Actualités : inscription à la newsletter de Terri(s)toires

Recherche

Les ebooks à la Une


Folles journées
Folles journées Après Nantes voyage, les Romanciers Nantais ont réalisé un nouveau recueil en partenariat avec un événement phare de la…


Le FC Lorient
Le FC Lorient Troisième club professionnel breton, le FC Lorient est une valeur sûre du football français. De la première saison au…


C'était Ginette
C'était Ginette Première femme députée du Maine-et-Loire, comme l'indique le sous-titre du livre qui lui est dédié, Ginette Leroux était une…




  • Les feuilletons à la Une


    Dans la roue d'Europ'raid
    Dans la roue d'Europ'raid La journaliste Delphine Blanchard embarque à bord d'une Peugeot 205 qui participe à l'édition 2017 d'Europ'raid. En 23 jours, elle va traverser 20 pays et parcourir plus…


    Chomlaik
    Chomlaik Marion Gommard-Jouan est partie à la rencontre "des artistes qui donnent à voir le monde". Au fil des histoires glanées sur plusieurs continents, et notamment à chaque…


    Au fil de l'estuaire de la Loire
    Au fil de l'estuaire de la Loire 200 km, à pied. "Appréhender l’estuaire dans sa globalité nécessite d’en arpenter les franges, pas à pas, au rythme du marcheur", expliquent Guy-Pierre Chomette et Franck Tomps.…




  • Nos partenaires

    

    L’Université populaire gesticulante souffle le chaud et le froid sur les savoirs

    Conférence gesticulée sur "L’économistication" à Rennes Conférence gesticulée sur "L’économistication" à Rennes - © DR

    Le nucléaire, l’homosexualité, le sport, l’habitat, l’école… les conférences gesticulées abordent tous les thèmes avec un regard et une forme originaux. D’abord spectateur, Rémi Segret est aujourd’hui devenu organisateur de ces conférences un peu particulières. En 2013, il a fondé à Nantes l’Université populaire gesticulante. Avec l’aide de bénévoles, il a dupliqué le concept à Rennes et Treffieux. Il espère l’étendre à de nouvelles villes prochainement.

     

    En quelques mots, pouvez-vous nous expliquer ce qu’est une conférence gesticulée ?

    "C’est une conférence théâtrale, mélangeant savoirs froids et chauds. Les savoirs froids sont des savoirs théoriques, universitaires, tandis que les savoirs chauds relèvent de l’expérience de vie de la personne qui gesticule. Généralement, c’est présenté avec beaucoup d’humour, de l’autodérision et de la mauvaise foi, comme dit Franck Lepage, le créateur du concept. Les sujets sont très variables, cela peut-être sur l’école maternelle comme sur l’homophobie. Le but est de parler de choses dont on ne parle pas dans les grands médias, de déconstruire les préjugés, parler des luttes, de la base, à partir de l’expérience des gens. Il y a une dimension d’éducation populaire."

     

    À Nantes, en 2013, vous avez décidé avec le syndicat Sud étudiant-e-s de diffuser des vidéos de Franck Lepage. C’est ensuite devenu l’Université populaire gesticulante (UPG). Quelle est l’objectif de cette UPG ?

    "Notre objectif est de promouvoir les conférences gesticulées, d’en organiser régulièrement, peu importe le sujet, mais avec une éthique partagée : nous sommes sur des thématiques de gauche. Le but est vraiment d’être dans la régularité et que les spectateurs et spectatrices puissent retrouver tous les mois une conférence gesticulée dans leur ville."

     

    Comment est organisée l’UPG ?

    "Au début, j’étais tout seul, aidé par quelques copains et copines. Puis, j’ai demandé un peu d’aide aux spectateurs et spectatrices. Au fur et à mesure, un réseau de bénévoles s’est constitué. Les premières réunions de bénévoles ont eu lieu en septembre. Ensuite, d’autres UPG pourraient naître et fonctionner de leur côté. Ce sera peut-être le cas à Montpellier et Amiens."

     

    Aujourd’hui, à Nantes, la démarche dépasse les conférences gesticulées avec la création d’une Université populaire (UP), pouvez-vous nous en dire deux mots ?

    "Au mois de mai, avec quelques copains, nous avons voulu monter une Université populaire, qui sera une fédération d’ateliers d’éducation populaire. Elle permettra de compléter ce que proposent les conférences gesticulées. Dans les conférences gesticulées, il y a une personne sur scène qui parle à un auditoire qui écoute. Nous voulions aussi proposer des ateliers, où les gens puissent être acteurs, travailler en petits groupes sur des questions qui nous sont chères. C’est en construction. Il y aurait des ateliers sur le revenu de base, la sociologie, l’économie et Karl Marx, le consentement et les rapports de domination hommes/femmes... Nous voudrions commencer les ateliers début octobre."

     

    Pour en savoir plus : http://univpopgesticulante.com et http://universitepopulairenantes.com

    Voir aussi notre article Conférences gesticulées : Manuel Moreau jongle avec l'éco-construction

     

    Les prochaines conférences gesticulées

    • À Rennes, les conférences gesticulées se tiennent à la maison de quartier de Villejean, une fois par mois. La saison débute le vendredi 25 septembre à 20 heures avec Philippe Cormont qui gesticulera sur "L’économistication".

    • À Nantes, les conférences gesticulées ont lieu à la salle Bretagne, une fois par mois. Le premier rendez-vous a lieu le samedi 26 septembre à 20 heures autour d’"Une fable atomique" gesticulée par Laurent Grouet.

    • À Treffieux, petite commune de 800 habitants à 18 km de Châteaubriant, les conférences se déroulent à la salle du temps libre une fois tous les deux mois. La première de la saison a eu lieu le 18 septembre. La prochaine date n’est pas encore fixée.

    Prix libre.

    Toutes les dates : http://univpopgesticulante.com/par-conference-gesticulee/a-venir/

    Jean-Sébastien Moizan - Journaliste
    Jean-Sébastien Moizan - Journaliste

    Voir tous ses articles
    Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
    Partager cet article :

    Dans la même rubrique :

    Vous n'avez pas le droit de laisser un commentaire ! Veuillez vous connecter ou vous abonner si vous n'avez pas encore de compte...