistiques. À Nantes, il prépare un festival du livre avec plusieurs petits éditeurs. Avant, il a piloté pendant cinq ans un festival de musique, cinéma et arts vivants qui détonnait dans le village aveyronnais de 400 habitants où il a acheté un petit coin de paradis. Bientôt à la retraite, il pourra allonger ses séjours à la campagne, et projette d'y organiser des résidences artistiques. Au calme, mais toujours sur un fond de rock'n'roll. "J'aime bien les oppositions, les choses qui surprennent."

    Thibaut Angelvy

     

    L'auteur : Jean-Luc Russon

    Du bois, des tonnes de livres… et quelques épines

    Jean-Luc Russon, romancier nantais

    Jean-Luc Russon a grandi à Besné, à côté de Pontchâteau (44). Artisan menuisier, il a pris la succession de son père et dirigé la petite entreprise familiale jusqu'à sa retraite, en 2004. Amateur de brocante, il en a aussi fait une activité secondaire : "au début, j'achetais pour moi, puis j'ai commencé à restaurer des objets, et petit à petit à vendre des bibelots, notamment des livres."

    Car Jean-Luc Russon est avant tout un grand lecteur. Un adepte de polars "aux mécaniques narratives bien huilées", qui a pris la plume pour écrire… de la science fiction. En 1972, à tout juste 30 ans, il envoie son premier roman (Les 7 soleils de l’Archipel humain) aux éditions Marabout, un grand éditeur populaire. "Le manuscrit a été accepté tout de suite, ce qui n'arrive plus de nos jours ! Par contre, le deuxième a été refusé et la maison d'édition a connu des difficultés, ce qui a marqué un coup d'arrêt dans ma jeune carrière littéraire."

    Dans les années quatre-vingt-dix, il reprend la plume mais essuie un nouveau refus. Il ne se décourage pas et écrit un autre roman policier, Grain de sable, qui est publié aux éditions du Petit Véhicule. Sept autres suivront, aux éditions d'Orbestier, jusqu'à Pandémonium (2011). Son dernier, à priori. "Il s'est très mal vendu, et je suis désenchanté. Aujourd'hui, pour vendre des livres, il faut faire le VRP dans les librairies et les salons, avec des résultats de plus en plus décevants. Le métier d'écrivain est un chemin semé d'épines…"

    Son site : http://jeanluc.russon.perso.sfr.fr

    Thibaut Angelvy

     

    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...