S'installer en tant que jeune agriculteur est un vrai défi. J'ai 33 ans et je viens de lancer une campagne de financement participatif pour reprendre la ferme de l'Aufrère, à Vallet (44), avec Marie-Thérèse et Valentin. Mon objectif : faire profiter au moins 120 familles de jolis légumes bio.

Les chiffres sont connus : le coût annuel du chômage est estimé entre 75 et 110 milliards d’euros par an, soit 15 à 22 000 € par demandeur d’emploi. Un formidable gâchis humain et économique. En attente de reprise économique et de créations nettes d’emploi, comment enrayer cette "désutilité" et cette évaporation de valeurs ? (tribune libre)

Lutter contre une discrimination systémique… Revenons sur la situation qui perdure depuis si longtemps, celle d'une discrimination légale, à l'égard des "outsiders" qui n’ont pas d’emploi, au profit des "insiders" qui en ont un, mais qui prient pour ne pas tomber du côté obscur de la force. Nous sommes en réalité en face d’une discrimination systémique dont personne ne s’empare. "Nous sommes tous des légumes moches" propose des analyses et des actions concrètes. (tribune libre)

C'est vous qui le dites #24 (ép. 2)

"Légumes moches" : une innovation sociale en RSE ?

Résumons. Les données récentes de l’Ifop (février 2015) pour le Défenseur des Droits font état d’un "sentiment de discrimination" lié à la situation de demandeur d’emploi pour 56 % des sondés, derrière la séniorité, la grossesse, l’aspect physique ou l’origine étrangère présumée, mais avant l’homosexualité ou la jeunesse. La réalité de cette situation n’est actuellement pas chiffrable, ni du côté de demandeurs d’emploi, ni du côté des recruteurs. En revanche, chacun connaît dans son entourage proche quelqu’un qui est, a été (ou probablement sera) au chômage, et peut mesurer les effets négatifs qui en découlent. (tribune libre)

C'est vous qui le dites #24 (ép. 1)

Le trou dans le CV ou le syndrome du "légume moche"

Depuis plusieurs mois, je cherche du travail, assidûment. Je fais partie des 30 % de citoyens qui seront une fois dans leur carrière confrontés à cette situation. J’ai été plusieurs fois en "short list", pour des postes où je correspondais aux critères objectifs exprimés et attendus. Donc "compétent", semble-t-il. Mais dans la majorité des cas, ces recrutements ont abouti à l’embauche d’un(e) candidat(e) qui était déjà en emploi. (Tribune libre)

L’association Le Refuge souhaite s’implanter à Rennes puis dans le Grand Ouest pour accompagner les Lesbiennes, Gays, Bis, Trans et Intersexe de 18 à 25 ans en rupture sociale et/ou familiale. (Tribune libre)

C'est vous qui le dites ! #22

Demain : nos vies en souscription ?

À la suite de la lecture cet été d’un article sur l’engouement exceptionnel que les Français auraient actuellement pour le financement participatif ("crowdfunding", une douzaine de sites en France au moins y sont consacrés, certains très spécialisés), je me suis lancé sur un coup de tête et j’ai soumis à souscription mon prochain roman burlesque et satirique. Cela consiste en une forme de pré-vente de l’ouvrage avant sa réalisation, agrémentée de bonus (tel un recueil papier de mes chroniques humoristiques "métiers inconnus" parues dans Terri(s)toires).

L’histoire commence ainsi : "En participant à la production de ce film, vous pensez qu’il n’y a pas que La Star Academy, La Nouvelle Star et The Voice pour découvrir des musiciens talentueux"...

Made In Pas Loin a vocation à devenir une épicerie-restaurant coopérative, en circuits courts, comme un trait d’union entre les producteurs locaux et les consommateurs, dont l’ouverture à Nantes est prévue pour l’automne prochain. (Une tribune libre de Nadia Boukir et Frédéric Mercier)

L'ESS aussi peut faire le buzz ! Des entrepreneurs de Nantes et sa région, se reconnaissant dans les valeurs et les pratiques de l’économie sociale et solidaire (ESS), du développement durable (DD) et de la responsabilité sociétale des entreprises et des organisations (RSE/RSO) forment réseau sous le nom "BUZZ'in ESS". (Une tribune libre de Stéphanie Le Dantec et Éric Rio)

Cet été, la couverture médiatique de la Jeunesse au plein air (JPA) a été particulièrement forte. Nous pouvons nous en réjouir ; cependant c'est aussi un signe de la persistance et même de l'aggravation de l'inégalité d'accès au droit pour tous. En effet les chiffres sont tenaces, plus de 3 millions d'enfants ne sont pas partis en vacances cet été, près de 10 millions ne vivront pas l'aventure collective d'un séjour.

C'est vous qui le dites ! #17

Crotte ! Encore de l'art à Nantes !

À Nantes, un artiste certifié insolent expose et vend des crottes d'éléphant tandis qu'un documentariste se voit refuser son aide à la création par la Région. Quel rapport ? Tout, et par cette chaleur, c'est plus épuisant que d'ordinaire.

La France est-elle vraiment entrée dans le XXIe siècle ? Cette question nous était posée en ouverture de la 1re université d’été de l’association des anciens auditeurs du CHEDE (Cycle des Hautes études en développement économique), qui se tenait du 14 au 16 juin à Ajaccio. J’étais invitée à intervenir au titre de l’Institut Kervégan, au côté de Marie Cécile Naves, directrice des études du Think Tank Différent et chargée de mission au Commissariat général à la stratégie et à la prospective.

Mauvaise nouvelle pour la démocratie ? La lecture du dernier ouvrage du sociologue Gérald Bronner, La démocratie des crédules*, a de quoi rendre perplexe. À l’heure de tous les enthousiasmes suscités par l’ère numérique et par ses formidables opportunités pour l’expression de la démocratie participative, voilà qu’on se met à douter… (un édito de la Tribune Libre de l’Institut Kervégan, par Stéphanie Rabaud).

C'est vous qui le dites ! #14

GreenZone TV : le vert, c'est pas sorcier !

En 2013, en cette année Nantes capitale verte, TVREZE lance une nouvelle chaîne - 100 % Green, intitulée GreenZone TV. Son concept est simple, il s'agit de mettre en valeur les bonnes pratiques en matière de développement durable, le tout en vidéo. Des clips courts, en libre diffusion, qui mettent en évidence le caractère concret et accessible à tous. Bref, le green, quand on le veut, ce n'est pas si sorcier (par Walter Bonomo).

J’habite dans un trou, vous connaissez sûrement : le Nombril du Monde !

Il y a mille façons de voir le monde de façon binaire et – conséquence généralement observée dans ce cas – de se lamenter, voire d’abdiquer. Au Nombril du Monde, les histoires qui s’y cultivent depuis vingt ans dans le style "cousu main, fait maison" s’inspirent d’autres imaginaires, où 1 + 1 font rarement deux. Mais à Pougne-Hérisson comme ailleurs, quand on boit le bouillon dans une association culturelle, on voudrait bien parfois trouver LA solution, et retrouver l’énergie pour ne pas en être réduit à négocier jusqu’au moindre vermicelle.

C'est vous qui le dites ! #12

Le Voyage à Nantes, et ensuite ?

Retour et réflexion prospective sur la grande manifestation culturelle et artistique de l'été à Nantes. (Un texte de la Tribune Libre de l’Institut Kervégan, par Gwenaël Boidin, consultant en développement touristique).

C'est vous qui le dites ! #11

Le Rio+20 des acteurs ligériens

L’énergie de la société civile mobilisée sur les enjeux locaux… "Aux acteurs locaux de continuer à agir, c’est par la base qu’on arrivera à des résultats concrets". Jean Claude Charrier, vice-président du MFQM Pays de la Loire, traduisait ainsi ce qui devient après chaque événement mondial comme le Rio + 20 une évidence : il y a un désaveu complet des États sur le sujet du développement durable. (un édito de la Tribune Libre de l’Institut Kervégan, par Stéphanie Rabaud).

C'est vous qui le dites ! #10

Génération Y : la fin d’un mythe ?

Depuis la conférence, à Nantes, du sociologue Louis Chauvel sur le destin des générations, la fracture entre les générations a suscité du débat, à l’Institut Kervégan. La littérature managériale a, en parallèle, souvent mis en avant une "génération Y" qu’il fallait tenter de comprendre pour éviter les dysfonctionnements en entreprise (un édito de la Tribune Libre de l’Institut Kervégan, par Stéphanie Rabaud).

La 14e fête de la librairie indépendante, qui s’est déroulée le samedi 28 avril, est pour les libraires indépendants l’occasion de mettre en avant les spécificités et les valeurs de leur métier. Pourtant, cette année, la fête avait un petit goût amer. La faute à quoi ? Sans doute à cette petite goutte de TVA que le gouvernement a laissé tomber le 1er avril dernier dans la vaste marmite littéraire de la profession. (par Daniel Cousinard)

Précédent - Suivant »
Page 1 sur 2