Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…


    Les tops de Terri(s)toires
    Les tops de Terri(s)toires Artistes locaux, endroits flippants, jolies plages, lieux aux noms insolites...  La rédaction de Terri(s)toires explore les territoires de l'Ouest à la recherche de perles, et dresse des…




  • Comment vont les fourmis ?

    -

    Écoutez l'émission de Jet FM sur l'économie sociale et solidaire (27 janvier 2017) :

     

    -

    Nos partenaires

    Temps humide, cidre iconique et mauvaise réputation… le vin breton navigue à vents contraires. Surtout qu’en dehors des bords de Loire, toute viticulture était de facto prohibée pendant près de 80 ans. Un blocage qui s’est effacé au 1er janvier 2016 avec la libéralisation (limitée) des droits de plantation. De quoi provoquer un renouveau culturel ? Rencontre avec Guy Saindrenan, auteur de La vigne et le vin en Bretagne (éditions Coop Breizh, 2011), et deux néo-viticulteurs.

    Elles ont su s'imposer dans un milieu où "On ne laisse la place à une femme que s'il n'y a pas d'homme". Aurore et Véronique Günther gèrent toutes les deux le domaine du Château du Coing, dans le vignoble nantais, avec réussite. L'amour du vin de mère en fille... mais au nom du père.

    Il n'y a pas que le muscadet qui s'épanouit dans le vignoble nantais : la culture aussi ! Depuis trois ans, l'association nantaise Arttitudes organise Vignoble en fête, une série d'événements dans des lieux atypiques, associant concerts, débats et présentation d’une activité économique. Depuis le 15 mai et jusqu'au 18 octobre, les artistes et producteurs locaux fêteront le vignoble dans 16 communes à proximité de Nantes.

    Qui dit hiver dit raclette. Et qui dit raclette dit allers-retours fréquents à la cave. Il est temps de penser à renflouer ses caisses de vin ! Ça tombe bien : Romain Collaire, jeune Nantais, a créé Grappons-nous.com, un nouveau site de commandes groupées de vin pour les particuliers, qui achètent directement auprès des vignerons.

    Les journées de Thierry Michon commencent tôt et finissent tard. Il voit souvent les feux d'artifice du 14 juillet, de ses vignes, et ça ne sert à rien de l'appeler, car il n'est pas là. Le domaine Saint-Nicolas, à l’Île-d'Olonne, c'est environ 40 hectares de vignes sur lesquels il travaille à l'ancienne, avec le tracteur, mais aussi le cheval et la charrue, sans désherbant chimique de synthèse et juste du temps et des tendinites. 20 h 30, j'ai donné rendez-vous à Thierry Michon chez moi pour l'interview.

    Revue de presse #7

    Flore et fun à préserver

    Le web, aussi, est un territoire. Et il s'ouvre évidemment à l'échange croisé et à la pollinisation. Voici notre butinage de médias de l'Ouest, partenaires de Terri(s)toires.

     

    Élevage d'essaims d'abeilles, visite de cultures troglodytes ou encore jet de menhirs, cette fin d'été ne manque pas de loisirs originaux. Un fond de terroir, un grand volume d'écologie et quelques glaçons d'économie durable : voici notre cocktail rafraîchissant glané dans la presse locale indépendante.

    Récolte du 24 août 2012.

    Lettre à Tartempion - le réveillon du Nouvel an et l'augmentation du prix de l'électricitéCher Tartempion,

    Comme tu le sais, le premier janvier tombe cette année au début de l'année. Je ne doute pas que tu aies tout tenté pour éviter qu'on en soit réduit à cette dernière extrémité. Malgré tes efforts, ce jour inaugural de janvier arrive donc, et derrière, aussitôt, comme une lame de couperet, le 2 janvier est là en embuscade, inéluctable, impitoyable.

    "On a bien un député-maire, à Nantes, alors pourquoi pas un gouverneur-maire au Bouffay ?!" Dans son habit de cérémonie, Jean-Yves Gauduchon semble tout droit sorti de la république idéale de Platon : des administrés généreux et joyeux, des réélections haut la main, il est depuis quinze ans gouverneur-maire de la Commune libre du Bouffay, à Nantes. Malgré la crise financière et le désordre mondial, au Bouffay, il gouverne tambour battant et navigue au sommet des sondages. Grâce à une recette miracle, tout à la fois devise, profession de foi et programme : humour, bonté, gaieté !

    Ils ont mis du temps à arriver en France, mais désormais ils s'implantent partout. Les QR codes, codes-barres 2D qui permettent d'accéder à des contenus en ligne via son smartphone, deviennent même centraux dans des projets éditoriaux. La preuve sur Nantes avec le magazine gratuit Qweekr et l'hyperguide touristique Escapades vigneronnes.

    La Lettre à Tartempion - l'eau du robinetMon cher Tartempion,

    La vie a encore augmenter. Je te le dis volontairement avec une faute d'orthographe, parce que je pense que ça va finir par nous tuer comme un truc mal écrit sur un mur de faits divers. La vie ? On ne pourra bientôt plus se l'offrir. D'ailleurs toi-même, réfléchis, depuis combien de temps tu ne t'es pas payé une bonne vieille vie toute neuve ? Tu vois, ça porte à la gamberge, le pouvoir d'achat. Tout est de plus en plus ric-rac. Même si c'est souvent plus raque qu'autre chose. Alors voilà : j'ai décidé de ne plus faire de tarte au gaz, et d'abandonner aussi les raviolis électriques. On ne peut plus se le permettre. Il ne reste que l'amour et l'eau du robinet. C'est presque gratuit. 3,05 € le mètre cube à Angers, soit mille fois moins que l'eau minérale en bouteille.

    Réserve naturelle de Pont Barré

    Jo met de l’âme dans son vin

    Berceau de saveurs blanches et fruitées, le Layon vit au rythme de ses vignobles. Sur les terres du coteau de Pont Barré, une zone de huit hectares, riche d’un patrimoine naturel et géologique exceptionnel, est classée réserve naturelle régionale. Un viticulteur, Jo Pithon, s’est engagé au côté de la Ligue de protection des oiseaux pour préserver cet espace et ressusciter une ancienne parcelle de vigne. Il y cultive amoureusement des vins bio, sans jamais oublier qu’un bon terroir, c’est aussi celui qui permet de conter des histoires.

    Une bouteille de vin - Terri(s)toiresPutain, le mec à la clarinette, c'est pas un manchot !” Bertrand Blier.

    wwwest 2.0 - ép.1

    Terroir high-tech

    Vignobles, restaurants, circuits touristiques… à l’ouest, les terroirs se font de plus en plus flasher. Car grâce aux QR-codes, les téléphones portables se mettent à raconter des histoires. Zoom sur cette innovation portée -entre autres- par la cellule universitaire iRéalité.

    Œnotourisme en Val de Loire

    Autant en importe le vin

    En alliant tourisme et commerce du vin, les terroirs du Val de Loire ouvrent grand leur savoir-faire et leur histoire. Visites, randonnées, dégustations, hébergement… L’aventure est au bout de la vigne.

    bouchons Yvonne s’interroge : face à l’avancée du monde moderne, c’en est donc fini du bouchon de liège ?

    Jusque-là, une bouteille de vin, c’était du verre et du bouchon. Du bouchon de liège, vous allez me dire. Hélas…

    Yvonne et Flavanjou - illustration de Raoul

    (mais faut bien vivre avec son temps et du bon vin)

    C’est vrai, un petit coup de rouge de temps en temps, moi ça me fait du bien. Et pis si c’est notre marque de fabrique à nous les français, le "french paradox" comme disent les amerloques, y’a pas de raison de s’en plaindre. D’autant figurez-vous, qu’y’ a un p’tit viticulteur bio à Tigné dans le Maine et Loire, Didier Hauret il s’appelle, qui me l’a dit : le raisin c’est bon pour la santé et ça rend belle. Et oui, le teint lie de vin, c’est la grande classe (mais pas la couperose du litron quotidien, faut pas pousser). Et vous savez pourquoi ? Grâce aux polyphénols qu’on extrait du raisin, de la feuille, de la partie ligneuse. En janvier dernier, des chercheurs de l’INSERM d’Angers l’ont démontré ! En même temps, ça faisait 15 ans qu’ils cherchaient…

    Parmi les contrées celtes, la Bretagne a longtemps été le parent pauvre du whisky. Certaines "têtes brûlées" ont décidé de mettre fin à cette anomalie pour faire enfin jaillir un whisky de Breizh !

    Jean-Pierre Knockaert, druide et amateur de whisky

    Quand la magie opère…

    Kilt écossais traditionnel, tenue blanche de druide, vêture de la Confrérie du Malt… Le moins que l’on puisse dire, c’est que Jean-Pierre Knockaert a une garde-robe plutôt originale et bigarrée ! De cela, il s’en moque comme de sa première chemise, préférant enfiler le costume d'ambassadeur de la terre qui l’a adopté il y a déjà de nombreuses années : la Bretagne.

    Kaerilis, à Belle-Ile en Mer

    La Belle et le malt

    Et si Belle-Ile en Mer changeait de nom pour s’appeler Islay, cousine écossaise la plus courue des amateurs de whisky tourbé ? Un peu fort diront les puristes ! Et pourtant, cette petite île pourrait à son tour révéler d’autres arômes.

    "Je suis tombé dedans quand j’étais petit". Fabien Mueller en sourit encore quand il en parle.

    Précédent - Suivant »
    Page 1 sur 2